16 tagged articles Sidney SKOLSKY

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel". 30/08/2015

8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".

8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".
8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".
8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".
8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".
8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".
8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".
8 Mars 1954 / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn à la remise du prix de « La meilleure actrice » pour ses rôles dans « Gentlemen prefer blondes » et « How to marry a millionaire », décerné par le magazine "Photoplay" au "Beverly Hills Hotel" .Marilyn et Sidney allèrent ensuite boire un verre dans la suite qu’elle avait louée au "Beverly Hills Hotel".

Tags : 1954 - Prix Photoplay Magazine - Sidney SKOLSKY - Alan LADD

1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II). 14/01/2016

1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).
1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).
1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).
1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).
1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).
1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).
1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).
1954 / Marilyn lors de la soirée "Photoplay Magazine". (part II).

Tags : 1954 - Prix Photoplay Magazine - Alan LADD - Sidney SKOLSKY

3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN. 31/01/2016

3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.

Tags : 1953 - Bob BEERMAN - Sidney SKOLSKY

1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch". 03/02/2016

1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - The seven year itch - Billy WILDER - Tom EWELL - Sidney SKOLSKY

14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres. 04/02/2016

14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.
14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.
14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.
14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.
14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.
14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.
14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.
14 Février 1953 / Marilyn est conviée au mariage de la chroniqueuse mondaine Sheilah GRAHAM, accompagnée de Sidney SKOLSKY ; d'autres personnalités sont conviées, telle Mitzi GAYNOR entre autres.

Tags : 1953 - Mariage Sheilah GRAHAM - Sidney SKOLSKY - Sheilah GRAHAM - Mitzi GAYNOR

27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira : « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. » Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes : « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955. 08/02/2016

27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.
27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.
27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.
27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.
27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.
27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.
27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.
27 Octobre 1954 / DIVORCE DiMAGGIO / Sidney SKOLSKY accompagna Marilyn et l’avocat Jerry GIESLER au tribunal de Santa Monica. Marilyn comparu devant le juge Orlando H. RHODES. Elle lui dira :  « Votre Honneur, mon mari était parfois d’une humeur si noire qu’il restait sans m’adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : « qu’est-ce qui ne va pas ? ». Pas de réponse ! Il m’interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois, je n’ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence. »  Natasha LYTESS s’était proposée de témoigner mais Marilyn l’en dissuada. A la barre se présenta alors Inez MELSON qui déclare d’une voix tranquille : «Mr DiMAGGIO était complètement indifférent et se souciait peu du bonheur de Mrs DiMAGGIO. Je l’ai vu la repousser et lui dire de lui ficher la paix ». Joe se tint à l’écart des débats, et Marilyn obtient un divorce provisoire (il ne deviendra effectif que dans un an), pour les raisons officielles suivantes :  « Depuis le début de leur mariage, l’accusé a témoigné envers la plaignante d’une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l’accusé ne pouvant être imputés à la plaignante ; l’accusé est donc coupable d’avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse ». Le jugement définitif de divorce sera prononcé par le juge Elmer DOYLE, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (équivalent à l’incompatibilité d’humeur dans notre code civil français) en 1955.

Tags : 1954 - Divorce DiMAGGIO - Sidney SKOLSKY - Jerry GIESLER

8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport") pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW). 16/02/2016

8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).

8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).
8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).
8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).
8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).
8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).
8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).
8 Septembre 1954 / (Part III) Marilyn arrive à l'aéroport "d'Idlewild" de New-York (actuellement "John KENNEDY Airport")  pour les extérieurs du film "The seven year itch" avant d'aller s'installer au "St Regis Hotel". (Photos Sam SHAW).

Tags : 1954 - Arrivée New-York - The seven year itch - Sam SHAW - Sidney SKOLSKY

19 Novembre 1954 / RENCONTRE DE DEUX DIVAS / Selon les propres mots d'Ella FITZGERALD, c'est Marilyn qui apporte un grand soutien à sa carrière en l'imposant littéralement au "Mocambo Club" de Los Angeles. En effet, Marilyn, très grande admiratrice d'Ella FITZGERALD, téléphone en personne au patron du club et lui demande de programmer Ella contre la promesse de réserver, chaque soir où elle se produirait, une table au premier rang. Ne pouvant refuser une telle publicité, le patron accepte et Marilyn tient parole. 19/02/2016

19 Novembre 1954 / RENCONTRE DE DEUX DIVAS / Selon les propres mots d'Ella FITZGERALD, c'est Marilyn qui apporte un grand soutien à sa carrière en l'imposant littéralement au "Mocambo Club" de Los Angeles. En effet, Marilyn, très grande admiratrice d'Ella FITZGERALD, téléphone en personne au patron du club et lui demande de programmer Ella contre la promesse de réserver, chaque soir où elle se produirait, une table au premier rang. Ne pouvant refuser une telle publicité, le patron accepte et Marilyn tient parole.
19 Novembre 1954 / RENCONTRE DE DEUX DIVAS / Selon les propres mots d'Ella FITZGERALD, c'est Marilyn qui apporte un grand soutien à sa carrière en l'imposant littéralement au "Mocambo Club" de Los Angeles. En effet, Marilyn, très grande admiratrice d'Ella FITZGERALD, téléphone en personne au patron du club et lui demande de programmer Ella contre la promesse de réserver, chaque soir où elle se produirait, une table au premier rang. Ne pouvant refuser une telle publicité, le patron accepte et Marilyn tient parole.
19 Novembre 1954 / RENCONTRE DE DEUX DIVAS / Selon les propres mots d'Ella FITZGERALD, c'est Marilyn qui apporte un grand soutien à sa carrière en l'imposant littéralement au "Mocambo Club" de Los Angeles. En effet, Marilyn, très grande admiratrice d'Ella FITZGERALD, téléphone en personne au patron du club et lui demande de programmer Ella contre la promesse de réserver, chaque soir où elle se produirait, une table au premier rang. Ne pouvant refuser une telle publicité, le patron accepte et Marilyn tient parole.
19 Novembre 1954 / RENCONTRE DE DEUX DIVAS / Selon les propres mots d'Ella FITZGERALD, c'est Marilyn qui apporte un grand soutien à sa carrière en l'imposant littéralement au "Mocambo Club" de Los Angeles. En effet, Marilyn, très grande admiratrice d'Ella FITZGERALD, téléphone en personne au patron du club et lui demande de programmer Ella contre la promesse de réserver, chaque soir où elle se produirait, une table au premier rang. Ne pouvant refuser une telle publicité, le patron accepte et Marilyn tient parole.
19 Novembre 1954 / RENCONTRE DE DEUX DIVAS / Selon les propres mots d'Ella FITZGERALD, c'est Marilyn qui apporte un grand soutien à sa carrière en l'imposant littéralement au "Mocambo Club" de Los Angeles. En effet, Marilyn, très grande admiratrice d'Ella FITZGERALD, téléphone en personne au patron du club et lui demande de programmer Ella contre la promesse de réserver, chaque soir où elle se produirait, une table au premier rang. Ne pouvant refuser une telle publicité, le patron accepte et Marilyn tient parole.

Tags : 1954 - Ella FITZGERALD - Sidney SKOLSKY

1952 / Le Dr Elliott CORDAY que Marilyn consulta pour des douleurs abdominales et une fièvre persistante, diagnostiqua une crise d’appendicite (voir article dans le blog). Elle le supplia de retarder l’opération et pendant quelques jours, elle resta hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital" sous antibiotiques. Au bout d’une semaine, elle reprit le travail sans avoir été opérée. Le service de presse de la Fox apprit que la photo d’une femme nue sur le calendrier de 1951 de la société John BAUMGARTH avait été réimprimée à la demande générale pour l’année 1952. A présent qu’on voyait plus souvent Marilyn dans des films, des magazines et des journaux, il ne fallut pas beaucoup de temps pour la reconnaître sur le calendrier. Malgré les rumeurs habituelles, on n’avait jamais réussi à prouver qu’une actrice de cinéma fut allée aussi loin. Elle fut convoquée à la Fox où on lui demanda si la rumeur était fondée ou non ; elle répondit oui sans hésiter, que c'était bien elle sur le calendrier. / Le jeudi 6 Mars : Marilyn assista à la soirée des trophées du magazine "Look" ("Look Awards") au Beverly Hills Hotel ; Sidney SKOLSKY et Ginger ROGERS, entre autres, étaient présents. 05/03/2016

1952 / Le Dr Elliott CORDAY que Marilyn consulta pour des douleurs abdominales et une fièvre persistante, diagnostiqua une crise d’appendicite (voir article dans le blog). Elle le supplia de retarder l’opération et pendant quelques jours, elle resta hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital" sous antibiotiques. Au bout d’une semaine, elle reprit le travail sans avoir été opérée. Le service de presse de la Fox apprit que la photo d’une femme nue sur le calendrier de 1951 de la société John BAUMGARTH avait été réimprimée à la demande générale pour l’année 1952. A présent qu’on voyait plus souvent Marilyn dans des films, des magazines et des journaux, il ne fallut pas beaucoup de temps pour la reconnaître sur le calendrier. Malgré les rumeurs habituelles, on n’avait jamais réussi à prouver qu’une actrice de cinéma fut allée aussi loin. Elle fut convoquée à la Fox où on lui demanda si la rumeur était fondée ou non ; elle répondit oui sans hésiter, que c'était bien elle sur le calendrier. /  Le jeudi 6 Mars : Marilyn assista à la soirée des trophées du magazine "Look" ("Look Awards") au Beverly Hills Hotel ; Sidney SKOLSKY et Ginger ROGERS, entre autres, étaient présents.
1952 / Le Dr Elliott CORDAY que Marilyn consulta pour des douleurs abdominales et une fièvre persistante, diagnostiqua une crise d’appendicite (voir article dans le blog). Elle le supplia de retarder l’opération et pendant quelques jours, elle resta hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital" sous antibiotiques. Au bout d’une semaine, elle reprit le travail sans avoir été opérée. Le service de presse de la Fox apprit que la photo d’une femme nue sur le calendrier de 1951 de la société John BAUMGARTH avait été réimprimée à la demande générale pour l’année 1952. A présent qu’on voyait plus souvent Marilyn dans des films, des magazines et des journaux, il ne fallut pas beaucoup de temps pour la reconnaître sur le calendrier. Malgré les rumeurs habituelles, on n’avait jamais réussi à prouver qu’une actrice de cinéma fut allée aussi loin. Elle fut convoquée à la Fox où on lui demanda si la rumeur était fondée ou non ; elle répondit oui sans hésiter, que c'était bien elle sur le calendrier. /  Le jeudi 6 Mars : Marilyn assista à la soirée des trophées du magazine "Look" ("Look Awards") au Beverly Hills Hotel ; Sidney SKOLSKY et Ginger ROGERS, entre autres, étaient présents.
1952 / Le Dr Elliott CORDAY que Marilyn consulta pour des douleurs abdominales et une fièvre persistante, diagnostiqua une crise d’appendicite (voir article dans le blog). Elle le supplia de retarder l’opération et pendant quelques jours, elle resta hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital" sous antibiotiques. Au bout d’une semaine, elle reprit le travail sans avoir été opérée. Le service de presse de la Fox apprit que la photo d’une femme nue sur le calendrier de 1951 de la société John BAUMGARTH avait été réimprimée à la demande générale pour l’année 1952. A présent qu’on voyait plus souvent Marilyn dans des films, des magazines et des journaux, il ne fallut pas beaucoup de temps pour la reconnaître sur le calendrier. Malgré les rumeurs habituelles, on n’avait jamais réussi à prouver qu’une actrice de cinéma fut allée aussi loin. Elle fut convoquée à la Fox où on lui demanda si la rumeur était fondée ou non ; elle répondit oui sans hésiter, que c'était bien elle sur le calendrier. /  Le jeudi 6 Mars : Marilyn assista à la soirée des trophées du magazine "Look" ("Look Awards") au Beverly Hills Hotel ; Sidney SKOLSKY et Ginger ROGERS, entre autres, étaient présents.
1952 / Le Dr Elliott CORDAY que Marilyn consulta pour des douleurs abdominales et une fièvre persistante, diagnostiqua une crise d’appendicite (voir article dans le blog). Elle le supplia de retarder l’opération et pendant quelques jours, elle resta hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital" sous antibiotiques. Au bout d’une semaine, elle reprit le travail sans avoir été opérée. Le service de presse de la Fox apprit que la photo d’une femme nue sur le calendrier de 1951 de la société John BAUMGARTH avait été réimprimée à la demande générale pour l’année 1952. A présent qu’on voyait plus souvent Marilyn dans des films, des magazines et des journaux, il ne fallut pas beaucoup de temps pour la reconnaître sur le calendrier. Malgré les rumeurs habituelles, on n’avait jamais réussi à prouver qu’une actrice de cinéma fut allée aussi loin. Elle fut convoquée à la Fox où on lui demanda si la rumeur était fondée ou non ; elle répondit oui sans hésiter, que c'était bien elle sur le calendrier. /  Le jeudi 6 Mars : Marilyn assista à la soirée des trophées du magazine "Look" ("Look Awards") au Beverly Hills Hotel ; Sidney SKOLSKY et Ginger ROGERS, entre autres, étaient présents.
1952 / Le Dr Elliott CORDAY que Marilyn consulta pour des douleurs abdominales et une fièvre persistante, diagnostiqua une crise d’appendicite (voir article dans le blog). Elle le supplia de retarder l’opération et pendant quelques jours, elle resta hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital" sous antibiotiques. Au bout d’une semaine, elle reprit le travail sans avoir été opérée. Le service de presse de la Fox apprit que la photo d’une femme nue sur le calendrier de 1951 de la société John BAUMGARTH avait été réimprimée à la demande générale pour l’année 1952. A présent qu’on voyait plus souvent Marilyn dans des films, des magazines et des journaux, il ne fallut pas beaucoup de temps pour la reconnaître sur le calendrier. Malgré les rumeurs habituelles, on n’avait jamais réussi à prouver qu’une actrice de cinéma fut allée aussi loin. Elle fut convoquée à la Fox où on lui demanda si la rumeur était fondée ou non ; elle répondit oui sans hésiter, que c'était bien elle sur le calendrier. /  Le jeudi 6 Mars : Marilyn assista à la soirée des trophées du magazine "Look" ("Look Awards") au Beverly Hills Hotel ; Sidney SKOLSKY et Ginger ROGERS, entre autres, étaient présents.

Tags : 1952 - Soirée "Look Awards" - Sidney SKOLSKY

24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée, le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN. 27/10/2016

24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.
24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.
24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.
24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.
24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.
24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.
24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.
24 Février 1953 / Marilyn reçoit lors de cette soirée,  le prix "Redbook" de "La meilleure jeune personnalité du Box Office". Nombre de personnalités sont conviées à la soirée, dont l'actrice et amie de Marilyn, Terry MOORE ou le journaliste et également ami, Sidney SKOLSKY. Pour l'occasion Marilyn porte une robe du couturier, Ceil CHAPMAN.

Tags : 1953 - Soirée "Redbook" - Effet personnel - Autograph - Sidney SKOLSKY - Terry MOORE