43 tagged articles 1959

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !
DES PHOTOS PAR MILLIERS, AUCUNE EN DOUBLE...
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe. 05/03/2017

1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.

1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.

Tags : 1960 - Let's make love - 1959 - Jack COLE

13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses. 19/02/2017

13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.
13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.
13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.
13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.
13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.
13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.
13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.
13 Mars 1959 / (Part III) Marilyn reçoit un prix italien, pour sa prestation dans le film "The Prince and the showgirl", le "David Di DONATELLO", l'équivalent d'un "Golden Globe" aux Etats Unis ; l'actrice Anna MAGNANI était présente lors de la remise du prix, et offrit à Marilyn, accompagnée de MILLER, un bouquet de roses.

Tags : 1959 - Arthur MILLER - Prix "David Di DONATELLO" - Effet personnel

Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE. 26/01/2017

Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.

Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.
Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.
Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.
Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.
Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.
Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.
Mars 1959 / Marilyn se rend à Chicago pour deux jours, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont une partie se déroule dans cette ville ; Lors de son séjour, elle posera pour des photos en studio pour les photographes Manfred Linus KREINER et Earl GUSTIE.

Tags : 1959 - Manfred Linus KREINER - Earl GUSTIE - Chicago - Cover

19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé -à lui et sa femme Nina- un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN. 16/01/2017

19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.
19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.
19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.
19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.
19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.
19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.
19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.
Dès le matin, Marilyn s'est levée tôt de son bungalow au "Beverly Hills Hotel" et commence le complexe processus de transformation en Marilyn MONROE. C'est d'abord Ralph ROBERTS, son masseur, qui vient la masser. Ensuite, son coiffeur Sydney GUILAROOF la coiffe. Puis, son maquilleur Whitey SNYDER la maquille. Enfin, elle enfile sa robe noire moulante à motifs, robe de son prochain film "Let's make love". Lena PEPITONE, la femme de chambre de Marilyn racontera dans ses mémoires : "Au début, on dit à Marilyn qui était KHROUCHTCHEV, car elle ne lisait jamais la presse ni n'écoutait la radio. Cependant, le studio insista. Ils ont dit à Marilyn qu'en Russie, l'Amérique signifiait deux chose : Coca-Cola et Marilyn MONROE. Elle adora entendre ça et donna son accord pour y aller... Elle m'a dit que les studios voulaient qu'elle porte la robe la plus moulante et la plus sexy pour le dirigeant russe." Et Marilyn aurait dit à PEPITONE : "Je suppose qu'il n'y a pas beaucoup de sexe en Russie".

En plein milieu de cette préparation, Spyros SKOURAS, le président de la 20th Century Fox, vient s'assurer que Marilyn, connue pour être en retard, arrivera bien à l'heure à la réception : "Elle doit être là", dit-il. 
Et elle le sera. Son chauffeur, Rudi KAUTZKY, l'amène au studio. Quand ils voient le parking à moitié vide, elle a peur : "Nous devons être en retard !" dit-elle. "Cela doit être fini." Peut être pour la première fois de sa carrière, Marilyn MONROE arrive en avance, comme le remarquera Billy WILDER, en commentant ironiquement : "J'ai trouvé le metteur en scène qu'il lui faut : c'est KHROUCHTCHEV !
Elle fait son arrivée aux bras de Frank TAYLOR (ami et éditeur de Arthur MILLER) et de George CUKOR (réalisateur avec qui elle doit tourner "Le Milliardaire"). En attendant l'arrivée de KHROUCHTCHEV, Edward G. ROBINSON s'asseoit à la table 18 avec Judy GARLAND et Shelley WINTERS. ROBINSON tirait sur son cigare et contemplat rois et les reines de Hollywood - les hommes portant des costumes sombres, les femmes en robes de créateurs et de bijoux étincelants.
Marilyn s'asseoit à table avec le producteur David BROWN, les réalisateurs Joshua LOGAN et George CUKOR et l'acteur Henry FONDA qui s'était mise une oreillette reliée à un transistor radiophonique pour écouter un match de baseball entre "les Dodgers" de Los Angeles et les "San Francisco Giants", qui se battaient pour le fanion de la Ligue national
19 Septembre 1959 / Nikita KHROUCHTCHEV, le premier secrétaire du parti communiste soviétique, visite les Etats-Unis en septembre 1959 : il passe par New York, Washington et l'Iowa où l'accueil lui fut plutôt glacial. Mais à Los Angeles, les studios de la Fox lui ont organisé  -à lui et sa femme Nina-  un véritable gala au "Café de Paris", le restaurant de luxe dans les locaux de la Fox, le 19 septembre 1959, avec plus de 400 invités dont Spyros SKOURAS, le grand patron de la Fox, et Buddy ADLER, producteur de la Fox. Les stars sont prestigieuses, avec des acteurs et actrices renommés : Rita HAYWORTH, Debbie REYNOLDS, Ginger ROGERS, Judy GARLAND, Kim NOVAK, Zsa Zsa GABOR, Shelley WINTERS, Shirley MacLAINE, Maurice CHEVALIER, Louis JOURDAN, Gregory PECK, Kirk DOUGLAS, Gary COOPER, James STEWART, David NIVEN, Jack BENNY, Bob HOPE, Dean MARTIN, Edward G ROBINSON, Henry FONDA et Frank SINATRA, qui en est le maître de cérémonie ; certains sont venus en couple : Tony CURTIS et Janet LEIGH, Dick POWELL et June ALLYSON, Elizabeth TAYLOR et Eddie FISHER. D'autres ont refusé leur invitations en protestation contre Mr. KHROUCHTCHEV : Bing CROSBY, Ward BOND, Adolphe MENJOU et Ronald REAGAN.

Tags : 1959 - Nikita KHROUCHTCHEV

29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines. 14/01/2017

29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.
29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.
29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.
29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.
29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.
29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.
29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.
29 Mars 1959 / Marilyn et Arthur se rendent à la Première du film "Some like it hot" ; Le photographe Richard AVEDON immortalisera Marilyn sur les photos promotionnelles du film et la star fera la une des plus prestigieux magazines.

Tags : 1959 - Premiere "Some like it hot" - Richard AVEDON - Cover

26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur. 12/12/2016

26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.
26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.
26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.
26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.
26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.
26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.
26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.
26 Février 1959 / (Part III) Marilyn accompagnée de MILLER et de sa secrétaire May REIS, reçoit "L'Etoile de cristal" pour la "meilleure interprète étrangère" dans le film "The Prince and the showgirl", distinction française, décernée par l'Institut du film français, remise à l'Ambassade française de New-York. Marilyn jouera avec les teckels de l'Ambassadeur.

Tags : 1959 - Paul SLADE - Etoile de cristal - Arthur MILLER

26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose. 10/12/2016

26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.
26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.
26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.
26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.
26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.
26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.
26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.
26 Juin 1959 (Part II) Marilyn sort du "Lenox Hill Hospital", au bras de son mari MILLER, oû elle a été admise pour une opération de l'endomètre par le Docteur Mortimer RODGERS ; le couple regagne leur appartement new-yorkais, afin que Marilyn s'y repose.

Tags : 1959 - Arthur MILLER - Lenox Hill Hospital

17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville. 30/11/2016

17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.
17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.
17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.
17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.
17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.
17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.
17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.
17-18 Mars 1959 / (Part V) Marilyn se rend à Chicago, afin de promouvoir la sortie du film "Some like it hot", dont l'action se déroule une partie dans la ville.

Tags : 1959 - Manfred Linus KREINER - Chicago - Promo "Some like it hot"

1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ». Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI. 04/11/2016

1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI.
1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI.
1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI.
1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI.
1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI.
1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI.
1955-59 / ACTORS STUDIO / (Part II) Ce petit bâtiment en briques rouges, renferme la plus grande école d’acteurs du monde, non pour sa taille, mais pour sa réputation et pour les artistes qui ont franchi ces portes pour se faire initier à The Method. L’école a été créée en 1947, ce n’était au départ qu’un atelier où des comédiens, déjà confirmés, pouvaient venir répéter leurs rôles. "L'Actors Studio" a connu ses heures de gloire grâce à son directeur, Lee STRASBERG, qui mit au point « la méthode » (the Method) et la popularisera de 1951 à 1982. Pour créer la méthode, il s’inspira du travail d'un certain Constantin STANISLAVSKI (1863-1938) qui était metteur en scène et professeur de théâtre russe. On lui doit deux ouvrages incontournables du métier d’acteur « La formation de l’acteur » et « La construction du personnage ». Ses deux livres, qui révolutionnèrent toute l’Europe de la comédie en son temps, sont la base de « The Method » de "l’Actors Studio" : Les trois aspects principaux de la méthode STRASBERG sont : la relaxation, la concentration et la mémoire affective. C’est à travers ces trois pratiques que l’acteur doit faire vivre son rôle. La méthode consiste à puiser dans son vécu les émotions nécessaires au personnage à interpréter. « Quand un acteur est bien entraîné, tout ce dont il a besoin est de se souvenir, ce sont les actions ; le reste lui viendra par association. Quoiqu’il faut faire attention, car ça ne vient pas toujours spontanément. Si un joueur de football doit s’entraîner et pratiquer son jeu, cela doit être vrai aussi pour l’acteur, qui a le même problème, celui de devoir travailler avec un instrument qui ne lui obéit pas entièrement tout le temps ».  Lee STRASBERG. La plupart des grands acteurs américains ont suivi les cours de "l’Actors Studio". Paul NEWMAN, Marlon BRANDO (photo), James DEAN (photo), Liz TAYLOR, Marilyn MONROE (photos), ont été les premiers à incarner cette nouvelle génération d’acteurs en suivant les cours de Lee STRASBERG sur les bancs de "l’Actors Studio". Ils ont été suivis par Steve McQUEEN, Robert DE NIRO, Dustin HOFFMAN, Al PACINO, Tommy Lee JONES, Angélina JOLIE, Tom CRUISE, Bruce WILLIS, Tom HANKS, Nicole KIDMAN, Julia ROBERTS, Sean PENN, Joachim PHOENIX... Aujourd'hui, la Méthode de Lee STRASBERG est critiquée et fait débat dans le métier. Certains lui reprochent d’uniformiser l’interprétation d’un rôle. / Situation : 432 Ouest 44ème rue, entre la 9ème et la 10ème avenue (chapelle orthodoxe grecque). Des marches de pierre menaient à une double porte mais les initiés savaient entrer par le sous-sol (photos). A l'intérieur, les murs étaient ornés d'affiches de théâtre colorées et de photos, entre autres, de STANISLAVSKI.

Tags : 1955 - 1959 - Actors Studio - Arthur MILLER

19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent. 01/11/2016

19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.

Tags : 1959 - Nikita KHROUCHTCHEV