22 tagged articles James COLLINS

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop". 03/02/2016

8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".
8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".
8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".
8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".
8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".
8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".
8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".
8 Février 1956 / Après une session photos avec Gene LESTER et Milton GREENE ainsi que James COLLINS, Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "Middle of the night", au "Anta theater" de New-York", pièce de Joshua LOGAN, qui la dirigera la même année dans "Bus stop".

Tags : 1956 - Premiere "Middle of the night" - Gene LESTER - Milton GREENE - James COLLINS

11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS). 11/02/2016

11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).
11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).
11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).
11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).
11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).
11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).
11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).
11 Mars 1955 / C'est accompagnée de Milton GREENE que Marilyn se rend à la réunion annuelle tenue au "Waldorf Astoria" de New-York, du "Friars Club" où elle est l'invitée d'honneur, tout comme Jerry LEWIS et Dean MARTIN. Seront également de la partie Eddie FISHER, Sammy DAVIS Jr et Milton BERLE en maître de cérémonie. (photos signées Ed FEINGERSH, Milton GREENE et James COLLINS).

Tags : 1955 - "Friars Club" au "Waldorf Astoria" - Ed FEINGERSH - Milton GREENE - James COLLINS - Milton BERLE - Sammy DAVIS Jr - Eddie FISHER

1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn. 12/02/2016

1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.
1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.
1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.
1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.
1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.
1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.
1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.
1955 / Pour les fans avertis, ces huit photos candides rares pas de très bonnes qualités (que j'ai un peu remastérisé) mais avec un visu correct de Marilyn prisent à New-York par des fans et autres admirateurs... Sur la dernière photo, on reconnaîtra Sam SHAW, photographe et ami de Marilyn.

Tags : 1955 - Sam SHAW - James COLLINS - James HASPIEL

7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale. 19/02/2016

7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.
7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.
7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.
7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.
7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.
7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.
7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.
7 Janvier 1955 / (Part II) "Marilyn MONROE Productions" / Déclaration publique devant 80 journalistes et amis, dans la maison de l'avocat Frank DELANEY ; les seuls journalistes mondains absents étaient Dorothy KILGALLEN et Walter WINCHELL (particulièrement hostiles à Marilyn ). Marilyn fut nommée présidente avec 51 % des parts, et Milton GREENE vice-président avec 49 % des parts. Leurs avocats étaient Frank DELANEY, Irving STEIN ; le comptable était Joseph CARR. Elle fêta l'événement au "Copacabana", un night-club où se produisait Frank SINATRA. En agissant ainsi et pour son propre compte elle remettait en cause la toute puissance des studios; elle fut vilipendée par la presse. Elle se prépara à une année sabbatique : elle vécut dans la propriété des GREENE, descendait au "Waldorf Astoria" quand elle était à New York, commença à prendre des cours avec Lee STRASBERG et entreprit une psychanalyse. Milton s'occupa de la valorisation financière du principal capital de la société, prépara des projets de films et travailla avec son équipe d'avocats qui renégocia le contrat de Marilyn  avec la Fox. Au bout d'un an, la société annonça qu'elle avait négocié un nouveau contrat de non-exclusivité avec la Fox. L'énorme succès de « The seven year itch » renforçait la position des "Marilyn MONROE Productions", et Marilyn obligea la Fox à se soumettre. Son nouveau contrat comprenait un chèque pour les salaires résiduels, un nouveau salaire de 100 000 $ pour quatre films à tourner sur sept ans et lui assurait l'approbation de la Fox pour tous ses projets personnels. Elle détenait aussi un droit de regard sur les scénarios qu'on lui proposait ainsi que sur les réalisateurs et directeurs de la photo. Sa victoire fut l'une des premières brèches dans le système des grands studios hollywoodiens. Sa position de présidente de sa propre maison de production lui donnait un pouvoir bien plus important que celui de la plupart des actrices de l'époque. Elle démarra avec deux projets : « Bus stop » (1956) en collaboration avec la Fox, et « The Prince and the showgirl » (1957) avec la Warner, sa première et seule production indépendante. / 1er mars 1956, accord avec la Warner ; les relations entre les deux associés se dégradèrent lentement. Arthur MILLER voulait participer aux projets professionnels de sa femme. / 1957 : en avril, avant la sortie de « The Prince and the showgirl », elle déclara que GREENE avait mal géré la société et menait dans son coin des négociations dont il ne la tenait pas informée. Elle proposa un nouveau staff de directeurs. Cinq jours plus tard elle remplaçait les avocats de la société par le conseiller juridique  personnel de MILLER, Robert H. MONTGOMERY, le beau-frère de MILLER, George KUPCHNIK, et l'un de ses amis, George LEVINE. George CARR passa ses dernières années à travailler comme comptable ; Irving STEIN, lui, devint président de la "Elgin Watch Company". Il mourut en 1966. Les "Marilyn MONROE Productions" ne produisit pas d'autres films mais survécut pour des raisons fiscales et pour gérer les revenus de Marilyn. Les autorités financières s'intéressèrent de près à la société, car elles soupçonnaient Marilyn de l'avoir créée dans un but d'évasion fiscale.

Tags : 1955 - "Marilyn MONROE Productions" - Milton GREENE - Autograph - James COLLINS - Elsa MAXWELL - Marlene DIETRICH

1955 / Rares candides et autographes de James COLLINS, l'autre grand fan de Marilyn, après James HASPIEL. 20/02/2016

1955 / Rares candides et autographes de James COLLINS, l'autre grand fan de Marilyn, après James HASPIEL.
1955 / Rares candides et autographes de James COLLINS, l'autre grand fan de Marilyn, après James HASPIEL.
1955 / Rares candides et autographes de James COLLINS, l'autre grand fan de Marilyn, après James HASPIEL.
1955 / Rares candides et autographes de James COLLINS, l'autre grand fan de Marilyn, après James HASPIEL.

Tags : Autograph - 1955 - James COLLINS

26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s". 24/02/2016

26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".

26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".
26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".
26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".
26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".
26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".
26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".
26 Juin 1953 / (PART II) Pendant la campagne publicitaire de « Gentlemen prefer blondes », Marilyn marqua ses empreintes dans le  ciment, avec Jane RUSSELL, devant le "Grauman’s Chinese Theater", au 6774 Hollywood Boulevard, faisant suite à une tradition créée par Mary PICKFORD et Douglas FAIRBANKS dans les années 20. DiMAGGIO n’y assista pas mais la rejoignit au restaurant "Chasen’s".

Tags : 1953 - Joe DiMAGGIO - Gentlemen prefer blondes - Grauman's Chinese Theatre - James COLLINS - Jane RUSSELL

1er Juin 1955 / (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant... 24/02/2016

1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...
1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...
1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...
1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...
1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...
1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...
1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...
1er Juin 1955 /  (Part II) Anniversaire de Marilyn et Première du film "The seven year itch", avec à ses côtés pour l'accompagner, bien qu'ayant à peine divorcé, Joe DiMAGGIO en chevalier servant...

Tags : 1955 - Premiere "The seven year itch" - Joe DiMAGGIO - James COLLINS

RARE Marilyn candide aux alentours de 1955 24/02/2016

RARE Marilyn candide aux alentours de 1955
RARE Marilyn candide aux alentours de 1955
RARE Marilyn candide aux alentours de 1955

Tags : 1955 - James COLLINS

1955 / RARE Candid Marilyn and autograph... / CITATION DE MARILYN / Le véritable amant, c'est celui qui d'une légère caresse sur les cheveux, d'un simple sourire ou même d'un regard perdu dans le vague vous fait chavirer de bonheur. 26/02/2016

Tags : 1955 - Autograph - James COLLINS

26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le photographe. 06/03/2016

26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.
26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.
26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.
26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.
26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.
26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.
26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.
26 Janvier 1955 / Marilyn fit une interview au "Gladstone Hotel" de New York, accompagnée par Milton GREENE, avec le journaliste George CARPOZI Jr et le photographe George MILLER, puis se promena dans "Central Park" avec le  photographe.

Tags : 1955 - Interview "Gladstone Hotel" N Y - Milton GREENE - James COLLINS