44 tagged articles Billy WILDER

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD". 23/08/2015

1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".

Tags : 1954 - Bruno BERNARD - The seven year itch - Allan SNYDER - Natasha LYTESS - Gladys RASMUSSEN - Billy WILDER

15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" : Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT). 23/08/2015

15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).
15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).
15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).
15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).
15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).
15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).
15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).
15 Septembre 1954 / TOURNAGE DE LA SCENE CULTE du film "The seven year itch" :  Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, devant le "Trans-Lux Theater", sur Lexington Avenue au coin de la 52nd Street, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s’envoler, en dévoilant ses jambes, au dessus d’une bouche de métro. La scène fut tournée vers une heure du matin, au milieu d’une foule qui poussait des hourras chaque fois que la jupe de Marilyn s’envolait, sous l’effet du courant d’air provoqué par un énorme  ventilateur installé en dessous d’une grille de métro. Il y eut quinze prises et le tournage dura cinq heures. Le tournage de cette scène était essentiellement publicitaire : en effet tout le monde savait qu'elle serait de toute façon tournée au studio de la Fox car les bruits ambiants couvraient complètement les dialogues, il n'y avait pas assez de liberté de mouvement à cause de la foule et le ventilateur utilisé ne produisait pas l’effet désiré. (quelques photos signées Elliott ERWITT).


Tags : 1954 - Elliott ERWITT - The seven year itch - Billy WILDER - Bruno BERNARD - Tom EWELL

1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente. 17/09/2015

1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.

1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.
1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.
1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.
1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.
1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.
1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.
1er Mars 1956 / Marilyn, Milton GREENE et Jack WARNER annoncèrent qu’un accord de distribution avait été conclu entre les "Marilyn MONROE Productions" et la "WARNER" pour "The Prince and the showgirl". Le réalisateur Billy WILDER était présent ce jour là ; son attachée de presse Pat NEWCOMB était également présente.

Tags : 1956 - Jack WARNER - Milton GREENE - Billy WILDER

1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE. 02/02/2016

1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.
1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.
1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.
1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.
1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.
1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.
1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.
1958 / Rencontre avec le "French-lover" Maurice CHEVALIER, sur le plateau du film "Some like it hot", dans les studios de la M.G.M. ; En cette année 1958, Maurice CHEVALIER est de retour sur le devant de la scène hollywoodienne avec le succès critique et publique de l’adaptation cinématographique de l’oeuvre de Colette : « Gigi » de Vincente MINNELLI. Lors des Oscars 1959, ce film remportera 9 statuettes. Sa carrière est relancée. La rencontre est joyeuse et semble faire grand plaisir à Marilyn. Se trouve également alors sur le plateau, Billy WILDER, le réalisateur de "Some like it hot". Rappelons que 3 ans plus tôt, en 1955, Marilyn fit une session photos avec l'acteur chanteur sous l'objectif de Milton GREENE.

Tags : 1958 - Some like it hot - Maurice CHEVALIER - Billy WILDER

1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch". 03/02/2016

1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn, Billy WILDER et Tom EWELL lors des répétitions d'une scène du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - The seven year itch - Billy WILDER - Tom EWELL - Sidney SKOLSKY

1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot". 10/02/2016

1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".
1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".
1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".
1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".
1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".
1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".
1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".
1958 / Marilyn, Arthur MILLER, Paula STRASBERG, Tony CURTIS, Jack LEMMON ou encore Billy WILDER lors du tournage du film "Some like it hot".

Tags : 1958 - Some like it hot - Arthur MILLER - Paula STRASBERG - Agnes FLANAGAN - Billy WILDER - Tony CURTIS - Jack LEMMON

1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch". 08/03/2016

1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".
1954 / Marilyn et Richard AVEDON dans les coulisses d'une session photos sous l'objectif de Sam SHAW ; quelques photos avec Billy WILDER puisque Marilyn est alors en plein tournage du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - Richard AVEDON - Sam SHAW - Billy WILDER - The seven year itch

1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien : « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York. « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York. 12/03/2016

1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.

1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.
1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.
1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.
1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.
1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.
1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.
1958 / SUR LE TOURNAGE DU FILM "SOME LIKE IT HOT" / Peu de temps après l'arrivée d'Arthur, Marilyn apprit qu’elle était enceinte. MILLER annonça à Billy WILDER que Marilyn était enceinte et lui demanda de la ménager et de la laisser quitter le plateau tous les jours à 16 heures 30. WILDER ne prit pas la chose très bien :  « Ecoutez, Arthur, il est actuellement 16 heures et je n'ai aucune prise. Elle est arrivée sur le tournage sur le coup de 11 heures 30. Il a fallu attendre 13 heures pour qu'elle soit prête à travailler. Je vais vous dire une chose. Si vous me l'amenez à 9 heures, prête à tourner, je ne la lâche pas à 16 heures 30 mais à midi ». Marilyn pour sa part, paraissait soudain espérer et appréhender tout à la fois la maternité. Elle voulait protéger son bébé mais en même temps, elle le mettait en danger. D'un côté elle estimait que WILDER lui en demandait trop et elle ne voulait pas perdre cet enfant. De l'autre, elle ne tenait pas compte de la mise en garde de son gynécologue, le Dr Leon KROHN (qui assistait à la majeure partie du tournage, inquiet pour la santé de sa patiente), qui la prévint que sa consommation régulière d'alcool et de médicaments risquaient de mettre un terme à sa grossesse. Le vendredi 7 Novembre : tout laissait à penser qu'elle était en train de faire une fausse couche ; elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital", mais c'était une fausse alerte. Les médecins lui demandèrent de cesser de boire et de prendre des médicaments, car son bébé était gravement en danger. Elle se reposa pendant une semaine au "Bel Air Hotel". Le mercredi 26 novembre, elle reçut un télégramme de George AURIC de l'Académie du cinéma français, la conviant  la remise de l'étoile de cristal, en France, pour « La meilleure interprète étrangère » dans « The prince and the showgirl ». Mais du fait qu'elle ait été enceinte et ne puisse voyager, la récompense  lui sera remise le 26 février 1959, à l'Institut du film français, à New York. DECEMBRE : Le mardi 2 décembre : la Fox lui écrivit une lettre, dans laquelle le studio lui demandait confirmation du fait qu'elle était enceinte et auquel cas, la Fox voulait que la période durant laquelle ils étaient tenus de l'employer soit prolongée. La date de la première de « After the fall », qui, avant l'été avait été prévue pour le jeudi 18 décembre, fut repoussée au mois de février ou mars 1959, car MILLER n'avait pas terminé sa pièce. De son côté John HUSTON était de retour aux Etats-Unis et s'apprêtait à se rendre à Los Angeles pour préparer son prochain film dont le tournage devait débuter en janvier au Mexique. Auparavant, il souhaitait rencontrer Arthur MILLER à New York.  « The unforgiven » (« Le vent dans la plaine ») l'occuperait jusqu'en mai 1959, et si Marilyn accouchait en juin 1959, il enchaînerait avec « Freud » pendant qu'elle tournerait un film pour la Fox. Le dimanche 14 Décembre : John HUSTON arriva à New York et rencontra MILLER. Il lui expliqua qu'il souhaitait que son texte soit réécrit, contrairement à ce qu'il avait tout d'abord affirmé. Le mardi 16 Décembre : Marilyn fit une fausse couche, après trois mois de grossesse ; elle fut hospitalisée au "Manhattan Polyclinic Hospital" de New York.

Tags : 1958 - Some like it hot - Phil STERN - Paula STRASBERG - May REIS - Billy WILDER - Allan SNYDER

1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées. 17/03/2016

1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une tenue que l'on ne voit pas dans le film ; en effet, Marilyn devait faire un sketch où elle parodiait l'actrice Mäe WEST, mais aux dires du réalisateur Billy WILDER, elle fut si peu crédible lors des répétitions, que la scène ne fut pas retenue au montage. Heureusement, les photos sont restées.

Tags : 1954 - The seven year itch - Billy WILDER - William TRAVILLA

1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935). 28/03/2016

1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).
1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).
1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).
1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).
1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).
1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).
1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).
1958 / Lors du tournage du film "Some like it hot" / AUTOUR DU FILM / Pour le rôle finalement tenu par Jack LEMMON, Billy WILDER avait initialement choisi Frank SINATRA ; mais ce dernier ne souhaitait pas être « Daphné », un homme travesti en femme. Quant au rôle de Marilyn, le premier choix était celui de Mitzi GAYNOR : la distribution finale ne correspond donc guère aux choix originaux du réalisateur. L'adaptation française des dialogues est due à Raymond QUENEAU. / 1ère au générique de son 27ème film, Marilyn interprète le rôle d'une chanteuse et musicienne dans un orchestre de femmes, Sugar KANE, de son vrai nom - polonais - KOWALCZYK. / Marilyn interprète les chansons suivantes : "Running Wild", "I'm Through with Love" et "I Wanna Be Loved by You". Les références aux films de gangsters des années trente sont nombreuses, par exemple à propos du massacre de la Saint-Valentin dans un garage, ou de George RAFT qui fait sauter une piécette comme en 1932 dans le "Scarface" de Howard HAWKS, mais l’effet choisi est plutôt burlesque et caricatural. On relève aussi « Les amis de l'opéra italien » qui s'offrent un monumental gâteau d'anniversaire, contenant un tueur et une mitraillette Thompson. / Ce film fait partie de la liste du BFI des 50 films à voir avant d'avoir 14 ans établie en 2005 par le "British Film Institute". Ce film est considéré comme étant le remake de "Fanfaren der Liebe" (1951), ce dernier étant lui-même un remake du film français "Fanfare d'amour" (1935).

Tags : 1958 - Some like it hot - Arthur MILLER - Effet personnel - Paula STRASBERG - Agnes FLANAGAN - Allan SNYDER - William TRAVILLA - Billy WILDER - Richard C MILLER