15 tagged articles Cecil BEATON

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier. 19/09/2015

1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.
1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.
1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.
1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.
1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.
1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.
1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.
1956 / BACKSTAGE / Marilyn en plein travail, écoutant les conseils du photographe Cecil BEATON, pour des sessions photos avec ce dernier.

Tags : 1956 - Cecil BEATON

22 Février 1956 / HISTOIRE D'UNE PHOTO / Le 22 février 1956 Marilyn pose devant l'objectif de Cecil BEATON pour le magazine "Harper's Bazaar". Trois mois durant le photographe avait tout fait pour obtenir un rendez-vous. Ils se retrouvent dans une suite de l'hôtel "Ambassador" de New York. Comme à son habitude, Marilyn arrive avec une heure et quart de retard. C'est lors de cette séance que BEATON prit le cliché préféré de Marilyn d'elle-même: enroulée dans une étole rose et allongée dans un lit aux draps blancs, elle tient un oeillet rouge sur sa poitrine. Elle avait d'ailleurs encadrée cette photo -en noir et blanc- dans son appartement new-yorkais situé au 444 East 57th Street (photo), faisant parti d'un triptyque, accompagnée d'une lettre élogieuse du photographe. 20/03/2016

22 Février 1956 / HISTOIRE D'UNE PHOTO / Le 22 février 1956 Marilyn pose devant l'objectif de Cecil BEATON pour le magazine "Harper's Bazaar". Trois mois durant le photographe avait tout fait pour obtenir un rendez-vous. Ils se retrouvent dans une suite de l'hôtel "Ambassador" de New York. Comme à son habitude, Marilyn arrive avec une heure et quart de retard. C'est lors de cette séance que BEATON prit le cliché préféré de Marilyn d'elle-même: enroulée dans une étole rose et allongée dans un lit aux draps blancs, elle tient un oeillet rouge sur sa poitrine.  Elle avait d'ailleurs encadrée cette photo -en noir et blanc- dans son appartement new-yorkais situé au 444 East 57th Street (photo), faisant parti d'un triptyque, accompagnée d'une lettre élogieuse du photographe.

22 Février 1956 / HISTOIRE D'UNE PHOTO / Le 22 février 1956 Marilyn pose devant l'objectif de Cecil BEATON pour le magazine "Harper's Bazaar". Trois mois durant le photographe avait tout fait pour obtenir un rendez-vous. Ils se retrouvent dans une suite de l'hôtel "Ambassador" de New York. Comme à son habitude, Marilyn arrive avec une heure et quart de retard. C'est lors de cette séance que BEATON prit le cliché préféré de Marilyn d'elle-même: enroulée dans une étole rose et allongée dans un lit aux draps blancs, elle tient un oeillet rouge sur sa poitrine.  Elle avait d'ailleurs encadrée cette photo -en noir et blanc- dans son appartement new-yorkais situé au 444 East 57th Street (photo), faisant parti d'un triptyque, accompagnée d'une lettre élogieuse du photographe.
22 Février 1956 / HISTOIRE D'UNE PHOTO / Le 22 février 1956 Marilyn pose devant l'objectif de Cecil BEATON pour le magazine "Harper's Bazaar". Trois mois durant le photographe avait tout fait pour obtenir un rendez-vous. Ils se retrouvent dans une suite de l'hôtel "Ambassador" de New York. Comme à son habitude, Marilyn arrive avec une heure et quart de retard. C'est lors de cette séance que BEATON prit le cliché préféré de Marilyn d'elle-même: enroulée dans une étole rose et allongée dans un lit aux draps blancs, elle tient un oeillet rouge sur sa poitrine.  Elle avait d'ailleurs encadrée cette photo -en noir et blanc- dans son appartement new-yorkais situé au 444 East 57th Street (photo), faisant parti d'un triptyque, accompagnée d'une lettre élogieuse du photographe.
22 Février 1956 / HISTOIRE D'UNE PHOTO / Le 22 février 1956 Marilyn pose devant l'objectif de Cecil BEATON pour le magazine "Harper's Bazaar". Trois mois durant le photographe avait tout fait pour obtenir un rendez-vous. Ils se retrouvent dans une suite de l'hôtel "Ambassador" de New York. Comme à son habitude, Marilyn arrive avec une heure et quart de retard. C'est lors de cette séance que BEATON prit le cliché préféré de Marilyn d'elle-même: enroulée dans une étole rose et allongée dans un lit aux draps blancs, elle tient un oeillet rouge sur sa poitrine.  Elle avait d'ailleurs encadrée cette photo -en noir et blanc- dans son appartement new-yorkais situé au 444 East 57th Street (photo), faisant parti d'un triptyque, accompagnée d'une lettre élogieuse du photographe.
22 Février 1956 / HISTOIRE D'UNE PHOTO / Le 22 février 1956 Marilyn pose devant l'objectif de Cecil BEATON pour le magazine "Harper's Bazaar". Trois mois durant le photographe avait tout fait pour obtenir un rendez-vous. Ils se retrouvent dans une suite de l'hôtel "Ambassador" de New York. Comme à son habitude, Marilyn arrive avec une heure et quart de retard. C'est lors de cette séance que BEATON prit le cliché préféré de Marilyn d'elle-même: enroulée dans une étole rose et allongée dans un lit aux draps blancs, elle tient un oeillet rouge sur sa poitrine.  Elle avait d'ailleurs encadrée cette photo -en noir et blanc- dans son appartement new-yorkais situé au 444 East 57th Street (photo), faisant parti d'un triptyque, accompagnée d'une lettre élogieuse du photographe.
22 Février 1956 / HISTOIRE D'UNE PHOTO / Le 22 février 1956 Marilyn pose devant l'objectif de Cecil BEATON pour le magazine "Harper's Bazaar". Trois mois durant le photographe avait tout fait pour obtenir un rendez-vous. Ils se retrouvent dans une suite de l'hôtel "Ambassador" de New York. Comme à son habitude, Marilyn arrive avec une heure et quart de retard. C'est lors de cette séance que BEATON prit le cliché préféré de Marilyn d'elle-même: enroulée dans une étole rose et allongée dans un lit aux draps blancs, elle tient un oeillet rouge sur sa poitrine.  Elle avait d'ailleurs encadrée cette photo -en noir et blanc- dans son appartement new-yorkais situé au 444 East 57th Street (photo), faisant parti d'un triptyque, accompagnée d'une lettre élogieuse du photographe.

Tags : 1956 - Cecil BEATON - Triptyque Cecil BEATON - Autograph - Effet personnel

1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON. 30/04/2016

1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.
1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.
1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.
1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.
1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.
1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.
1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.
1956 / Dans les coulisses d'une session photos avec Cecil BEATON.

Tags : 1956 - Cecil BEATON

22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957. Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture. 11/09/2016

22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.
22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.
22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.
22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.
22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.
22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.
22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.
22 Février 1956 / Marilyn déjeune au "Waldorf Astoria" avec la  journaliste Elsa MAXWELL ; plus tard dans la journée, elle fera une séance photos avec Cecil BEATON. / Elsa MAXWELL, née le 24 mai 1883 à Keokuk (Iowa), morte à New York, le 1er novembre 1963, était une chroniqueuse américaine, écrivain et organisatrice de soirées mondaines. Elle commence sa carrière comme pianiste puis rejoint une troupe de théâtre au début des années 1900 avant de se produire dans des spectacles de music-hall. Elle voyage alors beaucoup, notamment en Europe et en Afrique du Sud. Après la Première Guerre mondiale, elle se spécialise dans l'organisation de soirées et de réceptions pour les personnalités en vue de l'époque. Elle loue des salles à Monaco et à Venise, invite des artistes et veille éventuellement à imposer un thème. Après avoir tenté sa chance à Hollywood, où elle participe à quelques films sans grand succès, elle décide de profiter des soirées qu'elle organise ou auxquelles elle est invitée pour rédiger des chroniques qu'elle fournit à la presse et à la radio. Les fêtes qu'elle organise deviennent le rendez-vous des aristocrates et des vedettes de l'écran, des milliardaires et des starlettes. Elle alterne bals costumés et « Murder Party », se met parfois au piano et observe soigneusement les invités pour alimenter ses chroniques. C'est lors d'une de ses soirées à Cannes en 1948 que Rita HAYWORTH rencontre le prince Ali KHAN. Et c'est elle qui présente Maria CALLAS à Aristote ONASSIS, au cours d'une soirée vénitienne en 1957.  Sous ses dehors enjoués, Elsa MAXWELL aurait été une lesbienne qui aurait notamment tenté de séduire La CALLAS. Auteur de quatre livres, de plusieurs scénarios de films et de chansons, elle apparaît aussi dans des séries télévisées et dans le film "Le Cabaret des étoiles" ("Stage Door Canteen") de Frank BORZAGE, en 1943, aux côtés de Judith ANDERSON et d'autres acteurs. Elle tente un moment de se lancer dans l'édition en lançant, en 1953, le magazine "Elsa Maxwell's Café Society", qui ne connaîtra qu'un seul numéro sur lequel Zsa Zsa GABOR pose en couverture.

Tags : 1956 - Jacques LOWE - Cecil BEATON - Déjeuner avec Elsa MAXWELL

22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York. 03/11/2016

22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.
22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.
22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.
22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.
22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.
22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.
22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.
22 Février 1956 / Marilyn et sa dame de compagnie se rendent à une séance photos dans les studios de Cecil BEATON, à New York.

Tags : 1956 - Cecil BEATON

22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO). 17/11/2016

22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).
22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).
22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).
22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).
22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).
22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).
22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).
22 Février 1956 / « Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur » (Victor HUGO).

Tags : 1956 - Cecil BEATON

1956 / Superbe portrait de Marilyn "à l'oiseau" par Cecil BEATON. 20/12/2016

Tags : 1956 - Cecil BEATON

NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE). 04/01/2017

NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).
NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).
NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).
NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).
NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).
NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).
NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).
NEWS / EXPO : Marilyn MONROE "I wanna be loved by you" (du 22 Octobre 2016 au 1er Mai 2017) HOTEL DE CAUMONT, Centre d'Art, AIX-EN-PROVENCE).

Marilyn MONROE (1926-1962) est certainement la star la plus photographiée dans l'histoire du cinéma. André DE DIENES, Milton GREENE, Philippe HALSMAN, Eve ARNOLD, Cecil BEATON, Richard AVEDON, Sam SHAW, Ed FEINGERSH, George BARRIS, Bert STERN... les meilleurs photographes de son temps l'ont immortalisée, faisant de Marilyn l'icône que tout le monde connaît.

A travers une soixantaine de tirages photographiques, principalement issus de collections privées, et de nombreux supports multimédia, l'exposition « Marilyn » raconte l'histoire de la relation particulière que Marilyn MONROE a toujours entretenue avec la photographie et les photographes. Une relation centrale dans la construction de son image mythique.


Plus encore que la caméra, Marilyn aimait l'appareil photo et les photographes le lui rendaient bien. On sait combien Marilyn MONROE s'est prêtée au jeu de la célébrité, renvoyant à chaque paparazzi un sourire éclatant. Très jeune, elle dévore les magazines de cinéma dont les photos idéalisées éveillent son intérêt pour la photographie. Débutant comme modèle puis comme pin-up, elle comprend vite le pouvoir de l'image, dont elle a besoin pour lancer sa carrière cinématographique, et s'en empare. Sa photogénie exceptionnelle et son travail intensif avec les photographes hollywoodiens réputés portent vite leurs fruits et elle apparaît en couverture de nombreux magazines, contribuant au développement de sa popularité comme de son érotisme. C'est sous l'objectif des photographes publicitaires des studios que Norma Jeane BAKER, petite fille à l'enfance difficile, devient Marilyn MONROE, la star. Les médias construisent l'image toute faite d'une femme joyeuse, radieuse. Or Marilyn est multiple, complexe. Car l'icône a deux faces : celle, solaire et lumineuse, de la blonde et celle, plus sombre, d'une jeune femme perfectionniste, fragile et vulnérable.
Marilyn noue un dialogue de confiance avec les photographes, plus qu'avec les journalistes ou même les réalisateurs. Elle initie très régulièrement des séances de photographie pour façonner elle-même son image et se défaire du rôle dans lequel l'enferment les médias et les studios hollywoodiens, la Fox en particulier. Marilyn tient à contrôler chaque image – comme sur ces planches contacts de la « Dernière Séance » de Bert STERN, présentée en fin d'exposition, où elle barre les clichés qui lui déplaisent. C'est cette co-construction de son image, révélant la maîtrise du photographe autant que la sienne, qui est ainsi donnée à voir.
 

Tags : Expositon 2016-2017 - Sam SHAW - 1957 - Bert STERN - 1962 - Philippe HALSMAN - 1952 - Milton GREENE - 1954 - Cecil BEATON - 1956 - Richard AVEDON - 1958 - Andre DE DIENES - 1946 - Eve ARNOLD - 1960

1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON. 08/01/2017

1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.
1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.
1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.
1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.
1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.
1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.
1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.
1956 / Session photos de Marilyn par le photographe Cecil BEATON.

Tags : 1956 - Cecil BEATON

1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON. 23/01/2017

1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.
1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.
1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.
1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.
1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.
1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.
1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.
1956 / Une des sessions photos préférées de Marilyn sous l'objectif de Cecil BEATON.

Tags : 1956 - Cecil BEATON