57 tagged articles George BARRIS

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star. 11/09/2015

29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.
29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.
29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.
29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.
29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.
29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.
29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.
29-30 Juin 1962 / Marilyn en pleine préparation (c'est Allan SNYDER qui la maquille, et Agnes FLANAGAN qui la coiffe, tout deux au service de Marilyn depuis plusieurs années) pour une session photos avec George BARRIS, qu'elle rencontra une première fois en 1954. Les photos ont été prisent chez un ami du photographe, dans la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. Il ne restera à Marilyn que 2 mois à vivre, George BARRIS étant un des dernier à avoir photographié la star.

Tags : 1962 - George BARRIS - Allan SNYDER - Agnes FLANAGAN - Emilio PUCCI

9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York. 22/09/2015

9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.
9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.
9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.
9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.
9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.
9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.
9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.
9 Septembre 1954 / Photos George BARRIS, Marilyn reçoit des journalistes pour une conférence de presse donnée au "Saint Regis Hotel" où elle loge durant son séjour à New York, pour les besoins du tournage de scènes en extérieures du film "The Seven year Itch" ("Sept ans de réflexion"). Sous des airs de cocktail, cette conférence de presse, organisée par Leonard LYONS, rédacteur en chef du 'New York Post', est d'ailleurs donnée en l'honneur de Marilyn afin de marquer le début du tournage dans la ville de New York.

Tags : 1954 - Press conference St Regis Hotel - George BARRIS - Sam SHAW - Tom EWELL

1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30. 23/09/2015

1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.
1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.
1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.
1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.
1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.
1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.
1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.
1er Juin 1962 / Marilyn fêta son trente-sixième anniversaire au studio, sur le plateau du film "Something's got to give". Elle commença tôt ce jour-là et tourna la scène avec Wally COX et Dean MARTIN. Pat NEWCOMB arriva au studio dans l’après-midi avec du Dom Pérignon, le champagne préféré de Marilyn. Dean MARTIN avait lui aussi apporté du champagne. Evelyn MORIARTY, la doublure de Marilyn, avait collecté auprès de l’équipe 50 $ pour le gâteau, acheté chez "Humphrey’s Bakery" du "Farmer’s Market" d’Hollywood ; finalement l’un des responsables du studio proposa de prendre en charge la dépense et Evelyn MORIARTY remboursa l’argent qu’elle avait rassemblé. Toute l’équipe était là pour fêter son anniversaire y compris Henry WEINSTEIN et Eunice MURRAY (sa femme de chambre). Le photographe George BARRIS était également présent. George CUKOR lui offrit des figurines (un cygne et un taureau) de style mexicain. Marilyn était ravie de cette fête impromptue, qui se termina vers 18 heures 30.

Tags : 1962 - 36ème anniversaire Marilyn - Something's got to give - Effet personnel - George BARRIS - Agnes FLANAGAN - Dean MARTIN - Wally COX - Henry WEINSTEIN - Emilio PUCCI - Lawrence SCHILLER

29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills. 05/02/2016

29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.
29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.
29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.
29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.
29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.
29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.
29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.
29-30 Juin 1962 / Marilyn sous l'objectif de George BARRIS, qui fut l'un des derniers photographes à prendre la star en photos ; cette série de photos a été faite sur la terrasse de la maison de  Walter "Tim" LEIMERT, située 1506 Blue Jay Way, North Hollywood Hills.

Tags : 1962 - George BARRIS - Emilio PUCCI

29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB). 23/02/2016

29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).
29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).
29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).
29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).
29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).
29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).
29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).
29-30 Juin 1962 / Candides de George BARRIS. (Marilyn et son attachée de presse Pat NEWCOMB).

Tags : 1962 - George BARRIS - Emilio PUCCI - Pat NEWCOMB

30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI". 03/03/2016

30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".
30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".
30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".
30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".
30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".
30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".
30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".
30 Juin 1962 / Marilyn est photographiée par George BARRIS pour le magazine "Cosmopolitan", chez Walter 'Tim' LEIMERT, un magnat de l'immobilier, ami du photographe, dont la villa se trouve au 1506 Blue Jay Way située dans les collines au Nord d'Hollywood. Série "Blouse PUCCI".

Tags : 1962 - George BARRIS - Emilio PUCCI - Allan SNYDER

1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international. Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ... Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970. 10/03/2016

1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.
1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.
1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.
1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.
1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.
1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.
1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.
1962 / C'est à la fin de l'année 1961 que Marilyn découvre les créations du couturier Emilio PUCCI / MARILYN S'HABILLE EN PUCCI... Son style s'adresse à une clientèle riche et fêtarde. Sa première collection rencontre un succès considérable dans le milieu de la jet-set. Il est notamment aidé par ses connaissances influentes de l'aristocratie florentine dans un milieu où la mondanité est essentielle. En 1950, Emilio PUCCI reçoit deux prix prestigieux : le "Neiman Marcus Award" et le "Burdine's Sunshine Award". C'est alors la consécration à l'international.  Il se lance alors dans le prêt-à-porter avec succès. Ses collections constituées de vêtements d'été glamours, féminins et gais séduisent les plus grandes stars. Marilyn MONROE succombera elle aussi aux créations PUCCI, asseyant la renommée de la maison à travers le monde. En 1959, le créateur se marie épouse la baronne Cristina NANNINI. La même année, il lance sa première ligne de lingerie. Il ne cessera alors de diversifier ses collections en lançant une ligne soir, une ligne de chaussures, de design d'intérieur ...  Son style se caractérise par des imprimés flashy et colorés associés à une matière stretch. Ses tenues glamours et féminines aux couleurs acidulées et aux motifs psychédéliques sont graphiques et très gaies. Parmi ses succès on peut noter les « capri pants » et les robes en soie imprimées. Surnommé « le prince des imprimés », il devient le créateur emblématique des années 1960-1970.

Tags : 1962 - George BARRIS - Emilio PUCCI - Bert STERN - Effet personnel

1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée). 26/03/2016

1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).
1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).
1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).
1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).
1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).
1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).
1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).
1er Juillet 1962 / Marilyn tout simplement vue par George BARRIS. Dimanche 1er juillet, dernier jour de la séance photo, derniers clichés. La séance eut lieu sur la plage de Santa Monica, près de la maison des LAWFORD. (ma session préférée).

Tags : 1962 - George BARRIS

1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. / Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. / Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ». Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista. 03/04/2016

1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.
1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.
1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.
1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.
1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.
1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.
1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.
1958-62 / FIDELE JUSQU'A LA MORT / Agnes FLANAGAN / Date de naissance : 23 décembre 1902, Minville, New Jersey. / Date de décès : 25 avril 1985, Woodland Hills, Californie. /  Exercice : coiffeuse à la Fox et coiffeuse personnelle de Marilyn pendant plus de dix ans. /  Adresse : 11972 Sunshine Terrace, Studio City, Californie. / Histoire : Elle rencontra Marilyn en 1950 sur le tournage de la Fox « The Fireball ».  Elle travailla avec Marilyn sur « Some Like it Hot » (1959), « Let's Make Love » (1960), «The Misfits » (1961) et « Something's Got to Give » (1962). Elle coiffait Marilyn chez elle, pour les sorties, les séances photo et les rendez-vous d'affaires, et devint une amie de Marilyn, faisant partie du groupe de gens sur lesquels Marilyn savait pouvoir compter. Marilyn lui rendait souvent visite et jouait le rôle de tante pour les deux enfants des FLANAGAN. Il suffisait qu'elle admire un vêtement de Marilyn pour que celle-ci lui en fasse aussitôt cadeau. Ces largesses se poursuivirent jusqu'en 1962, année où Marilyn fit livrer la balançoire de jardin devant laquelle Agnes était tombée en extase quelques jours plus tôt. Elle coiffa Marilyn pour son enterrement(avec une perruque qui ressemblait à la coiffure que Marilyn avait dans le film "Something's got to give", puisqu'on ouvrit la boîte crânienne de Marilyn lors de l'autopsie), auquel elle assista.

Tags : Agnes FLANAGAN - Funérailles Marilyn - Something's got to give - Some like it hot - Let's make love - The misfits - Allan SNYDER - George BARRIS - Emilio PUCCI - 1958 - 1962 - 1960

1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser. 08/04/2016

1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.
1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.
1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.
1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.
1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.
1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.
1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.
1954 / Lors du tournage du film "The seven year itch". / FRAGMENTS by Marilyn... Je me vois dans la glace à présent, le sourcil en bataille - si je me mets très près je verrai ce que je ne veux pas y voir - la tension, la tristesse, la déception, mes yeux ternes, les joues rougies pas des petits vaisseaux qui paraissent comme des rivières sur une carte - les cheveux qui tombent comme des serpents. C'est la bouche qui me rend le plus triste, près de mes yeux presque morts. Il y a une ligne sombre entre les lèvres comme les contours de nombreuses vagues soulevées par un violent orage - qui dit ne m'embrasse pas, ne me ridiculise pas, je suis une danseuse qui ne sait pas danser.

Tags : 1954 - The seven year itch - George BARRIS - Sam SHAW