12 tagged articles J R EYERMAN

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »). 22/04/2017

Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Max ARNOW responsable des castings à la Columbia fera prendre des cours de chant à Marilyn et elle sera présentée au professeur d'art dramatique du studio Natasha LYTESS. Cette femme arrive aux Etats-Unis après avoir fui le nazisme européen de la deuxième guerre mondiale. Elle tente de s'imposer dans le milieu théâtral de Los Angeles mais Hollywood et le cinéma ne laissent que peu de place à cet art. Elle s'essaie au cinéma mais n'obtiendra jamais de rôle susceptible de lancer sa carrière. Fort de son expérience au théâtre elle devient coach et se fait rapidement une réputation de femme dure, cassante, méprisante parfois envers les petites starlettes. Elle n'est pas aimée mais elle est quand même respectée. Elle impressionne tout de suite Marilyn, mais ce n'est pas réciproque. Natasha perçoit quand même un grand potentiel chez la starlette et décide de polariser son attention sur celle-ci. Ce ne sont pas que des conseils qu'elle lui donne mais un réel enseignement qui prend sa source dans le jeu théâtral et où chaque détail a son importance. Elle constate que Marilyn est son opposée. La jeune pin-up est tout ce qu'elle répugne mais elle est « envoûtée » par cette fille qui ne demande qu'à apprendre et progresser. Elle doit agir autrement avec Marilyn qu'avec les autres filles qu'elle encadre. Elle veut perfectionner Marilyn dans ce qu'il y a de mieux en elle : son sex-appeal. Il en coûte beaucoup à Natasha d'approfondir cette voie, elle qui ne jure que par les principes fondamentaux du théâtre. Natasha LYTESS fut certainement la première personne à croire au réel talent d'actrice de Marilyn.
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).

Tags : 1948 - Natasha LYTESS - Gentlemen prefer blondes - 1952 - 1954 - The seven year itch - Bruno BERNARD - J R EYERMAN

1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS. 22/11/2016

1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.
1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.
1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.
1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.
1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.
1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.
1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.
1948 / (Part II) La jeune Norma Jeane suivant les cours de sa professeur d'Art Dramatique, Natasha LYTESS.

Tags : J R EYERMAN - Natasha LYTESS - 1948

1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE. 26/10/2016

1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.
1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.
1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.
1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.
1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.
1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.
1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.
1949 / (PART II) Young Marilyn prenant des cours de danse avec Nico CHARISSE, mari de l'actrice Cyd CHARISSE.

Tags : 1949 - J R EYERMAN

1951 / Marilyn by J R EYERMAN. 05/08/2016

1951 / Marilyn by J R EYERMAN.
1951 / Marilyn by J R EYERMAN.
1951 / Marilyn by J R EYERMAN.
1951 / Marilyn by J R EYERMAN.
1951 / Marilyn by J R EYERMAN.
1951 / Marilyn by J R EYERMAN.
1951 / Marilyn by J R EYERMAN.

Tags : 1951 - J R EYERMAN

1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes". 14/07/2016

1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".
1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".
1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".
1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".
1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".
1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".
1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".
1951 / "Simpson Bay", à Hollywood, où Marilyn pose pour le photographe J R EYERMAN, pour le prix "La seule fille capable de dégeler l'Alaska" (photos en anorak) du magazine "Stars and Stripes".

Tags : 1951 - J R EYERMAN

1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood. 30/06/2016

1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood.
1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood.
1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood.
1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood.
1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood.
1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood.
1951 / Marilyn photographiée par J R EYERMAN sur la baie de Simpson, Hollywood.

Tags : 1951 - J R EYERMAN

1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN). 05/06/2016

1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).
1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).
1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).
1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).
1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).

If you listen you can hear it call... (wail-a-ree)
Si vous écoutez vous l'entendrez qui appelle... (gémis encore) (1)
There is a river called the river of no return,
Il est une rivière qu'on appelle la rivière sans retour,
Sometimes it's peaceful and sometimes wild and free.
Elle est tantôt paisible, tantôt sauvage et libre.
Love is a trav'ler on the river of no return
L'amour est un voyageur sur la rivière sans retour
Swept on for ever to be lost in the stormy sea. (wail-a-ree)
Emporté à jamais, pour être perdu dans les flots tumultueux. (Gémis encore)
I can hear the river call (no return, no return)
J'entends la rivière qui appelle (sans retour, sans retour)
Where the roarin' waters fall (wail-a-ree)
Là où mugissent les chutes d'eau (gémis encore)
I can hear my lover call : come to me (no return, no return)
J'entends mon amant(e) qui appelle : viens à moi (sans retour, sans retour)
I lost my love on the river and for ever my heart will yearn
J'ai perdu mon amour sur la rivière, et à jamais mon coeur soupirera
Gone gone for ever down the river of no return
Parti(e)... parti(e) pour toujours en descendant la rivière sans retour
Wail-a-ree wail-a-re-e-ee
Gémis encore, gémis encooore
She'll/He'll/You'll never return to me (no return, no return, no return... )
Elle/Il/Tu (2) ne sera(s) jamais de retour (sans retour, sans retour, sans retour... )
(1) wail = plainte, gémissement... ree... j'ai supposé que ça exprimait une répétition
(2) il y a différentes versions
1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).
1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).
1953 / Marilyn chante la chanson "River of no return", dans le finale du film du même nom. (Photos J R EYERMAN).

Tags : 1953 - J R EYERMAN - River of no return - Chanson

1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club". 28/03/2016

1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".
1948 / (Part II) Marilyn répétant les numéros musicaux ainsi que les chansons du film "Ladies of the chorus", avec Phil MOORE au "Mocambo Club".

Tags : 1948 - Ladies of the chorus - J R EYERMAN

Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN. 03/02/2016

Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.
Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.
Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.
Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.
Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.
Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.
Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.
Février 1949 / Marilyn prenant des cours de danse avec le professeur Nico CHARISSE, qui n'est autre que l'ex mari de l'actrice Cyd CHARISSE. Des photos signées J.R. EYERMAN.

Tags : 1949 - Nico CHARISSE - J R EYERMAN

1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ». Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha). Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions. Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit... 20/01/2016

1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...

Tags : 1948 - Love happy - Natasha LYTESS - J R EYERMAN