12 tagged articles Ladies of the chorus

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy". 02/09/2015

1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".
1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".
1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".
1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".
1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".
1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".
1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".
1948 / Photos J.R. EYERMAN, Marilyn prenant des cours de chant au "Mocambo Club" aux côtés de Phil MOORE pour les numéros musicaux du film "Ladies of the chorus". Notons que Marilyn porte la robe du film "Love happy".

Tags : Ladies of the chorus - 1948 - J R EYERMAN - Phil MOORE

1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien. Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD). 08/09/2015

1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs.  - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien.  Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD).

1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs.  - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien.  Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD).
1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs.  - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien.  Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD).
1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs.  - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien.  Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD).
1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs.  - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien.  Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD).
1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs.  - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien.  Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD).
1949-1950 / Johnny HYDE (Agent) : il avait 53 ans et rencontra Marilyn : - John CARROLL lui présenta Marilyn à une soirée du "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs.  - où ils firent connaissance à un réveillon du nouvel an chez le producteur Sam SPIEGEL ; à la fin de la soirée, HYDE aurait invité Marilyn à Palm Springs pour discuter de sa carrière. De rendez-vous en soirées passées ensemble, il tomba follement amoureux de Marilyn. C'était l'archétype du protecteur, celui qui grâce à ses brillantes relations, pouvait donner les orientations nécessaires à la carrière naissante de Marilyn. Dans le courant de l’année 1950 il quitta sa femme, Mozelle CRAVENS HYDE (actrice pour le "Republic Pictures"). Il loua une maison à Beverly Hills, mais Marilyn conserva quand même une chambre au "Beverly Carlton Hotel". Il fit installer quatre banquettes en cuir dans la maison de North Palm Drive qu'il habita avec Marilyn ; la salle à manger possédait sa propre piste de danse, et Marilyn disait que cette pièce était son "Romanoff" à elle. Sa secrétaire s'appelait Donna HOLLOWAY ; quand Marilyn était absente, Johnny HYDE lui demandait souvent de venir lui tenir compagnie, afin qu'il ne soit pas seul, vu qu'il souffrait de graves problèmes cardiaques. Il envoya Marilyn chez le Dr Michaël GURDIN, qui lui retoucha le nez et le menton; il lui fit teindre ses cheveux en blond platine, remonter la naissance de ses cheveux et réparer une petite imperfection dentaire. Il la pourvut d'une nouvelle garde-robe, et on la vit désormais à son bras dans tous les endroits à la mode . Il racheta le contrat qui la liait à son premier agent, Harry LIPTON, lui abandonnant un faible pourcentage sur les recettes, et se consacra corps et âme à transformer Marilyn en star. Il sollicita ses relations pour lui faire obtenir les rôles dont elle avait besoin. Il persuada Lester COWAN de l'engager pour son film avec les MARX Brothers, « Love happy » ; il organisa une audition à la Fox, ce qui lui valut un petit rôle dans « A ticket to Tomahawk » (1950). Puis il obtint ce qu'il souhaitait par dessus tout, un rôle petit mais parfait dans « The asphalt jungle » de John HUSTON (1950). Il organisa un bout d'essai avec la Fox pour « Cold shoulder ». Il lui facilita l'accès à des films mineurs comme « Right cross » (1950) et « Hometown story » (1951) ; il lui permit aussi de jouer dans « All about Eve » (1950). Il lui garantit sept ans de collaboration avec la Fox. Il fit tout cela par amour; mais il eut beau la demander en mariage, elle refusa. Elle voulait se marier par amour, et à cette époque aimait Fred KARGER. Le 17 décembre 1950, il fut victime d'une crise cardiaque, alors qu'il se trouvait au "Racquet Club Resort Hotel" de Palm Springs. Marilyn était en train d'effectuer un essayage de costume pour « As young as you feel » (1951). Il mourut le lendemain, 18 décembre 1950 au "Cedars of Lebanon Hospital". Marilyn fut alors chassée de la maison dans laquelle ils avaient vécu et la famille HYDE reprit les vêtements et bijoux qu'il lui avait offerts. Bien qu'il ait informé ses avocats de son désir de laisser un tiers de ses biens à Marilyn, il n'avait pas modifié son testament et donc elle ne reçut rien.  Bien que la famille lui ait interdit d'assister aux obsèques, elle se présenta avec Natasha LYTESS au "Forest Lawn Cemetery", Hollywood Hills. (quelques photos signées Bruno BERNARD).

Tags : 1949 - Johnny HYDE - Bruno BERNARD - 1950 - Ladies of the chorus - 1948

1948 / Rare candide de Marilyn à l'époque de "Ladies of the chrous". 24/01/2016

Tags : 1948 - Ladies of the chorus

1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH). 26/01/2016

1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH).
1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH).
1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH).
1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH).
1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH).
1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH).
1948 / Et la chrysalide devint papillon ; différentes étapes de maquillage dans les studios de la Columbia pour le film "Ladies of the chorus". (photos Ed CRONENWETH).

Tags : 1948 - Ed CRONENWETH - Ladies of the chorus

1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration. 10/03/2016

1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.

1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Rares photos de Marilyn dans le film et en backstage de "Ladies of the chorus" / « Ladies of the chorus » fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you ». Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis (créateur français qui lui confectionna, pour la plus fameuse, la célèbre robe couleur chair pailletée qu'elle portera pour la gala d'anniversaire de John F KENNEDY en 1962), avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.

Tags : 1948 - Ladies of the chorus

1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club". 28/03/2016

1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".

Tags : 1948 - Ladies of the chorus - J R EYERMAN

1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON. 12/04/2016

1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.
1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.
1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.
1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.
1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.
1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.
1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.
Anyone can see I love you
1948 / Marilyn chante "Anyone can see i love you" dans le film "Ladies of the chorus". PAROLES ET TRADUCTION DE LA CHANSON.

N'importe qui peut voir Je t'aime,
Anyone can see I care, 
N'importe qui peut voir que je garde,
The way I hold your hand, 
La façon dont je prends ta main,
And smile in your direction, 
Et le sourire dans votre direction,
Tells the world my heart is filled with
Indique le monde mon c½ur est rempli d'
Nothing but affection.
Rien que de l'affection.

Lock me in your arms forever, 
M'enfermer dans tes bras pour toujours,
That's the place I want to be, 
C'est l'endroit où je veux être,
So anyone can see, 
Donc, tout le monde peut le voir,
That I belong to you, 
Que je vous appartiens,
And you belong to me.
Et tu es à moi.

Tags : 1948 - Ladies of the chorus - Chanson

1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration. 12/05/2016

1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
It was cold outside of Tiffanys
I was shivering in the storm
I walked in and asked a gentleman
Could I plea-ease keep warm
He asked me how come a baby doll
Has no comfy place to go
So I told that kindly gentleman
My tale of woe
Every baby needs a da-da-daddy
To keep her worry free
Every baby needs a da-da-daddy
But where's the one for me
Rich or poor I don't care who
If he hasn't got a million then a half will do
Every baby needs a da-da-daddy
Could my da-daddy be you
Every baby needs a da-da-daddy
With silver in his hair
Every baby needs a da-da-daddy
Who has some gold to spare
Some sweet softy who enjoys
Bringin' home his baby little diamond toys, oh ho!
Every baby needs a da-da-daddy
Could my da-daddy be you
Every baby needs a da-da-daddy
In case she runs aground
Every baby needs a da-da-daddy
To keep her safe and sound
Yes we feel just like Red Ridin' Hood
Cause the wolves are awful hungry in our neighbourhood
Oh every baby needs a da-da-daddy
Could my da-daddy be you
Could my da-daddy be you
1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.
1948 / Marilyn chante la chanson "Every baby needs a da da daddy !" dans le film musical "Ladies of the chorus" / Ce fut le seul film que Marilyn tourna pendant son passage de six mois à la Columbia. Le film fut tourné en l'espace de dix jours. Elle passait des rôles de figuration à un rôle secondaire, en interprétant le personnage de Peggy MARTIN, une choriste cherchant désespérément à épouser son séduisant fiancé appartenant au grand monde. Ce fut aussi son premier rôle chantant. Son professeur Fred KARGER, dont elle était tombée follement amoureuse, l'aida à donner une solide interprétation des chansons d'Allan ROBERTS et Lester LEE : « Every baby needs a da da daddy » (reprise dans « Okinawa » un film de 1952), et « Anyone can see I love you » (voir chanson dans le blog). Ce film marqua le début d'une collaboration de six années avec son professeur d'art dramatique, Natasha LYTESS. Sur ce tournage, Marilyn fut habillée pour la première fois par le créateur Jean-Louis, avec qui elle collabora à nouveau pour ses deux derniers films. Bien que son nom fût mentionné pour la première fois par Tibor KREKES dans une critique du "Motion Picture Herald", son interprétation, qui n'avait pas convaincu le chef des studios Harry COHN, n'incita pas la Columbia à donner suite à leur collaboration.

Tags : 1948 - Ladies of the chorus - Chanson

2 Juin 1948 / Marilyn officie en tant qu'hôtesse d'accueil à la fête du "Los Angeles Press Ball". Elle porte une des tenues du film "Ladies of the chorus" (photo 2). 04/11/2016

2 Juin 1948 / Marilyn officie en tant qu'hôtesse d'accueil à la fête du "Los Angeles Press Ball". Elle porte une des tenues du film "Ladies of the chorus" (photo 2).

2 Juin 1948 / Marilyn officie en tant qu'hôtesse d'accueil à la fête du "Los Angeles Press Ball". Elle porte une des tenues du film "Ladies of the chorus" (photo 2).

Tags : 1948 - Ladies of the chorus

1948 / Young Marilyn starlette, sous l'objectif du photographe Ed CRONENWETH, alors qu'elle tourne le film "Ladies of the chorus". 07/11/2016

1948 / Young Marilyn starlette, sous l'objectif du photographe Ed CRONENWETH, alors qu'elle tourne le film "Ladies of the chorus".
1948 / Young Marilyn starlette, sous l'objectif du photographe Ed CRONENWETH, alors qu'elle tourne le film "Ladies of the chorus".
1948 / Young Marilyn starlette, sous l'objectif du photographe Ed CRONENWETH, alors qu'elle tourne le film "Ladies of the chorus".
1948 / Young Marilyn starlette, sous l'objectif du photographe Ed CRONENWETH, alors qu'elle tourne le film "Ladies of the chorus".
1948 / Young Marilyn starlette, sous l'objectif du photographe Ed CRONENWETH, alors qu'elle tourne le film "Ladies of the chorus".

Tags : 1948 - Ed CRONENWETH - Ladies of the chorus