238 tagged articles 1954

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée. 02/11/2017

6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.
6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.
6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.
6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.
6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.
6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.
6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.
6 Octobre 1954 / (Part IV) Marilyn et son avocat, Jerry GIESLER, annoncent à la presse, devant la maison de North Palm Drive, qu’une procédure de divorce avec DiMAGGIO est engagée.

POUR LE MEILLEUR ET JUSQU'AU PIRE !

Une retraite pas si paisible
 
S'il fut une star du sport, DiMAGGIO n'en est pas moins un homme tranquille qui aspire à une existence calme et une retraite paisible avec la lecture des pages sportives au coin du feu, un bon whisky à la main, comme rêve absolu.
 
Des perspectives qui furent irrémédiablement remises en cause à la suite de la rencontre avec une star encore plus célèbre que lui : l'incomparable Marilyn MONROE !
 
Entre le taiseux Sicilien et l'incendiaire blonde platine, le coup de foudre fut pourtant sincère et les premières semaines d'un mariage sous les flashs en 1954 heureuses. La planète se passionne alors pour l'idylle entre les deux étoiles ; après être retombé dans le relatif anonymat des anciennes gloires du sport, DiMAGGIO se retrouve propulsé au rang de star planétaire.
Sa notoriété dépasse désormais le monde du sport et les frontières de l'Amérique.
 

 













 
Homme tranquille et d'apparence sereine, l'ancien joueur de baseball n'en était pas moins doté d'un ego surdimensionné. Très vite, l'immense notoriété de sa belle épouse devient irritante pour l'ex star, dont la jalousie croit progressivement au fur et à mesure que la sienne diminue.
Jalousie envers la célébrité de son épouse qui le relègue au rang de simple mari pour les tabloïds, mais aussi jalousie sentimentale, Marilyn la sulfureuse étant devenue le sex-symbol dont rêve toute l'Amérique.
 
Voir Marilyn dévoiler ses charmes les plus secrets devant des centaines de personnes par la grâce d'une grille de métro lors du tournage de "Sept ans de réflexion" constitue une ultime humiliation pour ce puritain et une dispute de trop pour le couple qui se sépare après onze mois de mariage.
 
Après avoir connu une dernière fois - et avec quelle intensité - les "joies" de la célébrité, Joe DiMAGGIO s'en retourne alors à sa paisible retraite et un progressif oubli, Marilyn voguant pour sa part vers son funeste destin. Malgré la déception d'une union impossible trop vite brisée, DiMAGGIO, l'homme rigide et austère, restera jusqu'à une nuit d'août 1962, le plus proche et le plus fidèle ami de l'icône. De tous les exploits du champion, ce ne fut assurément pas le moindre...
 

Tags : 1954 - Annonce divorce DiMAGGIO - Jerry GIESLER

Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée. 31/10/2017

Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Février 1954 / Marilyn lors de son tour de chants en Corée.
Il est amusant de savoir que pour ces militaires, Marilyn était plus une pin-up, une fille de papier qu'une star de cinéma. L'éclosion de Marilyn en tant que star ne sait fait que durant l'année passée, beaucoup des soldats présents sur cette tournée n'avaient donc jamais vu ses films !! Par contre ils connaissaient bien la pin-up pour accrocher de nombreux posters la représentant dans leurs baraquements. Marilyn une nouvelle fois n'était pas dupe. Elle savait que ces soldats venaient pour voir leur pin-up star et non une star de cinéma... d'où la robe légère. Et oui, dans la tête de Marilyn, elle ne serait pas là où elle est si ces hommes ne l'aimaient pas ; elle leur devait bien ça-

Tags : 1954 - Corée

BON DIMANCHE A TOUTES ET A TOUS ! 22/10/2017

Tags : 1954 - Ted BARON

1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA. 12/10/2017

1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.

1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.
1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.
1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.
1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.
1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.
1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.
1954 / Marilyn sur le tournage du film "The seven year itch" (ainsi que des photos promotionnelles), glamour dans cette robe signée TRAVILLA.

Tags : 1954 - The seven year itch - Sam SHAW - William TRAVILLA - Tom EWELL

1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch". 10/10/2017

1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".

1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn en nuisette se séchant les cheveux, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - The seven year itch - George BARRIS - Sam SHAW - Tom EWELL

1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch". 07/10/2017

1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Tom EWELL sous la direction de Billy WILDER, lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".

Un Golden Globe pour Tom Ewell

L'entreprise de séduction de sa charmante voisine dans "Sept ans de réflexion" valut à Tom EWELL le Golden Globe du Meilleur acteur dans une comédie en 1956.
 

Tags : 1954 - The seven year itch - Effet personnel - Tom EWELL - Billy WILDER

1954 / DEUX PORTRAITS RARES de Marilyn faisant partie de la collection de la photographe Jean HOWARD ; Marilyn tourne alors "The seven year itch". 01/10/2017

1954 / DEUX PORTRAITS RARES de Marilyn faisant partie de la collection de la photographe Jean HOWARD ; Marilyn tourne alors "The seven year itch".
1954 / DEUX PORTRAITS RARES de Marilyn faisant partie de la collection de la photographe Jean HOWARD ; Marilyn tourne alors "The seven year itch".
1954 / DEUX PORTRAITS RARES de Marilyn faisant partie de la collection de la photographe Jean HOWARD ; Marilyn tourne alors "The seven year itch".
1954 / DEUX PORTRAITS RARES de Marilyn faisant partie de la collection de la photographe Jean HOWARD ; Marilyn tourne alors "The seven year itch".
1954 / DEUX PORTRAITS RARES de Marilyn faisant partie de la collection de la photographe Jean HOWARD ; Marilyn tourne alors "The seven year itch".
MINI-BIO
 
Jean HOWARD naît le 13 octobre 1910 à Longview au Texas sous le nom d'Ernestine HILL.
A la fin des années 20, elle découvre Hollywood. Pour Jean cet endroit est le paradis sur Terre. Elle veut faire partie du rêve.
En 1930, suite à une annonce, elle se retrouve comme figurante avec Betty GRABLE (alors âgée de 14 ans) et Paulette GODDARD dans une scène du musical « whoopee » produit par Samuel GOLDWYN et Florenz ZIEGFELD. Six mois après le crash de "Wall Street" elle se retrouve avec un contrat de figurante pour 75 dollars par semaine.
ZIEGFELD a besoin de 4 jolies jeunes femmes pour sa prochaine production à Broadway avec pour star Marilyn MILLER. Jean est engagée et c'est là que son nom est changé en Jean HOWARD. Mais son père meurt dans un accident et elle doit retourner à Dallas. Six mois plus tard, ZIEGFELD la rappelle pour ce qui deviendra les dernières « ZIEGFELD Follies« . Ruiné par la crise de 1929, il meurt en 1932.

En 1933 elle est de retour à Hollywood. Elle y signe un contrat à la MGM. Dans ce grand studio elle passera plus de temps devant les caméras des photographes que celles de cinéma, d'après ses propres mots.
Elle jouera tout de même dans quelques films depuis oubliés mais c'est durant cette année 1933 qu'elle rencontre Charles FELDMAN, agent d'acteurs et d'actrices qui deviendra l'un des plus grands dans ce domaine. Elle l'épouse à l'automne 1934. Elle réalise alors que vivre sa vie avec FELDMAN est plus important pour elle que de jouer, et que son rôle le plus important sera d'être derrière la caméra.
 
Comme Jean le dit si bien, le Hollywood des années 20 et 30 est un monde très petit dans lequel tout le monde se connaît. Elle devient amie avec Greta GARBO, Cole PORTER (qu'elle rencontre lorsqu'elle était une "ZIEGFELD girl") et sa femme Linda qui sera le mentor de Jean question style. Daryl ZANUCK, Elsa MAXWELL, Howard HUGHES, Howard HAWKS, Henry HATHAWAY, Gene TIERNEY, Tyrone POWER sont des intimes comme la famille KENNEDY (avant que John devienne président). Elle connaîtra tous les grands noms de cette époque allant des années 30 aux années 60.
Lorsqu'elle s'installe avec FELDMAN au début des années 40 à Coldwater Canyon, elle ne se doute pas encore qu'elle sera l'une des hôtesses les plus prisées d'Hollywood. Tout ce beau monde arpente les couloirs, le jardin de cette maison pendant toute une décennie et elle les suivra dans bien d'autres endroits. avec son appareil photo. En février 1944, Frances GOLDWYN (la femme de Samuel) l'invite à dîner. Elle lui présente une graphologue Hilde BERLE. Celle-ci demande à Jean d'écrire une phrase. Elle écrit alors « today is a beautiful day ». Jean est dubitative quant à ce que HILDE va bien lui dire par rapport à son écriture. Elle sera surprise lorsque celle-ci lui dit qu'elle a un don pour la photographie et qu'elle devrait aller l'étudier à la très réputée école "The Art Center" se trouvant, ici, à Los Angeles.

Ce n'est que quelques mois plus tard qu'elle ira effectivement s'inscrire à cette école, ce qui changera à jamais sa vie.
Elle se perfectionne et s'amuse à photographier ses amis lors notamment de matchs de cricket instaurés par ZANUCK en 1946. Ces matchs intéressent "Life". Jean se voit alors proposer de faire un reportage qui sera effectivement publié dans "Life" cette année-là. A partir de ce moment là elle commence sérieusement à penser à l'idée de vendre ses photographies qu'elle faisait jusque là par plaisir. 

Et c'est ce qu'elle fera !! Elle travaille alors pour "Harper's Bazaar", "Look magazine" et même "Vogue"
En 1946, elle divorce de FELDMAN. Cela ne les empêchera pas de rester de très bons amis jusqu'à la mort de celui-ci en 1968.
Elle se remariera en 1973 à Tony SANTORO qu'elle fréquente depuis le milieu des années 60 et qu'elle a rencontré lors d'un voyage en Italie. A partir de là, elle profite de la vie et ne photographie plus, d'ailleurs beaucoup de gens qu'elle a côtoyé ne sont plus de ce monde.
 
Dans l'article de "Vanity Fair" de 1991, malgré ses 80 ans, elle a l'air toujours aussi pétillante. Après la sortie du livre "Jean HOWARD's Hollywood, A photo Memoir" , elle s'apprête à sortir un nouveau livre consacré exclusivement à son ami Cole PORTER : "Travels with Cole Porter".
Durant l'interview elle dit même qu'il serait peut être temps d'écrire son autobiographie, ce qu'elle ne fera jamais
Elle meurt le 20 mars 2000, à l'âge vénérable de 90 ans après une vie bien remplie. Même si elle n'a pas eut le temps d'écrire ses mémoires, son livre sur Hollywood peut être considéré comme tel vu toutes les anecdotes qu'elle diffuse à chaque photo publiée dans ce livre.
 
Mais revenons à Marilyn.
Jean la rencontre pour la première fois en 1950 dans son jardin. Marilyn accompagne Elia KAZAN qui avait un rendez-vous d'affaires avec Charlie FELDMAN. La rencontre est brève. Marilyn attend sagement, seule auprès de la piscine. Jean lui demande si elle veut boire quelque chose, Marilyn refuse poliment, Jean retourne à ses occupations.
En 1953, Jean retrouve Marilyn sur le tournage de « How to marry a millionaire » durant lequel elle réalise quelques clichés. D'autres photographes sont présent ce jour là comme Earl THEISEN.
Jean est sur le tournage parce que son mari Charles FELDMAN est un agent producteur influent travaillant quasiment exclusivement avec la Twentieth Century Fox. Charles veut faire signer la star montante qu'est Marilyn. Le contrat entre l'actrice et la "FELDMAN Famous Artists Agency" sera signé à la fin de l'année 1953 après l'échéance du contrat qui lie Marilyn à la "William Morris Agency".
A savoir que c'est FELDMAN qui, en 1951, avec négocié le deuxième contrat de Marilyn avec la Twentieth Century Fox.
 
En 1954, Charles FELDMAN est l'acquéreur des droits cinématographiques de la pièce à succès « Seven Year Itch« . Il en deviendra producteur. Pour l'anecdote il est aussi à l'origine de l'adaptation cinématographique d'« Un Tramway nommé désir ».
En novembre 1954, c'est FELDMAN qui organise avec Billy WILDER, une soirée dédiée à Marilyn à la fin du tournage de « Seven Year itch ». La soirée a lieu au "Romanoffs" et tout Hollywood est là. C'est ce soir là que Marilyn rencontre pour la première fois Clark GABLE.
 
La collaboration entre FELDMAN et Marilyn prendra fin en 1955. Vu la relation entre le Studio et FELDMAN, Marilyn pensait (certainement à juste titre) qu'il ne pouvait défendre ses nouvelles ambitions d'émancipation à l'égard de la Fox. Milton GREENE appuya Marilyn dans sa décision.
Selon Jean HOWARD, ce n'est qu'en 1957 ou 1958 qu'elle put faire une véritable séance photos avec Marilyn à New York. Elle lui demanda de venir à son studio situé sur la 77ème rue est. Marilyn accepta et arriva avec une heure et demi de retard.
Jean se rappelle que Marilyn était la personne la plus coopérative qu'elle ait jamais photographiée. Marilyn porte sur les premiers clichés avec la cage à oiseaux, une robe noire à fine bretelles qu'elle nommait sa « lucky dress » (voir tag Jean HOWARD dans le blog). Même si Marilyn trouvait instinctivement la bonne façon de poser avec cette cage, ce n'était pas ce que cherchait Jean. Elle voulait autre chose, loin des clichés glamour, sexy qu'elle avait tant l'habitude de voir à propos de Marilyn. Elle est donc allé voir dans son dressing et est revenue avec sa veste favorite de chez "Hattie Carnegie". Et là, Jean a trouvé la véritable Marilyn.

Jean rapporte que peu de temps après cette séance, elles se revirent à une soirée durant laquelle Marilyn dit : « Jean a pris les meilleurs photos de moi que j'ai jamais eu ».
 

Tags : 1954 - Jean HOWARD - Book

BELLE JOURNEE A TOUTES ET A TOUS ! 26/09/2017

Tags : 1954 - The seven year itch - William TRAVILLA

Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit. L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau. 23/09/2017

Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.
Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.
Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.
Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.
Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.
Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.
Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.
Février 1954 / LES RARES de Marilyn lors de son séjour en Corée. / Robe de paillettes et escar­pins à bout ouverts, Mari­lyn appa­rais­sait toujours prête à monter sur scène. Même lorsqu'il s'agis­sait de rendre visite aux soldats améri­cains en Corée alors qu'elle était en pleine lune de miel au Japon avec son mari Joe DiMAGGIO. Février 1954, le moral des troupes restées sur place après la fin de la guerre est au plus bas durant ce rude hiver. Débarque alors Mari­lyn MONROE, 28 ans, pimpante, qui pendant 4 jours va donner 10 spec­tacles devant 100 000 soldats et marins épui­sés au bout de 3 ans de conflit.  L'héroïne de "Certains l'aiment chaud" plai­sante avec eux, endosse les vestes des offi­ciers, signe des auto­graphes et surtout prend le micro, moulée dans son four­reau.

Tags : 1954 - Corée

1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin. 22/09/2017

1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.
1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.
1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.
1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.
1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.
1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.
1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.
1954 / Marilyn lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch", où par le biais de la télévision vante les bienfaits du dentifrice "Dazzledent", sans oublier au passage de dénoncer le mauvais comportement de son voisin.

Tags : 1954 - The seven year itch - William TRAVILLA - Billy WILDER - Publicité