20 tagged articles Philippe HALSMAN

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe. 13/09/2015

1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.

Tags : 1952 - Philippe HALSMAN - Cover

1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées. 10/03/2016

1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées.
1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées.
1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées.
1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées.
1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées.
1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées.
1954 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN ; Le photographe qui faisait sauter ses modèles en l'air pour les décontracter et leur faire exprimer leur véritable personnalité ! C'est en effet la première image qui vient à l'esprit à son sujet (et, en effet, à voir le duc et la duchesse de Windsor, magnifiquement ridicules, on imagine le travail nécessaire pour décoincer les modèles posant). Mais le modèle veut-il réellement dévoiler sa "véritable" personnalité ? HALSMAN, qui a quasiment découvert Marilyn en 1949 lors d'un reportage pour "LIFE" à Los Angeles, la fait sauter en l'air en 1954 : l'actrice le fait une seule fois (dernière photo) et refuse de réitérer l'expérience, effrayée à l'idée de dévoiler ainsi sa personnalité vraie derrière les paillettes. En 1959, quand elle est devenue une grande star, elle accepte enfin de se prêter à l'exercice de "jumpology", mais il faut plus de 200 sauts pendant trois heures pour arriver enfin à des photographies convenant et au photographe, et à l'artiste ; pas vraiment des images spontanées.


Tags : 1954 - Philippe HALSMAN

1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN. 19/03/2016

1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn, jouant de sa séduction auprès du journaliste, donne une interview pour "Life" magazine sous l'objectif du photographe Philippe HALSMAN.

Tags : 1952 - Philippe HALSMAN

1952 / Marilyn à Hollywood sous l'objectif de Philippe HALSMAN. 24/03/2016

1952 / Marilyn à Hollywood sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn à Hollywood sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn à Hollywood sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn à Hollywood sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn à Hollywood sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn à Hollywood sous l'objectif de Philippe HALSMAN.

Tags : 1952 - Philippe HALSMAN

1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus." "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre." 02/04/2016

1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."
1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."
1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."
1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."
1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."
1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."
1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."
1949 / Première rencontre de Marilyn avec Philippe HALSMAN, qui la fait poser pour un article du magazine "Life" ; tour à tour il lui demandera d'exprimer et de mimer différentes émotions ou scènes, telles "se régaler avec une boissson", "danser", "rire", "la peur", "l'attente", ou encore "le désespoir" ; Le photographe Philippe HALSMAN raconta plus tard : "Je me souviens de l'une des filles, une fausse blonde qu'on appelait Marilyn MONROE. Je me souviens aussi que ce n'est pas celle qui m'impressionnait le plus."  "Elle est restée gravée dans ma mémoire parce que c'est celle qui perdait le plus de temps devant la glace. Elle pouvait passer des heures à se remettre du rouge à lèvres, à arranger son mascara, et à exaspérer les autres filles en les faisant attendre."

Tags : 1949 - Philippe HALSMAN

1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD. 10/04/2016

1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.
1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.
1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.
1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.
1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.
1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.
1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.
1952 / Dans les coulisses d'une session photos avec Philippe HALSMAN et Harold LLOYD.

Tags : 1952 - Philippe HALSMAN - Harold LLOYD

1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN. 19/04/2016

1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.
1952 / Marilyn dans son vestiaire faisant quelques exercices, sous l'objectif de Philippe HALSMAN.

Tags : 1952 - Philippe HALSMAN

1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner. 24/04/2016

1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.
1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.
1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.
1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.
1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.
1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.
1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.
1959 / JUMPOLOGY / Philippe HALSMAN avait comme manie de proposer aux grandes personnalités de sauter pendant qu'il les prenait en photo. Lorsqu'une partie de ces photos allaient paraître dans "Life", la rédaction souhaita que le saut de Marilyn soit en couverture (elle fit la couverture le 9 Novembre 1959). Elle fut donc une fois de plus conviée au studio et officiellement, cette fois. Comme l'exprima HALSMAN, Marilyn avait exactement 3 jours de retard et 10 minutes d'avance, mais la séance fut productive. / "Je connais peu d'actrices douées d'un si formidable talent pour communiquer avec un objectif. On dirait qu'elle essaye de séduire l'appareil comme si c'était un être humain." "Marilyn fut la déesse de l'amour la plus phénoménale de l'histoire." / PAS SI CANDIDES / Ces photos se voulant candides, Marilyn insista de sauter (plus de 200 fois) afin de pouvoir sélectionner les meilleures, celles qui la mettrait le plus en valeur tout de même. Elle sauta d'ailleurs avec le photographe, sous le regard de MILLER, venu alors l'accompagner.

Tags : 1959 - Philippe HALSMAN - Arthur MILLER - Jumpology

1952 / Marilyn by Philippe HALSMAN. 21/05/2016

Tags : 1952 - Philippe HALSMAN

1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch". 06/06/2016

1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn sous l'objectif de Sam SHAW (photo) découvrant et sélectionnant des épreuves photographiques d'une session avec Philippe HALSMAN, prise la même année, lors du tournage du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - The seven year itch - Sam SHAW - Philippe HALSMAN