7 tagged articles Jack COLE

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après : 20/04/2017

55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :

Le "Daily Mail" a publié une série de photos de Marilyn qui arbore un petit ventre bien rond. Celui d'une femme enceinte, affirme le tabloïd britannique. À l'époque où les photos auraient été prises, la star américaine fréquentait l'acteur français Yves MONTAND.
En novembre, l'hôtel des ventes américain Julien's Auctions a mis en vente la collection de Frieda HULL. Cette fan de Marilyn faisait partie du « Monroe six », un groupe d'adeptes de l'actrice qui l'a photographiée abondamment tout au long de sa vie. L'extraordinaire collection de Frieda HULL s'étendait ainsi sur presque toute la carrière de Marilyn, de la fin des années 1940 à 1962.
La star se serait confiée à la fan
Parmi ces photos, il y avait notamment une série de clichés, pris en 1960. Le tabloïd britannique Daily Mail qui les a publiés mercredi affirme que l'actrice américaine y apparaît enceinte. Et il faut bien admettre que les images sont troublantes : Marilyn, qui était certes pulpeuse, arbore un joli petit bidon bien rond.
Et le quotidien britannique, connu pour son goût du sensationnalisme, n'y va pas par quatre chemins et affirme haut et fort que Marilyn était enceinte d'Yves MONTAND ! D'après le "Daily Motion", la photographe fan Frieda HULL, décédée en 2014, aurait recueilli cette confidence auprès de la star et l'aurait racontée à son entourage. Notamment à son voisin et ami qui a racheté la série de photos. Le "Daily Mail" sous-entend enfin que l'actrice qui avait fait plusieurs fausses couches n'aurait pas pu, là non plus mener sa grossesse à terme.
Parce qu'il ressemblait à Di MAGGIO ?
La liaison entre Monroe et Montand est connue. À l'époque, en 1960, Marilyn MONROE tourne "Le Milliardaire" en compagnie d'Yves MONTAND. Pourtant mariée à l'écrivain Arthur MILLER, la star aux cheveux blonds platine s'est éprise du French Lover, lui-même marié à Simone SIGNORET depuis 1951. Elle a même exigé que les producteurs du film le choisisse lui, et lui seul. Peut-être parce qu'il ressemblait à Joe DiMaggio, l'un de ses précédents maris.
 
Pendant le tournage, ils sont installés dans deux bungalows face à face, Marilyn et Arthur MILLER au 20, MONTAND et SIGNORET au 21. « Les deux couples dînent ensemble chaque soir, enveloppés de l'air chaud des rives californiennes. Les affinités se dessinent. Simone et Arthur parlent politique quand Yves et Marilyn échangent des regards de plus en plus étoilés », raconte Paris Match.
Les deux amants s'efforcent de cacher leur liaison, mais les paparazzis les traquent lors de leurs escapades. Même Simone SIGNORET, qui ne pouvait l'ignorer, dira plus tard : « Vous connaissez beaucoup d'hommes qui seraient restés insensibles en l'ayant dans ses bras ? ».
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :

Tags : 1960 - Let's make love - Conférence presse MONTAND-SIGNORET - Jack COLE - John BRYSON

1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR. 14/03/2017

1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.
1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.
1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.
1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.
1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.
1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.
1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.
1960 / Répétitions d'une scène du film "Let's make love" avec MONTAND sous la direction du réalisateur George CUKOR.

Tags : 1960 - Let's make love - Jack COLE

1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe. 05/03/2017

1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.

1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.
1959 / Marilyn répétant les gestes de la chorégraphie de la chanson "My heart belongs to daddy" pour le film "Let's make love", avec Jack COLE, son chorégraphe.

Tags : 1960 - Let's make love - 1959 - Jack COLE

1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love". 23/08/2016

1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".
1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".
1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".
1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".
1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".
1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".
1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".
1960 / Marilyn et MONTAND répétant une scène musicale dans le film "Let's make love".

Tags : 1960 - Let's make love - Jack COLE - Effet personnel

1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy". 08/07/2016

1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".
1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".
1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".
1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".
1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".
1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".
1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".
1960 / Sur le plateau de tournage du film "Let's make love", répétant la scène où elle interprête le numéro musical en chantant "My heart belongs to daddy".

Tags : 1960 - Let's make love - Allan SNYDER - Agnes FLANAGAN - Jack COLE - John BRYSON - Paula STRASBERG

1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. 12/05/2016

1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.
1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.
1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.
1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.
1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.
1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.
1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.
1960 / Marilyn répétant un numéro musical (celui où elle chante "My heart belongs to daddy") dans le film "Let's make love" avec son chorégraphe et ami Jack COLE ; Il décida très tôt de faire carrière dans la danse avec la compagnie de danse "Denishawn", que dirigeaient Ruth St.DENIS et Ted SHAWN. Il fit sa première apparition professionnelle en août 1930, et bien qu'il ait auparavant étudié la danse classique, il fut transporté par les influences asiatiques que "Denishawn" utilisait dans ses chorégaphies et costumes. Il travailla également avec les pionniers Doris HUMPHREY et Charles WEIDMAN, mais il finit par quitter le monde de la danse moderne pour faire une carrière commerciale dans les night-clubs, dansant avec Alice DUDLEY, Anna AUSTIN et Florence LESSING. Il apparut également dans des comédies musicales de Broadway, débutant dans "The Dream of Sganarelle" en 1933. Il fut pour la première fois cité en tant que chorégraphe dans "Something's for the Boys" en 1943. Il est également cité en tant que chorégraphe et / ou metteur en scène de comédies musicales comme  "Alice and Kicking", "Magdalena", "Carnival in Flanders", "Zenda", "Foxy", "Kismet", "A Funny Thing Happened on the Way to the Forum", "Kean", "Donnybrook !", "Jamaica" et "Man of La Mancha". Il étudia la danse indienne avec Bharata NATYAM et utilisa le matériau ethnique dans ses chorégraphies. Les "Jack COLE Dancers" se produisirent dans les night-clubs tels que le "Rainbow Room" à la fin des années 30. Il travailla sur des films tels que "Moon Over Miami" (1941), "Cover Girl", "Tonight and Every Night" (1945), "Gilda" (1946), "Down to Earth" (1947), "The Merry Widow" (1952), "Meet Me After the Show" (1951), "Gentlemen Prefer Blondes", "On the Riviera" (1951), "There's No Business Like Show Business", "The I Dont' Care Girl", "The Thrill of Brazil", "Kismet" (1944), "Les Girls" (1957), "Let's Make Love", "Some Like It Hot", "Three for the Show" (1955), "Lydia Bailey", "Eadie was a Lady" et de nombreux autres. Il fut connu pour son travail avec Rita HAYWORTH, Betty GRABLE, Jane RUSSELL, Mitzi GAYNOR et Marilyn MONROE. Virtuellement il inventa le style de danse américain connu comme "la danse théâtrale jazzy". Il développa la mode de la danse jazz ethnique qui prévaut comme style de danse dominant dans les comédies musicales, films, revues de cabaret, publicités télévisées et vidéos musicales actuels. Le style de danse de COLE est acrobatique et anguleux, avec des petits groupes de danseurs plutôt qu'une grande compagnie ; il est plus proche des scintillantes pistes de danse des nights-clubs que de la danse classique. On se souvient de lui comme le pionnier de l'héritage de la danse théâtrale jazzy. L'une de ses chorégraphies les plus célèbres est celle de "Diamonds are a Girl's Best Friend" pour Marilyn dans la comédie musicale "Gentlemen Prefer Blondes". Il se fit un nom en s'installant à Hollywood et en ouvrant un atelier de danse à la Columbia Pictures, l'une de ses élèves étant Carol HANEY. Il fut pendant longtemps accompagné pour la musique par Hal SCHAEFER. Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages ; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse.

Tags : 1960 - Let's make love - Jack COLE

1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ». 14/03/2016

1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ».
1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ».
1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ».
1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ».
1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ».
1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ».
1959 / Marilyn enregistrant les chansons du film "Let's make love". (Photos Bruce DAVIDSON). Son professeur de chant et de danse n'était autre que Jack COLE ; Il créa les chorégraphies de toutes les chansons et numéros de danse de Marilyn dans « Gentlemen prefer  blondes » (1953), « River of no return » (1954), « There's no business like show business » (1954), « Let's make love » (1960). Il l'aida de façon anonyme à interpréter « Running wild » dans « Some like it hot » (1959). Elle avait une confiance absolue et implicite en lui, et ils devinrent immédiatement amis. Son rôle était celui d'un professeur qui la guidait pas à pas pendant les tournages; il se tenait à côté de la caméra et exécutait les pas pour Marilyn qui le regardait et le copiait comme dans un miroir. Il travailla particulièrement dur avec elle dans « Let's make love », car elle craignait les numéros de danse. Elle lui témoigna sa gratitude en lui donnant une enveloppe contenant 1 500 $ et un mot disant : « J'ai été insupportable et j'ai dû vous faire passer de mauvais moments. Prenez quinze jours de vacances dans un endroit agréable et oubliez tout ». Deux jours plus tard il reçu un autre chèque de 500 $ et un mot disait « Restez trois jours de plus ».

Tags : 1959 - Let's make love - Bruce DAVIDSON - Jack COLE