61 tagged articles River of no return

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper. 07/02/2016

25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.
25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.
25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.
25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.
25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.
25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.
25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.
25 Juillet 1953 / Marilyn se rend à Seattle prendre l'avion en direction du Canada, afin de tourner les extérieurs du film "River of no return" : Elle fait une escale à Vancouver et visite "Stanley park" avant de se rendre à Jasper.

Tags : 1953 - River of no return - Vancouver

25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse. 12/02/2016

25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.
25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.
25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.
25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.
25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.
25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.
25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.
25 Juillet 1953 / Marilyn arrive à Jasper (Canada) pour les extérieurs du film "River of no return" ; L'hostilité régna sur le plateau lorsque le réalisateur Otto PREMINGER et Marilyn entamèrent une guerre d'usure. PREMINGER fit clairement comprendre qu'il travaillait sur ce film uniquement parce qu'il en était redevable par contrat à la Fox ; Darryl ZANUCK lui fit miroiter la technologie du nouveau Cinémascope, et certains critiques notèrent que PREMINGER avait plus envie de filmer le paysage spectaculaire que d'arracher une interprétation dramatique à ses acteurs. Comme  bon nombre de ses confrères il avait interdit au professeur d'art dramatique de Marilyn, Natasha LYTESS, l'accès au tournage, pour ne la rappeler que si le siège de la Fox le lui demandait comme une faveur. Physiquement, ce fut un rôle très exigeant pour Marilyn, une grande part de l'action impliquant de faire tomber les protagonistes dans la rivière lors du franchissement de ses effrayants rapides. Pour ses scènes, il fallut tremper Marilyn avec des seaux d'eau pour les raccords. PREMINGER insista pour que ses vedettes fassent elles-mêmes leurs cascades, ce qui ne fut pas sans conséquences. Ainsi le radeau de Marilyn et de son partenaire Robert MITCHUM resta bloqué dans les rapides, et il fallut les secourir. Dans ce film, Marilyn devait interpréter quatre chansons de Ken DARBY et Lionel NEWMAN, et elle répéta inlassablement « One silver dollar », « I'm gonna file my claim », « Down in the meadow » et la chanson-titre « River of no return », jusqu'à l'approcher de la perfection. L'été où le film sortit, RCA vendit plus de 75 000 disques de « I'm gonna file my claim » en trois semaines seulement. Les deux dernières semaines de tournage, Joe DiMAGGIO rejoignit Marilyn, notamment parce qu'elle avait été victime d'un accident : durant le tournage, elle était tombée du radeau dans l'Athabasca. Un médecin local diagnostiqua une possible entorse; les médecins du studio ne virent là rien de sérieux, mais Marilyn insista pour porter un bandage, et pendant quelques jours elle boitilla sur des béquilles, posant pour la presse.

Tags : 1953 - River of no return - Robert MITCHUM - Tommy RETTIG - Rory CALHOUN - Otto PREMINGER

1953 / Marilyn dans son hôtel à "Banff" lors du tournage du film "River of no return". 17/02/2016

1953 / Marilyn dans son hôtel à "Banff" lors du tournage du film "River of no return".

1953 / Marilyn dans son hôtel à "Banff" lors du tournage du film "River of no return".
1953 / Marilyn dans son hôtel à "Banff" lors du tournage du film "River of no return".

Tags : 1953 - River of no return - Fairmont Banff Springs Hotel

1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir. 29/02/2016

1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.
1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.
1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.
1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.
1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.
1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.
1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.
1953 / Magnifiques photos de Marilyn prisent lors du tournage du film "River of no return". Ce film marque la rencontre de deux des plus grandes stars d'Hollywood : Robert MITCHUM et Marilyn. Unique western réalisé par Otto PREMINGER, ce film est tourné dans les décors naturels des parcs nationaux de Banff et de Jasper au Canada. C'est surtout un des tout premiers films à être tourné en CinemaScope, avec un ratio de 2,55:1. Il s'agissait alors pour le cinéma américain d'enrayer la montée en puissance de la télévision en procurant au spectateur des sensations visuelles que la télévision ne pouvait lui offrir.

Tags : 1953 - River of no return

1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf. 02/03/2016

1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.
1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.
1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.
1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.
1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.
1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.
1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.
1953 / (Photos John VACHON) Quand Joe va rejoindre sa belle au Canada alors que Marilyn tourne les extérieurs du film "River of no return" ; Les deux dernières semaines de tournage, DiMAGGIO arriva, accompagné de son ami new-yorkais, George SOLOTAIRE. Pendant que Marilyn tournait, Joe allait à la chasse ou à la pêche, puis l’attendait dans leur bungalow à Jasper (Alberta) (un de ces Becker’s Bungalows où toute l’équipe du film avait trouvé à se loger) ou au "Mount Royal Hotel" à Banff lorsque la production  émigra vers un nouveau décor. DiMAGGIO initia Marilyn au golf.

Tags : Fairmont Banff Springs Hotel - 1953 - John VACHON - Joe DiMAGGIO - River of no return

1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return". 04/03/2016

1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".
1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".
1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".
1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".
1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".
1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".
1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".
1953 / (Part II) Marilyn près de chutes d'eau lors d'une scène qui sera coupée au montage dans le film "River of no return".

Tags : 1953 - River of no return - Allan SNYDER

1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine. 12/03/2016

1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.
1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.
1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.
1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.
1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.
1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.
1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.
1953 / « Hollywood débarque au Canada ! » (Pendant l’été 1953, on filme deux autres westerns dans les Rocheuses, et l’hôtel "Banff Springs" sert de Q.G.) Plutôt habitué à tirer platement le portrait de l’Américain moyen, John VACHON ne sait pas trop par quel bout de la lorgnette honorer cette affectation. Dans des lettres envoyées à sa femme, il se moque du vedettariat et de l’entourage zélé de Marilyn, qui se dresse entre lui et son modèle. Puis, la nouvelle tombe qu’elle s’est blessée la cheville sur le plateau de tournage. « Marilyn a failli se noyer ! » titre en une le journal local. Pour le photographe, c’est une bénédiction. Enfin, Marilyn prendra la pose, avec béquilles et le reste. John VACHON s’étonne d’être sous le charme. Il trouve Marilyn amicale, adorable, et est agréablement surpris par son côté terre à terre qui pointe sous la surface glamour. (De l’hôtel, il dira à la blague : « Vraiment superbe, si ce genre de chose t’allume. ») Seulement trois clichés paraîtront dans "LOOK", alors que les inédits dévoilent une facette plus fofolle de l’actrice. Une photo la représente à flanc de montagne, sur un télésiège, imitant le salut de la reine d’Angleterre ; sur une autre, elle frappe un coup de départ au golf du "Banff Springs", la taille moulée dans une jupe crayon, la cheville bandée. Elle semble heureuse de jouer le jeu pour un magazine, qu’elle rajuste l’uniforme d’une « police montée » ou fasse la moue au bord de la piscine.

Tags : 1953 - John VACHON - River of no return - Fairmont Banff Springs Hotel

1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS) 15/03/2016

1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
1947 à 1962 / FILMOGRAPHIE REELLE ET COMPLETE DE MARILYN (30 FILMS)
Date de sortie aux États-Unis: 9 décembre 1947.
Titre original : Dangerous Years.
Titre Français : Les années dangereuses.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : William Halop (Danny Jones), Ann Todd (Doris Martin), Scott Beckett (Willy Miller), Jérôme Cowan (Weston), Marilyn Monroe (Eve, une serveuse), Richard Gaines (Burns), Donald Curtis (Jeff Carter), Annabel Shaw, Dickie Moore.
Réalisateur : Arthur Pierson.
Scénario : Arnold Belgard.
Photographie : Benjamin Kline.
Musique : Rody Schrager.
Producteur : Benjamin Kline.
Durée : 1 h 30 mn.


Résumé du scénario : Dans un bar fréquenté par de jeunes délinquants, c'est Eve (Marilyn) qui sert à table. Pour lutter contre les mauvais coups qui se préparent, Jeff tue Danny et sera condamné à la prison à perpétuité. Lors du procès, on apprend que Jeff n'est autre que le fils du procureur...


Date de sortie aux États-Unis : 4 mars 1948.
Titre original : Scudda Hoo ! Scudda Hay ! (rebaptisé plus tard Summer lightning).
Titre Français/Belge : Bagarre pour une blonde.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : June Harver (Rad McGill), Lon McCallister (Snug Dominy), Walter Brennan (Tony Maule), Anne Revere (Judith Dominy), Nathalie Wood (Bean McGill), Robert Karnes (Stretch Dominy), Henry Hull (Milt Dominy), Tom Tully (Roarer McGill), Lee Mc Gregor (Ches), Geraldine Wall (Mrs McGill), Colleen Townsend, Marilyn Monroe, des filles.
Réalisateur : F.Hugh Herbert.
Scénario : F.Hugh Herbert, d'après un roman de George Agnew Chamberlain.
Musique : Cyril Mockridge dirigée par Lionel Newman.
Producteur : Walter Morosco.
Durée : 1 h 35 mn.


Résumé du scénario : Le rôle de Marilyn est celui d'une paysanne. Les scènes ou elle aurait dû apparaître à l'écran ayant été coupées au montage, il ne demeure d'elle qu'une silhouette lointaine ramant dans un canoë en compagnie de Colleen Townsend.


Date de sortie aux États-Unis: 1949.
Titre original : Ladies of the Chorus.
Titre Français : Les reines du Music-Hall.
Distribué par : Colombia.
Générique : Adele Jergens (May Martin), Marilyn Monroe (Peggy Martin), Randy Brooks (Randy Carroll), Nana Bryant (Mrs Carroll), Eddy Garr (Billy McCay), Steven Geray (Salisbury), Bill Edwards (Alan Wakefield), Marjorie Hoshell (Bubles Larue), Frank Scannell (Joe), Dave Barry (Ripple), Robert Clarke (Peter Winthrop).
Réalisateur : Phil Karlson.
Scénario : Harry Sauber/Joseph Carole.
Photographie : Frank Redman.
Costumes : Jean-Louis.
Musique : Fred Karger, chansons Allan Roberts/Lester Lee.
Producteur : Harry A.Romm.
Durée : 1 h 01 mn.


Résumé du scénario : May Martin, ancienne vedette du burlesque, appartient à la même troupe de girls que sa fille Peggy (Marilyn). Le bonheur de Peggy est compromis par son métier qu'ignore la mère du beau Randy, l'homme que Peggy désire épouser. Lorsqu'elle apprend par hasard que Peggy est chanteuse de cabaret, la mère de Randy s'invente un passé d'artiste de Music-Hall pour faire taire le qu'en-dira-t-on. Ainsi, le mariage peut avoir lieu sans encombre.


Date de sortie aux États-Unis: 10 octobre 1949.
Titre original : Love happy.
Titre Français : La pêche au trésor.
Distribué par : Les Artistes Associés.
Générique : Harpo Marx (Harpo), Chico Marx (Faustino the Great), Groucho Marx (Sam Grunion), Vera-Ellen (Maggie Phillips), Ilona Massey (Madame Elichi), Merion Hutton (Bunny Dolan), Raymond Burr (Alphonso Zotto), Melville Cooper (Trockmorton), Eric Blore (Mackinhaw), Bruce Gordon (Hannibal Zotto), Marilyn Monroe (une cliente de Grunion).
Réalisateur : David Miller.
Scénario : Frank Tashlin/Mac Benoff d'après une histoire de Harpo Marx.
Photographie : William C.Mellor.
Musique : Ann Ronnel.
Producteur : Lester Cowan.
Durée : 1 h 25 mn.


Résumé du scénario : Marilyn n'apparaît que quatre-vingt-dix secondes dans le bureau du détective Grunion qui est chargé de retrouver les diamants des Romanoff introduits aux États-Unis dans une boite à sardines. Lorsqu'elle entre dans le bureau, Marilyn déclare que "des hommes la suivent".

 
Date de sortie aux États-Unis: 21 avril 1950.
Titre original : A ticket to Tomahawk.
Titre Français : Le petit train du Far West (intitulé aussi Peaux rouges et visages pâles).
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Dan Dailey (Johny), Anne Baxter (Kit Dodge Jr), Rory Calhoun (Dakota), Walter Brennan (Terence Sweeny), Charles Kemper (Chuckity), Commie Gilchrist (Madame Adélaide), Arthur Hunnicutt (Sad eyes), Will Wright (Dodge), Chief Yowlachie ( Pawnee), Victor Sen Yung (Long Time), Mauritz Hugo (Dawson), Raymond Greenleaf (Mayor), Harry Carter (Charley), Herry Semour (Velvet Fingers), Robert Alder (Bat), Raymond Bond (Chef de gare), Charlie Stevens (Trancos), Joyce Mackensie (Ruby), Marilyn Monroe (Clara), Barbara Smith (Julie), Jack Elan (Fargo).
Réalisateur : Richard Sale.
Photographie : Harry Jackson.
Costumes : René Hubert.
Musique : Cyril Mockridge dirigée par Lionel Newman.
Chorégraphie : Kenny Williams.
Producteur : Robert Bassler.
Durée : 1 h 31 mn.


Résumé du scénario : Nous sommes en 1876. La ligne de chemin de fer qui doit atteindre pour la première fois Tomahawk dans le Colorado risque de compromettre la compagnie de diligences dirigée par Dawson. Celui-ci met alors en oeuvre un plan destiné à empêcher le train d'arriver à destination. Le tueur qu'il a engagé se mêle à une troupe de danseuses qui doit se produire à Tomahawk et dans laquelle chante Clara (Marilyn).

Date de sortie aux États-Unis: 5 mai 1950.
Titre original : The Fireball.
Titre Français : Le roi de la piste.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Mickey Rooney (Johnny Casar), Pat O'Brien (Père O'Hara), Beverly Tyler (Mary Reeves), Glenn Corbett (Mark Miller), James Brown (Alan), Marilyn Monroe (Polly), Ralph Dunke (Nick).
Réalisateur : Tay Garnett.
Scénario : Tay Garnett/Horace McKoy.
Photographie : Lester White.
Musique : Victor Young.
Producteur : Bert Friedlob.
Durée : 1 h 24 mn.


Résumé du scénario : Ce film est l'histoire d'un orphelin devenu champion de patinage. Grisé par la gloire, Johnny Casar devient vaniteux et ne pense qu'à avoir du succès auprès des filles, notamment avec Polly (Marilyn). Cependant, Mary, la fille qui l'aime vraiment saura réveiller en lui un amour désintéressé en l'aidant à soigner sa poliomyélite. Le rôle que tient Marilyn se réduit à une apparition.


Date de sortie aux États-Unis: 16 août 1950.
Titre original : Asphalt Jungle.
Titre Français : Quand la ville dort.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Sterling Hayden (Dix Handley), Louis Calhern (Alonzo Emmerich), Jean Hagen (Doll Conovan), James Withmore (Gus Minissi), Sam Jaffe (Riedenscneider), John McIntire (Hardy), Marc Lawrence (Cobby), Barry Kelly (Dietrich), Anthony Caruso (Luois Ciavelli), Teresa Cielli (Maria Ciavelli), Marilyn Monroe (Angela Pinlay), Dorothy Tree (May Emmerich), Brad Dexter (Bob Brannom).
Réalisateur : John Huston.
Scénario : John Huston.
Photographie : Harold Rossen.
Costumes : Helen Rose.
Musique : Miklos Rosza.
Durée : 1 h 42 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 22 août 1950.
Titre original : Right Cross.
Titre Français : Tourment.
Distribué par : MGM.
Générique : June Allyson (Pat O'Malley), Dick Powell (Rick Gavery), Ricardo Montalban (Johnny Monterez), Lionel Barrymore (Sean O'Malley), Teresa Celli (Martina Monterez), Tom Powers (Tom Balford), Ken Tobey (3ème reporter), Marilyn Monroe (une fille au club).
Réalisateur : John Sturges.
Scénario : Charles Schnee.
Photographie : Norbert Brodine.
Costumes : Helen Rose.
Musique : David Raskine.


Durée : 1 h 20 mn.
Résumé du scénario : deux amis aiment la même fille. Pour se consoler, l'un des deux sort avec d'autres femmes parmi lesquelles Marilyn qui tient un petit rôle de femme élégante et blasée dans un club. Pendant ce temps, Johnny poursuit sa carrière de boxeur et peut garder son amis.

Date de sortie aux États-Unis: 13 septembre 1950.
Titre original : All about Eve.
Titre Français : Eve.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Bette Davis (Margo Channing), Anne Baxter (Eve Harrington), George Sanders (Addison de Witt), Céleste Holm (Karen Richards), Gary Merrill (Bill Simpson), Hugh Marlowe (Lloyd Richards), Thelma Ritter (Birdie), Marilyn Monroe (Miss Caswell), Gregory Ratoff (Max Fabian), Barbara Bates (Phoebe), Walter Hampden (un acteur), Randy Stuart (une fille), Eddie Fisher (directeur artistique).
Réalisateur : Joseph L. Mankiewicz, d'après une histoire de Mary Orr "The wisdom of Eve".
Costumes : Édith Head/Charles Lemaire.
Durée : 2 h 08 mn.


Résumé du scénario : Miss Caswell, alias Marilyn, est une élève de l'École d'art dramatique de Copacabana qui apparaît dans une réception ou elle accompagne le critique new-yorkais Addison De Witt. L'histoire est celle d'une rivalité entre deux actrices, l'une célèbre, l'autre très ambitieuse et sui rêve de prendre sa place.

 
Date de sortie aux États-Unis: 14 mai 1951.
Titre original : Hometown story.
Distribué par : MGM.
Générique : Jeffrey Lynn (Blake Wahbourne), Donald Crisp (John McFarlane), Marjorie Reynolds (Janis Hunt), Alan Hale Jr (Slim Haskins), Marilyn Monroe (Iris Martin), Barbara Brown (Mrs Washburn).
Réalisateur : Arthur Pierson.
Scénario : Arthur Pierson.
Photographie : Lucien Andriot.
Musique : louis Forbès.


Durée : 1 h 01 mn.
Résumé du scénario : Le directeur d'un journal Blake Washburn se sert de son journal pour s'attaquer à l'industriel McFarlane qui l'a battu aux dernières élections de conseiller d'état. Sa secrétaire Iris Martin (Marilyn) l'aide. C'est McFarlane qui va sauver entre-temps la jeune s½ur de Blake, victime d'un accident, ce qui va changer le jugement de Blake à l'égard de l'industriel.
Critique de presse : Bog dans Variety : "Arthur Pierson a écrit le scénario et a utilisé une troupe d'acteurs capables tels que Donald Crisp et Marjorie Reynolds dans les premiers rôles... Marilyn Monroe, Barbara Brown satisfont les exigences du scénario."


Date de sortie aux États-Unis: 13 juin 1951.
Titre original : As young as you feel.
Titre Français : Rendez-moi ma femme.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Monty Wooley (John Hodges), Thelma Ritter (Della Hodges), David Wayne (Joe), Jean Peters (Alice Hodges), Constance Bennet (Lucile McKinley), Marilyn Monroe (Harriet), Allyn Joslyn (George Hodges), Albert Dekker (Louis McKinley), Minor Watson (Cleveland), Rusty Tamblyn (Willie), Roger Moore.
Réalisateur : Harmon Jones.
Scénario : Lamar Trotti d'après une histoire de Paddy Chayefsky.
Photographie : Joe Macdonald.
Costumes : Renie.
Musique : Cyril Mockridge.
Direction musicale : Lionel Newman.
Producteur : Lamar Trotti.


Durée : 1 h 17 mn.
Résumé du scénario : Pour réintégrer son poste dans la société qui l'employait, John Hodges se déguise en président-directeur général de cette société. son ancien patron McKinley qu'assiste sa très belle secrétaire Harriet (Marilyn), le reçoit. Hodges va faire un discours en faveur de tous ses collaborateurs retraités qui, comme lui, désireraient reprendre leur fonction. L'épouse de McKinley tombe amoureuse de Hodges et quitte son mari.


Date de sortie aux États-Unis: 15 octobre 1951.
Titre original : Love Nest.
Titre Français : Nid d'Amour.
Distribué par : 20 th Century Fox.
Générique : June Harver (Connie Scott), William Lundigan (Jim Scott), Frank Fay (Charlie Patterson), Marilyn Monroe (Roberta Stevens), Jack Paar (Ed Forbes), Leatrice Joy (Eadie Gaynor), Patricia Miller (Florence), Ray Montgomery (Mr Gray), Florence Auer (Mrs Braddock), Edna Holland (Mrs Engstrand).
Réalisateur : Joseph Newman.
Photographie : Lloyd Ahern.
Costumes : Renie.
Musique : Cyril Mockridge.
Directeur musical : Lionel Newman.
Producteur : Jules Buck.


Durée : 1 h 24 mn.
Résumé du scénario : Jim Scott est propriétaire d'un immeuble à New York. Pour l'aider à rénover les appartements, Charley, son ami qui escroque les veuves fortunées, lui prête de l'argent. Jim, devenu éditeur, publiera les mémoires de Charley qui a été incarcéré. Marilyn joue le rôle d'une locataire de l'immeuble qui compromet le couple formé par Jim et sa femme.
Critique de presse : Film Daily : "Love Nest est une aimable comédie qui doit beaucoup au talent de Frank Fay. Leatrice Joy participe également au numéro et met beaucoup de chaleur dans le personnage qu'elle incarne. Marilyn Monroe fait montre des mêmes qualités."


Date de sortie aux États-Unis: 23 octobre 1951.
Titre original : Let's make it legal.
Titre Français : Chérie, divorçons.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Claudette Colbert (Miriam), McDonald Carey (Hugh), Zachary Scott (Victor), Barbara Bates (Barbara Denham), Robert Wagner (Jerry Denham), Marilyn Monroe (Joyce), Frank Cady (Ferguson), Carol Savage (Miss Jessup), Paul Gerrits (laitier).
Réalisateur : Richard Sale.
Scénario : F. Hugh Herbert/I.A.L. Diamond.
Photographie : Lucien Ballart.
Costumes : Renie.
Musique : Cyril Mockridge.
Direction musicale : Lionel Newman.
Producteur : Robert Bassler.


Durée : 1 h 17 mn.
Résumé du scénario : Un couple divorcé Hugh et Miriam va se réconcilier après maintes péripéties. Notamment après la tentative de Joyce (Marilyn) de rendre Miriam jalouse en flirtant avec l'ex-prétendant de Miriam.
Critique de presse : Frank Quinn dans le New York Daily Mirror : "Claudette Colbert est une comédienne de talent mais elle est incapable à elle seule de rendre ce film aussi drôle qu'on été en droit d'espérer. Le film souffre de la faiblesse du scénario et manque de crédibilité des personnages... Marilyn Monroe exhibe son beau galbe et fait de temps à autre rebondir l'intérêt."

 
Date de sortie aux États-Unis: 16 mai 1952.
Titre original : Clash by night.
Titre Français : Le démon s'éveille la nuit.
Distribué par : RKO.
Générique : Barbara Stanwyck (Mae), Paul Douglas (Jerry), Robert Ryan (Earl), Marilyn Monroe (Peggy), J. Carrol Naish (Oncle Vince), Keith Anders (Joe Doyle), Sylvio Minciotti (papa).
Réalisateur : Fritz Lang.
Scénario : Alfred Hayes d'après une pièce de Clifford Odets.
Photographie : Nicholas Musuraca.
Costumes : Mickael Woulfe.
Chanson : "I hear a Rhapsody" chantée par Tony Martin.


Durée : 1 h 45 mn.
Résumé du scénario : Joe aime Peggy (Marilyn) qui travaille dans une conserverie de poissons. Mae, la soeur de Joe, qui a épousé le patron d'un chalutier, Jerry, est amoureuse d'un opérateur de cinéma. Après avoir voulu quitter son mari, Mae se réconcilie avec lui en lui promettant d'être désormais une bonne épouse.
Critique de presse : Alton Cook dans World-Telegram and Sun : "Avant de parler de Clash, nous devons signaler que ce film offre la première démonstration convaincante du talent d'actrice de Miss Monroe. Elle fait ses preuves et elle les fait bien... Cette fille dégage une vitalité rafraîchissante, sa féminité pétille d'esprit et de générosité. Son immense talent justifie toute la publicité faite par la Fox pour la promouvoir au rang de star. Elle n'a pas la vedette, mais elle est la vedette."


Date de sortie aux États-Unis: 1er juillet 1952.
Titre original : We're not married.
Titre Français : Cinq mariages à l'Essai.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Ginger Roger (Ramona), Fred Allen (Stève Gladwyn), Victor Moore (Juge de Paix), Marilyn Monroe (Annabel Norris), David Wayne (Jeff Norris), Eve Arden (Katie Woodruff), Paul Douglas (Hector Woodruff), Mitzi Gaynor (Patsy Fisher), Louis Calhern (Freddy Melrose), Zsa Zsa Gabor (Eve Melrose), Paul Stewart (Le juge Stone), Lee Marvin (Pinky), Selmer Jackson, Maurice Wallace, Tom Powers, Margie Litszt, Ralph Dumke.
Réalisateur : Edmund Goulding.
Scénario : Nunnally Johnson.
Photographie : Leo Tover.
Costumes : Elois Jenssen.
Musique : Cyril Mockridge.
Directeur musical : Lionel Newman.
Producteur : Nunnally Johnson.


Durée : 1 h 26 mn.
Résumé du scénario : Le mariage de cinq couples est déclaré nul par une lettre qui leur apprend que leur union est illégale. Dans un des cinq sketches de cette comédie, Annabel Norris (Marilyn), Miss Mississippi, rêve de devenir Miss Amérique mais se heurte à l'opposition de son mari. Comme ils ne sont pas vraiment mariés, Annabel se présente au concours et réussit. Les deux époux réconciliés peuvent alors une seconde fois s'unir devant la loi.
Critique de presse : Otis L. Guernsey dans le New York Herald Tribune : " Nunnally Johnson jongle avec le mariage dans " We're not married" avec David Wayne et Marilyn Monroe qu'on croirait sculptée par la main de Michel-Ange ; on conçoit, en la voyant, qu'un mari casanier puisse exiger de sa femme qu'elle renonce aux lauriers d'un concours de beauté pour rentrer au foyer."


Date de sortie aux États-Unis: 17 juillet 1952.
Titre original : Don't bother to knock.
Titre Français : Troublez-moi ce soir.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Richard Widmark (Jed Towers), Marilyn Monroe (Nell), Anne Bancroft (Lyn Leslie), Donna Corcoran (Bunny), Jeanne Gagney (Rochelle), Lurenne Tuttle (Mrs Ruth Jones), Elisha Cook Jr (Eddie), Jim Backus (Peter Jones), Verna Felton (Mrs Balley), Willis B. Bouchey (Bartender), Don Beddoe, Gloria Blondell, Grace Hayle, Michael Ross, Dick Cogan.
Réalisateur : Roy Baker.
Scénario : Daniel Taradah d'après un roman de Charlotte Armstrong.
Photographie : Lucien Ballard.
Costumes : Travilla.
Directeur musical : Lionel Newman.
Producteur : Julian Blaustein.
Durée : 1 h 16 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 3 septembre 1952.
Titre original : Monkey Business.
Titre Français : Chérie, je me sens rajeunir.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Cary Grant (Barnaby Fulton), Ginger Rogers (Edwina Fulton), Charles Coburn (Mr Oxley), Marilyn Monroe (Lois Laurel), Hugh Marlowe (Harvey Entwhistle), Henri Letondal (Siegfried Kitzel), Larry Keating (Mr Cuverly), George Winslow (un petit indien), Heine Conklin, Gil Straton Jr, Harry Carey Jr.
Réalisateur : Howard Hawks.
Scénario : Ben Hecht/Charles Lederer/I.A.L. Diamond d'après une histoire de Harry Segal.
Photographie : Milton Krasner.
Costumes : Travilla.
Musique : Leigh Harline.


Durée : 1 h 37 mn.
Résumé du scénario : L secrétaire Lois Laurel (Marilyn) qui ne sait pas taper à la machine, est chargée par son directeur de laboratoire de rattraper un chimiste retombé en enfance grâce à un élixir de jouvence préparé accidentellement par un chimpanzé et que tous les héros vont absorber malgré eux.
Critique de presse : Archer Winsten dans le New York Post : "Marilyn Monroe que Cary Grant qualifie de "moitié d'enfant" et Ginger Rogers de "moitié non visible", joue et déambule d'une manière que je qualifierai, quant à moi, de suggestive. Et ce qu'elle suggère c'est quelque chose que le film évoque avec ou sans cure de jouvence.


Date de sortie aux États-Unis: 26 août 1952.
Titre original : O'Henry Full House.
Titre Français : La sarabande des pantins (film composé de cinq sketches : celui dans lequel joue Marilyn s'intitule The cop and the Anthem - Le policier et le Motet ; les autres sketches : The Clarion Call - L'appel du clairon de Henry Hathaway, The Last Leaf - La dernière feuille de Jean Negulesco, The Ramsom of the red Chief - La rançon du chef rouge de Howard Hawks et The Gift of the Magi - Le cadeau des rois mages de Henry King).
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Charles Laughton (Soapy), Marilyn Monroe (une passante), David Wayne (Horace).
Réalisation : Henry Koster.
Scénario : Lamar Trotti.
Photographie : Lloyd Athern.
Musique : Alfred Newman.


Durée : 19 mn.
Résumé du scénario : Soapy cherche à se faire arrêter pour être à l'abri du froid de l'hiver. Il aborde donc une femme (Marilyn) dans la rue en espérant qu'elle demandera de l'aide à la police. Mais il s'agit d'une prostituée et Soapy s'enfuit. Il pense alors qu'il vaudrait mieux trouver un emploi mais il est condamné à trois mois de prison pour vagabondage.
Critique de presse : Archer Winstern dans le New York Post : "L'interprétation de Charles Laughton est en tout point conforme à sa manière de jouer la comédie, elle a pour but de provoquer les rires... Aussi pulpeuse qu'elle l'était dans "quand la ville dort", Marilyn Monroe est une péripatéticienne de grande classe.

 
Date de sortie aux États-Unis: 22 janvier 1953.
Titre original : Niagara.
Titre Français : Niagara.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Marilyn Monroe (Rose Loomis), Joseph Cotten (George Loomis), Jean Peters (Polly Cutler), Casey Adams (Ray Cutler), Denis O'Dea (Starkey), Richard Allan (Patrick), Don Wilson (Mr Kettering), Lurene Tuttle (Mrs Kettering), Russel Collins (Mr Qua), Will Wright, Lester Matthews, Carleton Young, Minerva Urecal, Tom Reynolds, George Ives.
Réalisateur : Henry Hathaway.
Scénario : Charles Brackett/Walter Reisch/Richard Breen.
Photographie : Joe McDonald.
Costumes : Dorothy Jeakins.
Musique : Sol Kaplan.
Effets spéciaux : Ray Kellogs.
Producteur : Charles Brackett.
Durée : 1 h 29 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 26 juin 1953.
Titre original : Gentlemen prefer blondes.
Titre Français : Les hommes préfèrent les blondes.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Jane Russel (Dorothy), Marilyn Monroe (Lorelei), Charles Coburn (Sir Francis Beekman), Elliot Reid (Malone), George Winslow (Henry Spofford III), Marcel Dalio (le magistrat), Teaylor Holmes (Esmond Sr), Norma Varden, Howard Wendell, Steven Geray, Henri Letondal, Leo Mostovoy, Alex Frazer, George Davis, Alphonse Martell, Jean de Briac.
Réalisateur : Howard Hawks.
Scénario : Charles Lederer d'après une comédie musicale de Joseph Fields/Anita Loos.
Costumes : Travilla.
Musique et chansons : Jules Styne/Leo Robin/Hoagy Carmichael/Harold Adamson.
Chorégraphie : Jack Cole.
Producteur : Sol C. Siegel.
Durée : 1 h 25 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 5 novembre 1953.
Titre original : How to marry a millionnaire.
Titre Français : Comment épouser un millionnaire.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Betty Grable (Loco), Marilyn Monroe (Pola), Lauren Bacall (Shatze Page), David Wayne (Freddie Denmark), Rory Calhoun (Eben), Cameron Mitchell (Tom Brookman), Alex d'Arcy (J. Stewart Merill), Fred Clark (Waldo Brewster), William Powell (J.D. Hanley), Percy Helton (Benton).
Réalisateur : Jean Negulesco.
Scénario : Nunnally Johnson d'après des pièces de Zoe Atkins ("The Greek had a word for it") et de Dale Unsor/Katherine Albert ("Loco").
Photographie : Joe McDonald.
Costumes : Travilla.
Musique : Lionel Newman/Cyril Mockridge.
Producteur : Nunnally Johnson.
Durée : 1 h 35 mn.

 
Date de sortie aux États-Unis : 23 avril 1954.
Titre original : River of no return.
Titre Français : Rivière sans retour.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Robert Mitchum (Matt Calder), Marilyn Monroe (Kay Weston), Rory Calhoun (Harry Weston), Tommy Rettig (Mark), Murvyn Vye (Colby), Douglas Spencer (Benson), Ed Hinton (Gambler), Don Beddoe, Claire Andre, Jack Mather.
Réalisateur : Otto Preminger.
Scénario : Frank Fenton d'après une histoire de Louis Lantz.
Photographie : Joseph La Shelle.
Costumes : Travilla.
Musique : Cyril Mockridge dirigée par Lionel Newman.
Chorégraphie : Jack Cole.
Effets spéciaux : Ray Kellog.
Producteur : Stanley Rubin.
Durée : 1 h 31 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 8 décembre 1954.
Titre original : There's no business like show business.
Titre Français : La joyeuse parade.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Ethel Merman (Molly Donahue), Donald O'Connor ( Tim Donahue), Marilyn Monroe (Vicky), Dan Dailey (Terrance Donahue), Johnnie Ray (Steve Donahue), Mitzi Gaynor (Katy Donahue), Hugh O'Brian, Frank McHugh, Rhys Williams, Lee Patrick, Lyle Talbot, Richard Easthman.
Réalisateur : Walter Lang.
Scénario : Harry & Phoebe Ephron d'après une histoire de Lamar Trotti.
Photographie : Leon Shamroy.
Costumes : Miles White/Travilla.
Musique : Lionel & Alfred Newman.
Chansons : Irvin Berlin.
Chorégraphie : Robert Alton/Jack Cole.
Durée : 1 h 47 mn.

 
Date de sortie aux États-Unis: 3 juin 1955.
Titre original : The seven year itch.
Titre Français : Sept ans de réflexion.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Marilyn Monroe (la fille), Tom Ewell (Richard Sherman), Evelyn Keyes (Helen Sherman), Sonny Tufts (Tom McKensie), Robert Strauss (Kruhulik), Oscar Homolka (Dr Brubaker), Marguerite Chapman (Miss Morris), Victor Moore (le plombier), Roxanne (Elaine), Donald McBride, Carolyn Jones, Dorothy Ford, Butch Bernard, Doro Merando.
Réalisateur : Billy Wilder.
Scénario : George Axelrod/ Billy Wilder d'après une pièce de George Axelrod.
Photographie : Milton Krasner.
Costumes : Travilla.
Musique : Alfred Newman.
Producteur : Charles K. Feldman/ Billy Wilder.
Durée : 1 h 45 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 15 août 1956.
Titre original : Bus stop.
Titre Français : Arrêt d'autobus.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Marilyn Monroe (Chérie), Don Murray (Bo), Arthur O'Connell (Virgil), Betty Field (Grace), Eileen Heckart (Vera), Robert Pray (Carl), Hope Lange (Elena), Casey Adams (le reporter de Life), Hans Conreid (le photographe de Life), Greta Thyssen (cover-girl).
Réalisateur : Joshua Logan.
Scénario : George Axelrod d'après une pièce de William Inge.
Photographie : Milton Krasner.
Costumes : Travilla.
Musique : Alfred Newman/Cyril Mockridge.
Producteur : Buddy Adler.
Durée : 1 h 34 mn.

 
Date de sortie aux États-Unis: 15 mai 1957.
Titre original : The prince and the show-girl.
Titre Français : Le prince et la danseuse.
Distribué par : Warner Bros pour le compte de Marilyn Monroe Productions Inc.
Générique : Laurence Olivier (le régent), Marilyn Monroe (Elsie-Marina), Sybil Thorndyke (la reine douairière), Richard Wattis (Northbrook), Jeremy Spenser (le roi Nicholas), Esmond Knight (Hoffman), Paul Hardwick (le majordome), Rosamund Greenwood (Maud), Aubrey Dexter, Maxime Audley, Harold Goodwin, Andrea Melandrinos, Var Day, Margot Lister.
Réalisateur : Laurence Olivier.
Scénario : Terence Rattigan d'après sa pièce.
Photographie : Jack Cardiff.
Costumes : Beatrice Dawson.
Musique : Richard Addinsell.
Chorégraphie : William Chappell.
Producteur : Laurence Olivier.
Durée : 1 h 47 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 25 février 1959.
Titre original : Some like it hot.
Titre Français : Certains l'aiment chaud.
Distribué par : United Artists.
Générique : Marilyn Monroe (Sugar), Tony Curtis (Joe), Jack Lemmon (Jerry), George Raft (Spats), Pat O'Brien (Mulligan), Joe E. Brown (Osgood), Nehemiah Persoff (Bonaparte), Joan Shawlee (Sue), George E. Stone (Toothpick), Edward G. Robinson (Paradise), Mike Mazurki, Harry Wilson.
Réalisateur : Billy Wilder.
Scénario : Billy Wilder d'après une histoire de R. Thoeren/M.Logan.
Photographie : Charles Lang Jr.
Costumes : Orry-Kelly.
Musique : Adolph Deutsch.
Producteur : Billy Wilder.
Durée : 2 h 01 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 24 août 1960.
Titre original : Let's make love.
Titre Français : Le milliardaire.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Marilyn Monroe (Amanda), Yves Montand (Jean-Marc Clément), Frankie Vaughan (Tony Danton), Tony Randall (Alexander Coffman), Wilfred Hyde White (John Wales), David Burns (Olivier Burton), Michael David (Dave Kerry), Mara Lynn (Lily Nyles), Dennis King Jr, Joe Besser, Madge Kennedy, Ray Foster, Mike Mason, John Craven, Harry Cheshire, Milton Berle, Bing Crosby, Gene Kelly.
Réalisateur : George Cukor.
Scénario : Norman Krasna.
Photographie : Daniel L. Fapp.
Costumes : Dorothy Jeakins.
Musique : Lionel Newman/Sammy Cahn/James Van Heusen/Cole Porter.
Chorégraphie : Jack Cole.
Producteur : Jerry Wald.
Durée : 1 h 48 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 1er février 1961.
Titre original : The misfits.
Titre Français : Les désaxés.
Distribué par : United Artists.
Générique : Clark Gable (Gay Langland), Marilyn Monroe (Roslyn Tabor), Montgomery Clift (Perce Howland), Thelma Ritter (Isabelle Steers), Eli Wallach (Guido), James Barton, Estelle Winwood, Kevin McCarthy (le mari de Roslyn), Denis Shaw, Philip Mitchell, Walter Ramage, Peggy Barton, J. Lewis Smith, Marietta Tree, Ryall Bowker, Ralph Roberts.
Réalisateur : John Huston.
Scénario : Arthur Miller.
Photographie : Russel Metty.
Costumes : Jean-Louis.
Musique : Alex North.
Producteur : Frank E. Taylor.
Durée : 2 h 04 mn.

Date de sortie aux États-Unis: 1962.
Titre original : Something's got to give.
Titre Français : Quelque chose va craquer.
Distribué par : 20th Century Fox.
Générique : Marilyn Monroe, Dean Martin, Cyd Charisse, Phil Silvers, Wally Cox.
Réalisateur : George Cukor.
Scénario : Walter Bernstein.
Photographie : Frantz Planer.
Costumes : Jean-Louis.
Producteur : Henry T. Weinstein.
Dernier film de Marilyn Monroe. Il aurait été son trentième film. Il s'agit d'un remake de "My favorite wife" et Marilyn y reprend le rôle tenu par Irene Dunne. Le scénario a été utilisé l'année suivante pour le tournage de "Move over darling - Pousse-toi, chérie", avec Doris Day et James Garner, Chuck Connors, réalisé par Michael Gordon


Date de sortie aux États-Unis: 1963.
Titre original : Marilyn.
Titre Français : Marilyn.
Distribué par : 20th Century Fox.
Film de montage consacré à la carrière que fit Marilyn avec la compagnie Fox.
Commentaires de Rock Hudson.



Tags : Filmographie - 1951 - As young as you feel - Clash by night - 1952 - Don't bother to knock - Promotion "Monkey business" - Monkey business - Atlantic City - Niagara - 1953 - River of no return - 1954 - The seven year itch - 1956 - Bus stop

19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON. 22/03/2016

19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.
19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.
19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.
19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.
19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.
19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.
19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.
19 Août 1953 / Marilyn dans sa chambre d'hôtel à Banff, dans les rocheuses canadiennes, où elle loge pour les besoins des extérieurs du film "River of no return" ; photos signées John VACHON.

Tags : Fairmont Banff Springs Hotel - 1953 - John VACHON - River of no return

1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop". 24/03/2016

1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".
1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".
1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".
1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".
1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".
1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".
1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".
1952-56 / Gladys RASMUSSEN, coiffeuse à la Fox, née en 1915, décédée en avril 1987. Elle a coiffée Marilyn à plusieurs reprises. En effet elle coiffa la star sur de nombreux tournages et autres soirées de 1952 à 1956, notamment sur les plateaux des films "River of no return", "The seven year itch", "How to marry a millionaire", "There's no business like show business" ou encore "Bus stop".

Tags : 1952 - Gladys RASMUSSEN - River of no return - There's no business like show business - The seven year itch - Bus stop - How to marry a millionaire - Allan SNYDER - 1954 - 1953 - 1956 - William TRAVILLA - John FLOREA - John VACHON