59 tagged articles The seven year itch

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS ! 14/02/2017

BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !

BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !
BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !
BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !
BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !
BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !
BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !
BONNE SAINT VALENTIN A TOUTES ET A TOUS !

Tags : 1948 - Douglas WHITE - We're not married - 1952 - 1951 - Art ADAMS - 1954 - The seven year itch - Cover - Ted BARON

1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE ! 07/02/2017

1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !

SKOLSKY Sidney
 
Date de naissance : 2 mai 1905, à New York.
Date de décès : 3 mai 1983, à Los Angeles.
 
Adresses : 
en 1938 : 167 South Martel avenue, Hollywood
en 1940 : 415 North Las Palmas Avenue, Los Angeles 4.
 
Exercice :
Reporter des plus en vue à Hollywood; il rédigeait des articles de fond et rubriques pour plusieurs journaux des côtes ouest et est, et se tenait étroitement informé de la vie hollywoodienne. Il se consacrait à découvrir des jeunes espoirs.
Son bureau se trouvait en mezzanine du "Schwab's drugstore".
Il avait choisi cet emplacement pour une raison très simple : "Schwab's" lui procurait toutes les drogues dont il avait envie. A cette époque, le gouvernement américain n'avait pas encore réglementé la vente des médicaments et il n'y avait pas d'opprobre attaché à la consommation régulière de barbituriques et d'amphétamines.
 Histoire
Juif russe d'origine, petit, trapu, il se targuait de reconnaître le talent à vue de nez.
Dans les années 20 il fut attaché de presse à New York.
Plus tard devenu critique de spectacles, il s'était distingué par son humour caustique dans le "Daily News", le "New York Post"  et le "Citizen News Hollywood".
Le 27 août 1928 il épousa à New York Estelle (ou Esther) Lorenz (née 22 mars 1909). Ils eurent deux filles, Betty Nina (née 31 décembre 1933, New York) et Stephanie "Steffi" (16 avril 1935, Los Angeles-22 février 
1933, New York).
Il quitta ensuite New York pour Los Angeles où il fut consacré comme critique de cinéma. Spirituel et féroce, il devint bientôt une célébrité locale. Ses bons mots faisaient le tour des studios comme une traînée de poudre.
Il fut célèbre pour avoir donné une fessée à Shirley TEMPLE qui avait abîmé son chapeau neuf.
Ses chroniques avaient le mérite de traiter chaque sujet plus à fond que les commérages de Louella PARSONS et Hedda HOPPER, et il régalait ses lecteurs d'informations techniques sur le cinéma, dédaignant les potins des coulisses.
Capricieux, fantasque, hypocondriaque, il avait la phobie de l'eau, des chats, des chiens et de tout le reste. Il avait périodiquement des épisodes dépressifs.
Il hantait les locaux de la Twentieth Century Fox ; il connaissait toutes les têtes pensantes du studio, dont les deux vétérans de la publicité, Harry BRAND et Roy CRAFT.
Il rencontra Marilyn en 1949.
Il fut pendant longtemps l'une des personnes passionnées qui l'accompagnèrent partout, comme Marlene DIETRICH l'avait fait des années auparavant.
Il devint l'un de ses plus ardents partisans et l'un de ses plus sûrs complices dans la presse ; elle l'appelait souvent pour lui demander un conseil, sur sa publicité mais aussi sur ses vêtements et sur l'image qu'elle devait se forger. Il l'aida à promouvoir sa carrière alors qu'elle débutait, et il aurait, dit-on, persuadé le producteur Jerry WALD de lui donner un rôle dans "Clash by night" (1952).
A plusieurs reprises il rédigea des communiqués de presse pour l'aider à se tirer de situations délicates, comme lors du scandale du calendrier de nus (13 mars 1952) ou lorsqu'il fut révélé que sa mère était vivante, alors que le studio avait  toujours soutenu qu'elle était orpheline.
En 1950 il l'accompagna à Palm Springs, où elle souhaitait rencontrer son père potentiel, Stanley GIFFORD.
En 1950 sur le tournage de "All about Eve".
De 1952 à 1954 quand Marilyn vivait avec Joe DiMAGGIO, il lui servit souvent de cavalier aux soirées mondaines du show-biz (DiMAGGIO ne voulait pas qu'on lui rappelle publiquement que sa future femme était le plus grand sex-symbol du pays). Il interviewa Marilyn à Doheny Drivele 3 juillet 1953 pour l'article "J'adore Marilyn" paru dans le magazine "Modern Screen" en octobre 1953. Le 14 novembre 1953 il l'accompagna à la réception organisée pour la visite des souverains de Grèce. 
Le 6 octobre 1954, il était présent lors de la conférence de presse de l'annonce de son divorce d'avec DiMAGGIO.
Le 27 octobre 1954, il l'accompagna au tribunal de Santa Monica  lors de la comparution pour son divorce d'avec DiMAGGIO.
En 1954 il écrivit la seconde biographie de Marilyn. Il la rencontra, après son divorce d'avec DiMAGGIO, au "Hollywood Knickerbocker Hotel".
Le 6 novembre 1954, Charles FELDMAN organisa une fête en l'honneur de Marilyn chez "Romanoff" la consacrant enfin comme une star ; Sidney SKOLSKY était présent à cette soirée.
Le 19 novembre 1954, il alla, avec Marilyn, voir Ella FITZGERALD qui se produisait au "El Mocambo".
Comme Marilyn, il souffrait périodiquement de dépression et abusaient tous deux de médicaments ; comme son bureau se trouvait dans un drugstore, il avait un accès presque illimité aux stocks.
Il produisit deux films biographiques : « The Al Jolson story » (1946) et « The Eddie Cantor story » (1953).
Avec Marilyn ils projetèrent de tourner un autre film « The Jean Harlow story » qui devait avoir Marilyn pour vedette.
Le 4 août 1962 il avait rendez-vous avec elle pour discuter de la mise en scène ; mais leur rendez-vous fut reporté au 5 août 1962. En juillet 1962 ils avaient tous deux rendus visite à la mère de Jean HARLOW et obtenu sa bénédiction pour le film.
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !

Tags : 1954 - The seven year itch - Bob BEERMAN - Divorce DiMAGGIO - There's no business like show business - 1953 - Sidney SKOLSKY

BON WEEK-END SIMONA ! BON WEEK-END A TOUTES ET A TOUS ! 04/02/2017

Tags : 1954 - The seven year itch

1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch". 29/01/2017

1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".

1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction du réalisateur Billy WILDER dans une des scènes du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - The seven year itch - Sam SHAW

1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire... 27/01/2017

1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...
1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...
1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...
1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...
1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...
1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...
1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...
1954 / (Part II) Marilyn dans une des scènes du film "The seven year itch" ; Victor MOORE jouant le rôle du plombier, Marilyn se coinçant le gros orteil dans le robinet de la baignoire...

Tags : 1954 - The seven year itch - Sam SHAW

1954 / NEWS / INEDIT / Dernière archive video de Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch". 15/01/2017

Tags : 1954 - The seven year itch - Jules SCHULBACK - Gladys RASMUSSEN - Natasha LYTESS - Bruno BERNARD

1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch". 29/12/2016

1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en peignoir lors du tournage du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - The seven year itch - Sam SHAW - Elliott ERWITT - George BARRIS

1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos). 19/12/2016

1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).

1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).
1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).
1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).
1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).
1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).
1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).
1954 / Marilyn répétant au piano pour une scène du film "The seven year itch". (mes captures d'écran + photos).

Tags : 1954 - The seven year itch

19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois. 22/11/2016

19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois.
19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois.
19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois.
19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois.
19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois.
19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois.

LYON Ben
 
Date de naissance : 6 février 1901, à Atlanta, Géorgie.
Date de décès : 22 mars 1979, sur un bateau de croisière, à Hawaï.
 
Exercice :
Acteur
Directeur de casting à la FOX.
 
Histoire 
Acteur, il se produisit dans les années 20 et 30, notamment aux côtés de Jean HARLOW dans « Hell's angels » (« Les anges de l'enfer ») (1930).
Parti en Angleterre avec sa femme Bebe DANIELS, ils y devinrent de célèbres animateurs à la BBC, dans « Life with the Lyons »  
Pendant la guerre il s'engagea comme pilote dans la "Royal Air Force", puis retourna à Los Angeles, où il occupa à la FOX le poste de directeur de casting.
17 juillet 1946 : Norma Jeane entra dans son bureau à la FOX ; il est admis qu'il la reçut en raison de l'insistance d'Helen AINSWORTH, mais LYON prétendit qu'il lui avait simplement dit de passer, sans rendez-vous.
Il lui demanda de lire quelques lignes extraites d'un rôle qui avait été tenu par Judy HOLLIDAY dans « Winged victory », un mélodrame de 1944 sur la guerre.
Son enthousiasme fut tel que deux jours après, il rassembla quatre des responsables de la FOX pour faire tourner à Marilyn un bout d'essai en Technicolor, sur le plateau de Betty GRABLE qui tournait « Mother wore tights » (« Maman était new-look »).
Darryl ZANUCK, le supérieur de LYON ne partageait pas son enthousiasme; mais pour une somme modique, le risque qu'il prenait était minime.
Il aida Norma Jeane à trouver un pseudonyme; Norma Jeane avait pensé à MONROE, le nom de jeune fille de sa mère.
Il trouva Marilyn, car elle lui faisait penser à l'actrice Marilyn MILLER (photo). En effet tout comme Marilyn MILLER, Norma Jeane avait les cheveux blonds et les yeux bleu-vert. 
 
Ben LYON avait été auparavant amoureux de Marilyn MILLER et avait été fiancé avec elle, peu avant sa rencontre avec sa femme, Bebe DANIELS. Enfant, Marilyn MILLER avait été abandonnée par un père tyrannique. LYON avait été frappé par la similitude de leur parcours. Elle était devenue une star de comédies musicales de Broadway dans les années 20, et avait eu un bref succès au cinéma. Après trois mariages et des échecs professionnels, sa santé s'était détériorée et elle était morte en 1936, à l'âge de 37 ans.
 
Ben LYON pose avec Marilyn sur le plateau du film "The seven year itch" en 1954.
19 Juillet 1946 / Ben LYON (photo) -directeur de casting pour la Fox- fait passer des essais à sa jeune recrue Norma Jeane, qui devait simplement aller et venir devant la caméra, en fumant une cigarette qu'elle écrasa ensuite dans un cendrier. L'essai était muet et filmé en couleur, ce qui était encore assez rare à l'époque pour un simple screen test. Le petit film fut ensuite montré à Darryl ZANUCK -le grand patron de la Fox- qui ne fut guère convaincu de la prestation de la futur Marilyn MONROE ! Mais grâce à la persévérance de Ben LYON, qui croyait au potentiel de Norma Jeane, on lui fit signer un contrat de six mois.

Tags : 1946 - Premier essai filmé de Marilyn - Ben LYON - The seven year itch - 1954

15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions. 18/11/2016

15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.
15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.
15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.
15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.
15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.
15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.
15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.
15 Septembre 1954 / Sur le tournage de la scène la plus culte du cinéma Américain, voir mondiale, où Marilyn décroche, le titre d'actrice la plus connue dans le monde. / Entre la 51 et 52st Street, au croisement de Lexington Avenue, New York City, il s'agit d'une scène mythique, l'une des plus célèbres de l'histoire du cinéma, qui reste sans doute la "scène la plus vue au monde", celle où la robe blanche de Marilyn se soulève entraînée par l'air d'une grille de métro. La presse en parla comme de "l'exhibition la plus intéressante depuis "Lady Godiva". Le soir du 14 septembre 1954, la police dressa des barrières de bois devant le cinéma "Trans-Lux Theater", au carrefour de Lexington Avenue et de la 52nd Street. Le département publicité des studios n'avait pas manqué l'occasion de prévenir la presse en communiquant le lieu exact du tournage et en garantissant que la circulation serait bloquée. Vers une heure du matin (donc le 15 septembre 1954), alors que le tournage devait débuter, plusieurs centaines de photographes et journalistes se bousculaient pour prendre place, au milieu d'une foule de milliers de spectateurs (d'après Billy WILDER, il y avait près de 5 000 personnes ; mais un journal avança le nombre d'environ 1 000 personnes), qui appréciait chaque moment en poussant des hourras et en criant avec frénésie "Plus haut ! Plus haut !", chaque fois que la jupe de Marilyn s'envolait. Le tournage dura cinq heures et il y eut quinze prises. Le vent était géré par une machine installée en-dessous de la grille d'aération du métro, sur laquelle Marilyn prenait place. Le responsable des effets spéciaux, Paul WURTZEL, avait fait placer un gigantesque ventilateur, afin que le courant d'air soit assez puissant pour soulever la robe de Marilyn et ainsi dévoiler ses jambes et sa culotte blanche. C'est pour cette raison que Marilyn, prévoyante, portait deux culottes blanches superposées, afin d'éviter tout effet de transparence, bien que certains ont suggéré le contraire (comme Bruno BERNARD), affirmant qu'elle ne portait qu'une culotte transparente. Apparemment, les techniciens qui manipulaient le ventilateur perçurent des pots-de-vin pour permettre à certains spectateurs d'avoir une vue "dégagée" d'en dessous. Avant que le tournage ne débuta avec les acteurs, on fit des essais avec des doublures : c'est Gloria MOSOLINO qui répéta, en huit prises, la scène de Marilyn afin de régler les lumières et l'air propulsé, et elle ne toucha que 20 Dollars et un repas pour ces répétitions.

Tags : 1954 - The seven year itch