65 tagged articles Bus stop

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE. 13/10/2017

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" par Milton GREENE.

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE

1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE. 24/09/2017

1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.
1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.
1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.
1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.
1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.
1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.

"Bus stop" - "Arrêt d'autobus" en français mais ça le fait moins, non ? - ,  un film de 1956 réalisé par Joshua LOGAN (1908-1988) à qui l'on doit aussi "Mister Roberts" avec Henry FONDA, "Picnic" avec William HOLDEN ou "Sayonara" avec Marlon BRANDO, LOGAN qui était aussi (et surtout) metteur en scène à Broadway ; justement ce film est une adaptation de la pièce à succès "People in the wind" jouée l'année précédente à Broadway.
Un film qui arrive après « 7 ans de réflexion », et...comment ? 7 ans ça fait long ? Ah, non , on s'est mal comprit, un film qui arrive après le film "7 ans de réflexion" dans la carrière de Marilyn, film qui a rapporté gros, 8 millions de Dollars de recettes au Box office . Marilyn en a profité pour négocier un nouveau contrat avec la 20th Century Fox, 100.000 dollars par film + 500 par semaine pour "frais divers" + droit de regard sur les scenars, le réalisateur et le directeur de la photo...
« Bus stop » est le premier film qu'elle tourne à ces nouvelles conditions, Marilyn a aussi imposé sur le tournage une conseillère perso, Paula STRASBERG, une mégère qui va faire tourner réalisateur et techniciens en bourrique, ils la surnomment "la sorcière"...
Sur le plan sentimental, Marilyn a divorcé de son joueur de base ball et flirte avec l'écrivain Arthur MILLER, qu'elle épousera en Juin de cette même année 1956.
Mais tout cela est de l'histoire connue alors revenons en au film lui même :
Bo, un jeune cow-boy extraverti jamais sorti de son ranch du Montana "monte" à la grande ville (Phoenix, Arizona) prendre part à un grand rodéo avec son ami Virgil, qui lui met dans la tête l'idée de se trouver une femme par la même occasion. Les voila parti dans ce fameux bus. Le problème est que notre jeune ami, les femmes, ces êtres bizarres, il n'en a vu pour l'instant qu'en photos et ne sais pas vraiment comment ça s'attrape, enfin il a bien une petite idée : "c'est comme les taureaux, on ne leur demande pas leur avis pour les ligoter".
Et Marilyn là dedans me direz vous ?
Voila,  voila.  Elle campe Cherie une entraîneuse-chanteuse dans un tripot  pour cow-boys à Phoenix, plus entraîneuse que chanteuse d'ailleurs, même si elle y croit , rêvant d' Hollywood et de célébrité. Et c'est là que leur chemin vont se croiser et le cow-boy tomber amoureux de la belle au premier regard et lui proposer de la ramener dans ses bagages, négligeant un petit détail : Cherie ne se voit pas du tout en fermière du Montana ; mais aller expliquer ça à un cow-boy plus têtu qu'une mule ! Surtout qu'il a gagné le grand prix du rodéo, déjà qu'il avait le melon avant !  Elle n'arrive pas à se débarrasser de l'encombrant "fiancé"  qui va jusqu'à la capturer au lasso pour la faire monter dans le bus du retour !
Un tel comportement machiste dans une série américaine de nos jours lui vaudrait le "gnouf" direct ainsi qu'une flopée d'avocats aux fesses ! La fin va être assez prévisible, le car se retrouve bloqué par la neige à un relais, un "bus stop", "chez Grace" (jouée par Betty FIELD ). Le chauffeur lassé de ces histoires met une raclée à l'amoureux pour qu'il lâche la demoiselle, celui ci comprend la leçon et se transforme en agneau prévenant, qui fait finalement fondre Marilyn qui accepte de le suivre... Bon que ressortir de tout ça, déjà c'est un bon moment de cinoche, distrayant, pas un chef d'œuvre c'est certain, sans doute plus taillé pour le théâtre que pour un long métrage. Le trait est un peu exagéré, à  dessein, mais l'exubérance de Bo lasse un peu et la fin est  cousue de fil blanc.
 
Marilyn s'en tire plutôt bien, dans son personnage de paumée, de fille de petite vertu désabusée  mais à la candeur touchante (au fait pourquoi diable l'ont ils enfarinée ainsi, elle est d'une pâleur inquiétante tout au long du film ? !). Notons que les scénaristes ne sont jamais beaucoup foulés, lui offrant quasiment toujours le même rôle ainsi qu'on l'a vu cette semaine. Dommage que sa vie et sa carrière aient été ainsi "écourtés", on aurait aimé la voir dans des rôles plus dramatiques et des films plus "profonds"... 
Mais le vrai personnage clé du film  c'est Bo, interprété par Don MURRAY, dont c'est ici le premier film ; il tournera ensuite dans d'innombrables séries et télé-films, et au ciné bien sur, notamment  "la fureur des hommes" (1958), "la conquête de la planète des singes" (1972) ou " Peggy Sue got married" (COPPOLA, 1986). On notera aussi des seconds rôles savoureux comme Virgil joué par Arthur o'CONNELL (1908-1981) ou Hope LANGE dont ce fut aussi le premier film, elle y joue Elma, une passagère du bus qui aide Cherie, à noter qu'elle fut l'épouse à la ville de Don MURRAY.
1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.
1956 / Marilyn et Don MURRAY sur le tournage du film "Bus stop", Marilyn campant Chérie, une danseuse de saloon, chantant "That old black magic" dans un costume signé TRAVILLA sous l'objectif du photographe Milton GREENE.

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE

1956 / RARES INSTANTANES de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" / "Marilyn se sentait en insécurité et avait souvent le trac devant la caméra. En revanche elle prenait un certain plaisir à se libérer entièrement devant l’appareil photo. Elle se donnait complètement quand elle posait, elle savait exactement quelle position adopter, comment regarder l’objectif, comment sourire… C’est là que résidait tout son talent" (Lawrence SCHILLER). 21/09/2017

1956 / RARES INSTANTANES de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" /  "Marilyn se sentait en insécurité et avait souvent le trac devant la caméra. En revanche elle prenait un certain plaisir à se libérer entièrement devant l’appareil photo. Elle se donnait complètement quand elle posait, elle savait exactement quelle position adopter, comment regarder l’objectif, comment sourire… C’est là que résidait tout son talent" (Lawrence SCHILLER).
1956 / RARES INSTANTANES de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" /  "Marilyn se sentait en insécurité et avait souvent le trac devant la caméra. En revanche elle prenait un certain plaisir à se libérer entièrement devant l’appareil photo. Elle se donnait complètement quand elle posait, elle savait exactement quelle position adopter, comment regarder l’objectif, comment sourire… C’est là que résidait tout son talent" (Lawrence SCHILLER).
1956 / RARES INSTANTANES de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" /  "Marilyn se sentait en insécurité et avait souvent le trac devant la caméra. En revanche elle prenait un certain plaisir à se libérer entièrement devant l’appareil photo. Elle se donnait complètement quand elle posait, elle savait exactement quelle position adopter, comment regarder l’objectif, comment sourire… C’est là que résidait tout son talent" (Lawrence SCHILLER).

Tags : 1956 - Bus stop - Joshua LOGAN

1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN. 18/09/2017

1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
1956 / Sun-Valley, en Idaho, lors du tournage d'une scène du film "Bus stop", Marilyn doute, rongée sans cesse par le trac et toujours la peur de ne pas y arriver, de na pas jouer juste, comme elle le disait elle-même... aux côtés de Milton GREENE, sous l'objectif de Bob BEERMAN.

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE - Bob BEERMAN

BELLE JOURNEE A TOUTES ET A TOUS ! 09/08/2017

BELLE JOURNEE A TOUTES ET A TOUS !

BELLE JOURNEE A TOUTES ET A TOUS !

Tags : 1956 - Bob BEERMAN - Bus stop - Restaurant "The Ram"

1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". 07/08/2017

1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / NOUVELLES PHOTOS de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop".

Tags : 1956 - Bus stop - Joshua LOGAN - Milton GREENE

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM / 28/06/2017

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". / AUTOUR DU FILM /
 
"Bus stop" est l'adaptation de la pièce de théâtre "People in the Wind" ("Personnes dans le vent") jouée avec succès à Broadway en 1955. Le titre français « Arrêt d'autobus » évoque un contexte urbain, et les termes français qui se rapprochent le plus (arrêt d'autocar, halte routière, gare routière) sont peu adéquats. Conserver "Bus Stop" offre l'inconvénient ... de ne pas traduire."Bus stop" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l'époque du film, et ont divorcé en 1961.Le film a été nommé pour plusieurs récompenses mais n'en a gagné aucune : Oscars 1957, meilleur second rôle masculin, Don MURRAY ; BAFTA 1957, meilleure révélation masculine, Don MURRAY ; Directors Guild of America 1957 (association des réalisateurs américains), meilleur réalisateur, Joshua LOGAN ; Golden Globes 1957, meilleur film de comédie ou de comédie musicale, et meilleure actrice de comédie ou de comédie musicale, Marilyn MONROE ; Writers Guild of America 1957 (association des scénaristes américains), meilleur scénario de comédie, George AXELROD.Traductions en français : il est amusant de remarquer les travers qu'empruntent parfois certains traducteurs. Au début du film, Virgil, très nuancé et diplomate dans la version originale, commente à Bo : « You just pick out some plain-looking little gal with a cooperating nature and a good personality », ce qui est assez bien traduit dans la version doublée en français par « Je te conseillerais plutôt de choisir une fille pas-jolie-toute-simple mais qui soit prête à coopérer et avec une bonne mentalité », réplique qui devient un peu discutable dans la version sous-titrée (du DVD) : « Choisis une fille pas trop jolie mais travailleuse et pas empoisonnante ».Dans la bande annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière « choc » « Le cinéma va-t-il disparaître ? ».Marilyn interprète dans ce film la chanson "That Old Black Magic".

Tags : 1956 - Bus stop - Allan SNYDER - Joshua LOGAN

LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS ! 28/05/2017

LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
"Que l'on veuille bien me pardonner mon passé et mes erreurs de jeunesse. Que l'on veuille bien se remémorer le temps où une starlette en quête de célébrité devait impérativement passer dans le lit et sous les grosses pattes du producteur pour décrocher une seule réplique dans un mauvais film. Que l'on veuille bien me pardonner mes crimes, si nombreux, en songeant que je les ai désormais payés au centuple.


Je me suis mariée à 16 ans en juin 1942. Jimmy était un garçon adorable, et j'avais beacoup de tendresse pour lui. Je crois que sans imagination, j'aurais pu devenir la ménagère idéale, cuisinant pour mon mari et attendant précieusement son retour tous les soirs dans ma home sweet home. Mais Jimmy fut enrôlé et le léger désir d'enfant que je ressentais en moi s'évanouit comme un rêve brumeux effacé au petit matin. Après le départ de Jimmy, tout alla assez vite: l'usine, les sourires, les photos, les rendez-vous et l'envie en moi de continuer dans cette voie lumineuse du cinéma.

Je ne le nierai pas: j'ai eu des liaisons durant l'absence de Jimmy, mais il fallait rencontrer beaucoup de monde pour se faire connaître... Ils ont été quelques-uns, compagnons fugitifs, amants d'un soir, passion mensuelle... et naturellement, certains partirent en me laissant un souvenir d'eux caché dans les entrailles.

Je ne vous mentirai pas : je me suis fait avorter... plusieurs fois même ! Comment aurais-je pu mener à bien mes ambitions d'actrice avec un ventre gigantesque ? Comment aurais-je pu affronter mon époux et lui prétendre que l'enfant était le sien alors que nous n'avions pas partagé le même lit depuis des mois ? Comment aurais-je pu obtenir ne serait-ce qu'un seul rendez-vous dans l'enceinte de cet Hollywood puritain en me présentant comme mère-célibataire ? On m'aurait répudiée et marquée au fer rouge, bannie à jamais.

J'ai dû faire des choix, et ces décisions m'ont coûté beaucoup de larmes. Au seuil de mon existence, j'ai constamment pensé à ces enfants auxquels j'avais refusé la vie. Je les imaginais dans les yeux des autres enfants, je les entendais dans les rires des cours d'école... et je regardais ces mamans dont le corps avait donné la vie, quand mon ventre n'avait engendré que la mort.

À cette époque, Hollywood imposait son diktat sur la vie des actrices, et il était formellement conseillé à une jeune comédienne promise au succès de ne pas se marier sans l'accord du studio et de ne pas «se trouver dans une position incommodante pour sa carrière»... Ce discours me fut tenu à moi comme aux autres... et je m'y suis pliée pendant des années. `Q Hollywood, Puissance et Gloire sont des mots d'ordre pour lesquels il est possible de commettre les crimes les plus vils.

Mais j'ai vieilli, j'ai rencontré des hommes, j'ai épousé ces hommes, et, eux, voulaient des enfants de moi. Je suis tombée enceinte plusieurs fois, mais mon corps, sans doute déjà putréfié par les abus de médicaments et d'alcool, a été incapable de garder convenablement les bébés.

Les faiseuses d'anges de ma jeunesse ont alors laissé place à de grands médecins qui examinent avec soin le corps de Marilyn, dans des cliniques privées de Los Angeles ou de New York. «Allons, Miss MONROE, ce n'est pas grave, vous en aurez d'autres ! Ne pleurez pas !»

Savent-ils qu'on m'a déjà répété cette phrase au moins une dizaine de fois ? Savent-ils qu'aujourd'hui, plus que jamais je veux un enfant ? Savent-ils que ma carrière d'actrice est bientôt terminée, et que je n'ai plus que quelques années pour entamer décemment celle de mère? Savent-ils que je veux élever mes enfants comme jamais je n'ai été élevée ?

Savent-ils que j'ai honte ?

Ma vie n'a finalement jamais fonctionné comme je l'attendais. Le corps encore innocent de Norma-Jeane s'était donné aux aiguilles sales des avorteurs clandestins, sans songer que, des années plus tard, une Marilyn prête à disparaître, prierait pour obtenir ce cadeau inespéré de l'existence qu'un corps usé lui refusera irrémédiablement.

Je n'ai jamais eu d'enfant, personne ne m'a jamais appelée «maman» et jamais un homme n'est devenu, grâce à moi, père". 
Marilyn
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !

Tags : 1957 - March of dimes - 1953 - River of no return - 1952 - We're not married - Don't bother to knock - 1956 - Bus stop - Milton GREENE

1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop". 22/05/2017

1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".

1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".
1956 / RARE Marilyn et Joshua LOGAN (candids moments) lors du tournage du film "Bus stop".

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE - Joshua LOGAN

1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN. 13/05/2017

1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
"Bus stop" a été réalisé par un cinéaste mineur des années 50/60 d'Hollywood (Joshua LOGAN). Certes il a dirigé William HOLDEN et Kim NOVAK dans "Picnic" (1955), un joli succès à 1.8 million d'entrées en France, Marlon BRANDO dans "Sayonara" (1957), Jane FONDA et Anthony PERKINS dans "Tall Story" (1960), Leslie CARON et Maurice CHEVALIER dans l'adaptation américaine de PAGNOL, "Fanny" (1961), autre film millionnaire sur notre territoire. Mais son empreinte n'a pas laissé de marque sur la production américaine de son époque, c'est surtout son passé d'acteur et de metteur en scène à Broadway qui marqua sa carrière.

"Bus stop", 927.000 entrées en France en 1956, est indéniablement l'un des films les plus anecdotiques de la carrière de Marilyn, alors méga star, qui sortait de "Sept ans de réflexion" de Billy WILDER (1955) et qui allait enchaîner aux côtés de Laurence OLIVIER "Le prince et la danseuse" et surtout "Certains l'aiment chaud" de WILDER (1959). La comédie romantique, et forcément musicale, avec un numéro de chant de la part de l'artiste aux multiples talents, dans un bouge à routiers, appartient aux productions redneck de l'époque, où l'on s'amusait des mythes fondateurs de l'Amérique, le cow-boy et l'hôtesse de saloon.
1956 / Images du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE - Joshua LOGAN - Paula STRASBERG