53 tagged articles Joe DiMAGGIO

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins". 03/08/2015

1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".
1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".
1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".
1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".
1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".
1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".
1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".
1961 / Photos Lee LOCKWOOD, Marilyn et son ex-mari Joe DiMAGGIO assistent à un match de base-ball au Yankee Stadium de New York, opposant l'équipe des "New York Yankees" contre les "Minnesota Twins".

Tags : 1961 - Lee LOCKWOOD - Yankee Stadium - Joe DiMAGGIO

1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO 10/08/2015

1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO
1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO
1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO
1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO
1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO
1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO
1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO
1952 / Marilyn sur le plateau du film "Monkey business" reçoit le dernier jour du tournage la visite de Joe DiMAGGIO

Tags : 1952 - Monkey business - Joe DiMAGGIO

26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York. 11/08/2015

26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.
26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.
26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.
26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.
26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.
26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.
26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.
26 Février 1955 / Marilyn et Joe sont conviés à la fête d'anniversaire de Jackie GLEASON au "Toots shor's restaurant" à New-York.

Tags : 1955 - Anniversaire Jackie GLEASON - Joe DiMAGGIO

1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills. 21/08/2015

1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills.
1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills.
1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills.
1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills.
1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills.
1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills.
1962 / Marilyn accompagnée de Joe se rend à l'aéroport international de Miami pour se rendre à Mexico en vu d'acheter meubles et vaisselles pour sa maison de Brentwood, Beverly-Hills.

Tags : 1962 - départ pour Mexico - Joe DiMAGGIO - Emilio PUCCI

1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach. 07/09/2015

1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.
1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.
1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.
1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.
1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.
1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.
1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.
1961 / Marilyn appela Joe DiMAGGIO dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos. Joe prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait. Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961. Il resta avec elle tous les jours. Il ramena Marilyn se reposer en Floride, notamment à Redington-beach.

Tags : 1961 - Redington beach - Floride - Joe DiMAGGIO

1er Juin 1955 / Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf". 22/09/2015

1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".

1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".
1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".
1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".
1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".
1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".
1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".
1er Juin 1955 /  Marilyn, accompagnée de Joe DiMAGGIO, apparut à la première de « The seven year itch » au "Loew’s State Theater" de "Times Square", à New York. Le théâtre, pour marquer l’événement, reçut une affiche de près de seize mètres de haut, représentant Marilyn, la jupe  retroussée. De nombreuses personnalités assistèrent à la projection, dont Grace KELLY, Henry FONDA, Tyrone POWER, Margaret TRUMAN, Eddie FISHER, Judy HOLLIDAY et Richard RODGERS, et des milliers de fans se rassemblèrent sur Broadway, dans l'espoir de l'apercevoir. Marilyn fêta en même temps ses vingt-neuf ans, à la réception donnée au "Toots Shor’s" (restaurateur et ami de DiMAGGIO), après la présentation du film. Tout le monde l'avait adoré dans le film, mais elle ne pouvait se réjouir de sa réussite, car STRASBERG l'avait conduite à critiquer violemment tout ce qu'elle avait accompli à Hollywood. Tous s'attendaient à ce qu'elle soit fière d'elle ce soir-là, mais la première avait produit sur elle l'effet opposé. Elle se disputa avec Joe, qui ne comprenait rien à ce qui se passait, et elle quitta la fête. Sam SHAW la raccompagna. A cette époque, et alors que peu de gens étaient au courant, Marilyn passait de plus en plus de temps avec Arthur MILLER ; ensemble ils faisaient de longues promenades dans "Lower Manhattan", dînaient chez les ROSTEN ou, de façon plus intime, au "Waldorf".

Tags : 1955 - Premiere "The seven year itch" - Joe DiMAGGIO

Mars 1961 / Joe emmena Marilyn en Floride pour se reposer, dans la station balnéaire tranquille de "North Redington beach" ; ils logèrent dans deux chambres différentes, au "Tides Motor Inn Hotel". 29/09/2015

Mars 1961 / Joe emmena Marilyn en Floride pour se reposer, dans la station balnéaire tranquille de "North Redington beach" ; ils logèrent dans deux chambres différentes, au "Tides Motor Inn Hotel".
Mars 1961 / Joe emmena Marilyn en Floride pour se reposer, dans la station balnéaire tranquille de "North Redington beach" ; ils logèrent dans deux chambres différentes, au "Tides Motor Inn Hotel".
Mars 1961 / Joe emmena Marilyn en Floride pour se reposer, dans la station balnéaire tranquille de "North Redington beach" ; ils logèrent dans deux chambres différentes, au "Tides Motor Inn Hotel".
Mars 1961 / Joe emmena Marilyn en Floride pour se reposer, dans la station balnéaire tranquille de "North Redington beach" ; ils logèrent dans deux chambres différentes, au "Tides Motor Inn Hotel".
Mars 1961 / Joe emmena Marilyn en Floride pour se reposer, dans la station balnéaire tranquille de "North Redington beach" ; ils logèrent dans deux chambres différentes, au "Tides Motor Inn Hotel".
Mars 1961 / Joe emmena Marilyn en Floride pour se reposer, dans la station balnéaire tranquille de "North Redington beach" ; ils logèrent dans deux chambres différentes, au "Tides Motor Inn Hotel".

Tags : 1961 - Floride - "Tides Motor Inn Hotel" - Joe DiMAGGIO

12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco". 28/12/2015

12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".
12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".
12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".
12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".
12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".
12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".
12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".
12 Septembre 1954 / Marilyn et Joe dînent au restaurant à la mode de New York, le "El Morocco".

Tags : 1954 - Restaurant "El Morocco" - Joe DiMAGGIO

2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride. 23/01/2016

2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.
2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.
2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.
2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.
2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.
2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.
2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.
2 Avril 1961 / Marilyn et Joe DiMAGGIO (avec qui elle est restée amie), de retour à New-York après un séjour de repos en Floride.

Tags : 1961 - Joe DiMAGGIO - Retour New York / Floride - Emilio PUCCI

14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS. Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision. 26/01/2016

14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.

Tags : 1954 - Mariage DiMAGGIO - Joe DiMAGGIO