57 tagged articles Let's make love

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN. 06/11/2017

1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.
1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.
1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.
1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.
1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.
1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.
1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.
1960 / Deux versions de la chanson "Let's make love" dans le film du même nom, Marilyn la chantant tantôt avec MONTAND, une autre fois avec VAUGHAN.

"Let's make love"

Il existe en tout 5 versions de cette chanson écrite par Sammy CAHN et James VAN HAUSEN. Quatre sont interprétées par Marilyn, la dernière par Yves MONTAND seul. Elles sont toutes présentes sur la bande originale. Il y a une version de Marilyn seule accompagnée d'un choeur d'hommes, pour les autres elle est accompagnée soit d'Yves MONTAND, de Frankie VAUGHAN, ou des deux à la fois. Parfois les paroles ne sont pas dans le même ordre, et les interprètes ne chantent pas la même partie suivant les versions. La musique change. 
 

Tags : 1960 - Let's make love - Chanson - Yves MONTAND

1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro. 29/10/2017

1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.
1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.
1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.
1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.
1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.
1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.
1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.
1960 / Marilyn dans un des numéros musical du film "Let's make love", où elle chante la fameuse chanson "My heart belongs to daddy" (voir paroles de la chanson dans le blog, tag Chanson), final du numéro.

Tags : 1960 - Let's make love

1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"... 24/10/2017

1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
1960 / Sur le tournage du film "Let's make love"...
Anecdotes, potins, actus, voire secrets inavouables autour de "Le Milliardaire" et de son tournage !

Plusieurs caméos


Comme il arrive très fréquemment dans les films américains, de grandes vedettes font une apparition en guest star, sous leur véritable personnalité : c'est ici le cas de Bing CROSBY en professeur de chant, de Gene KEKKY en professeur de danse et de Milton BERLE en spécialiste du show-business.

Les derniers feux avant la fin du mythe


Ce film est l'avant-dernier de Marilyn avant "The misfits" de John HUSTON. Mais George CUKOR sera le dernier réalisateur à la diriger puisqu'il retrouve la star pour "Something's got to give" ("Quelque chose doit craquer"), cet ultime film restant inachevé à la suite de la mort de Marilyn, dûe à une fatale overdose de somnifères.

Un français pour donner la réplique au sex symbol


L'idée première du scénariste Norman KRASNA, était une satire du "milliardaire" Howard HUGHES, et l'acteur qu'il voyait dans ce rôle était Yul BRYNNER. A la suite d'un véto de la production, le sujet fut édulcoré et ou envisagea successivement Gregory PECK, Charlton HESTON, Cary GRANT et Rock HUDSON pour jouer le milliardaire. Sur les conseils d'Arthur MILLER, alors le mari de Marilyn, les studios choisirent Yves MONTAND, qui avait triomphé peu avant dans un récital à New York.
L'intervention d'Arthur MILLER


Bien que non crédité au générique, Arthur MILLER a revisité le scénario de façon à donner plus de scènes à Marilyn. Gregory PECK, choisi en premier lieu pour donner la réplique à l'actrice, a alors quitté le projet, mécontent de voir son rôle réduit. Il fit d'ailleurs savoir à MILLER ce qu'il pensait de sa version du script : "il est presque aussi drôle que de pousser une grand-mère dans les escaliers dans son fauteuil roulant". En outre, il ne voulait pas travailler avec Marilyn, qui traînait alors avec elle la réputation d'arriver constamment en retard sur les tournages.

Frankie Goes To Hollywood


Lorsque le chanteur Frankie VAUGHAN s'est envolé du Royaume-Uni pour rejoindre la distribution du film, le magazine "NME" a alors titré "Frankie goes to Hollywood". La rumeur veut que cela ait inspiré le nom du très controversé groupe auteur du sulfureux hit "Relax" ("Don't do It"). Plusieurs membres du groupe ont confirmé cette affirmation.

Une petite aventure

Le public n'est pas sans ignorer la liaison qu'ont entretenu Yves MONTAND et Marilyn sur le tournage du "Milliardaire". Cette aventure marque l'une des nombreuses infidélités connues de l'acteur, à l'époque marié à la comédienne Simone SIGNORET. Celle-ci, au courant de la relation entre les deux icônes, déclarera plus tard qu'elle leur pardonnait et regrettera même de n'avoir pu dire à Marilyn qu'elle ne lui en voulait pas (l'actrice étant décédée en 1962, soit 2 ans après la sortie du film). Cette liaison fut l'élément déclencheur de la transformation de SIGNORET, consciente alors que le vieillissement des actrices leur est bien plus difficile que celui des acteurs. Elle n'hésitera pas, dans ses rôles suivants, à accepter des rôles plus âgés ou qui impliquent une métamorphose physique, à l'image de son personnage de Madame Rosa dans "La vie devant soi".
 

Tags : Bob WILLOUGHBY - 1960 - Let's make love - Arthur MILLER - Yves MONTAND - George CUKOR

16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film. 04/10/2017

16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.

Tags : Conférence presse MONTAND-SIGNORET - Arthur MILLER - Let's make love - Effet personnel - Yves MONTAND - Simone SIGNORET

LES ANNEES 60 et MARILYN... 28/09/2017

LES ANNEES 60 et MARILYN...
LES ANNEES 60 et MARILYN...
LES ANNEES 60 et MARILYN...
LES ANNEES 60 et MARILYN...
LES ANNEES 60 et MARILYN...
LES ANNEES 60 et MARILYN...
LES ANNEES 60 et MARILYN...
LES ANNEES 60 et MARILYN...
 
Les Adieux d'un sex-symbol

Les années 60 arrivent et vont sonner le glas. Le cygne poussera sa dernière chanson, presque aphone, au bord d'une piscine, dans un film de CUKOR inachevé. Elle y devenait une mère, elle y dévoilait ses quelques rides, elle osait montrer ses courbes, seins et reins, dénudées comme pour mieux définir les contours d'un corps si longtemps convoité, admiré, fantasmé.

CUKOR, le réalisateur misogyne qui aimait les femmes, l'avait déjà dirigée (c'est le mot), deux ans auparavant. "Let's Make Love" ("Le milliardaire"), comme un écho à "The Prince and the Showgirl", vaut surtout pour le duo d'acteurs. Marilyn et MONTAND. Après avoir été la belle du théâtral OLIVIER, la voici beauté auprès du showman frenchy. L'Europe a toujours été fan de la star, en tant qu'actrice. On lui reconnaissait un certain génie. La plupart de ses nominations et récompenses proviennent des "British Awards". L'Amérique ne voyait en elle qu'une femme de spectacle, une " entertainer " à succès. Les Européens craquaient pour ses gestes, son allure, ses personnages invraisemblables qu'elles rendaient si crédibles.
 
Il n'y a qu'elle pour chanter " My heart belongs to Daddy ", avec un pull moulant à damner les innocents, et une déconcertante voix de sirène appelant au pêché. Elle fit tourner la tête du futur papet. Le rôle était prévu pour PECK, avant d'être proposé au gratin : GRANT, BRYNNER, HESTON, STEWART, HUDSON. C'est le mari de Marilyn, Arthur MILLER, qui proposa le Français, après qu'il ait joué dans "Les Sorcières de Salem", pièce du même MILLER. Vaudeville entre reality-show, chroniques mondaines et jeux de miroirs du septième art, "Let's Make Love" et son tournage seront presque la conclusion d'une partie de Norma Jeane BAKER, l'amusante fée délogée de son trou perdu : un cycle qui s'achève depuis "Comment épouser un millionnaire", "Les Hommes préfèrent les blondes" et "Le Prince et la danseuse". Cette série de comédies (en chanson) sera la première boucle bouclée. La seconde n'en est pas moins la plus importante. L'égérie de KENNEDY perd pieds et se retrouve dans une zone de turbulences qui la perturbent. L'actrice va reprendre le dessus pour exprimer sa rage, sa détresse, son ire, sa fougue, pour hurler qu'elle existe et qu'elle fut autre chose qu'une poitrine, des hanches et une paire de fesses. Avant les Adieux d'un sex-symbol, il fallait le film emblématique.
 
Tout est dans le générique. Le sortilège maléfique est dans le titre. Deux créateurs, HUSTON à la caméra, MILLER à la machine à écrire. Un film sauvage en noir et blanc, un faux western, une véritable fable macabre. Un requiem cinématographique unique. Trois stars, trois désaxés, trois coeurs blessés et trois légendes. Une épopée dramatique où les grands espaces tiennent lieu de cage et les âmes perdues essaient de dialoguer avec la liberté, l'amour, l'absolu. " Comment faites-vous pour retrouver votre chemin dans le noir ? " demande Marilyn dans sa dernière phrase de cinéma, prémonitoire, à Clark GABLE. Ce sera son plus grand rôle. Avec deux grands comédiens. GABLE, son papa spirituel, un Pygmalion qu'elle ne connaissait pas mais la star de son enfance. Le monstre sacré n'en pouvait plus de cette production, calvaire au milieu de la perdition du Nevada. Il aura ce mot, le dernier jour de tournage : " Elle (Marilyn) a failli me faire une attaque cardiaque. " Plus insupportable et plus angoissée que jamais, Marilyn ne parvenait pas à se sociabiliser. GABLE meurt 11 jours plus tard d'un infarctus fatal. Pour 750 000 $ (contre 300 000 $ pour Marilyn), il avait endossé ce chapeau de cow-boy, ce rôle de patriarche, et avait réalisé ses cascades lui-même. Professionnel jusqu'au bout.

Le film s'enfonçait dans la profondeur des sentiments, et détaillait avec un désir masochiste les failles de chacun : l'âge de GABLE, la beauté de CLIFT et la liberté de Marilyn. Montgomery CLIFT. Ce n'est pas son dernier film, il en aura encore trois derrière "The Misfits". Le plus bel acteur de l'Histoire du cinéma, l'un des meilleurs comédiens d'Hollywood, maudit parmi les élus, aborde la quarantaine au sommet de son succès, mais dans une déchéance physique absolue : alcoolisme, accoutumance aux médicaments, problèmes de santé, homosexualité refoulée, son visage plus tout à fait le même depuis un accident de voiture... Cette période-là, pour cet ami de Liz TAYLOR et Marilyn, fut appelée le plus long suicide du showbiz. Mentalement, il était aussi perturbé que sa partenaire des "Misfits". Marilyn disait même que Monty était la seule personne qui allait moins bien qu'elle. Étrangement, ce film va permettre à CLIFT de mieux vivre ses dernières (jeunes) années. Un point-virgule avant l'épilogue quand pour Marilyn, ce sera des points de suspensions. Un magnifique dernier film, un si grand hommage au cinéma, pour cette divinité. Malgré trois mariages, elle léguera sa maison à deux personnes : sa psychanalyste et son professeur d'art dramatique, son grand ami le fameux Lee STRASBERG. Sa vie, son oeuvre se résume ainsi. Elle a tout donné à son métier, sans construire la carapace qui a détruit quelques-uns des plus brillants acteurs de cette époque : DEAN, CLIFT, WOOD, ...
Cette brune transformée en blonde, celle qui fut la première couverture de "Playboy", celle qui voulait la gloire, et officialisa son pseudonyme seulement en 56, cette femme a joué avec le feu et la glace, à ne plus savoir qui elle était, de son personnage public ou de sa personnalité réelle.

Mais c'est peut-être cette schizophrénie, ajoutée à un talent indéniable, à une chance incroyable, et à des rôles sur mesure qui l'ont rendus si grande, si sexy, si exceptionnelle. Elle n'était pas simplement une bonne comédienne, elle fut dans des grands films. Elle n'était pas simplement superbe, elle fut toutes les femmes, de l'infidèle à la gamine, de la naïve à la manipulatrice, de l'ambitieuse à l'indépendante. Elle fit des milliers de prises pour aboutir au résultat qu'elle souhaitait. Elle oubliait ses phrases. Elle arrivait en retard sur les plateaux. Incontrôlable Marilyn. Mais tellement sous-exploitée. WILDER, HUSTON, PREMINGER, HATHAWAY, HAWKS, LANG, NEGULESCO, LOGAN avaient tous effleuré son immense potentiel, mais ils n'osaient pas le réveiller. Elle s'est endormie avec. Une longue nuit infinie. Si Elton JOHN l'a comparée à une bougie dans le vent, on dira plutôt les derniers mots de GABLE dans "The Misfits", en réponse à la question de Marilyn : il suffit de suivre cette étoile et c'est tout droit devant. Peu importe où la sienne se trouve dans l'infini écran noir du cinéma, la sienne brille toujours plus fort, toujours plus haut, à l'instar de Vénus, Déesse de la beauté. Les diamants sont éternels.
 

Tags : 1960 - Let's make love - 1962 - Willy RIZZO - Bert STERN - Something's got to give - George BARRIS - 1961 - Eve ARNOLD - The misfits

1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love". 25/09/2017

1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".
1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".
1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".
1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".
1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".
1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".
1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".
1960 / Marilyn lors des répétitions d'une scène du film "Let's make love".

Tags : 1960 - Let's make love - George CUKOR - Yves MONTAND

1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN. 19/06/2017

1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.
1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.
1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.
1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.
1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.
1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.
1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.
1960 / (Part III) Sur le tournage d'une scène du film "Let's make love", notamment avec Frankie VAUGHAN.

Tags : 1960 - Let's make love

1960 / Marilyn lors des essais coiffure et costume pour le film "Let's make love" ; la perruque brune ne sera pas retenue au final ! 21/05/2017

1960 / Marilyn lors des essais coiffure et costume pour le film "Let's make love" ; la perruque brune ne sera pas retenue au final !

1960 / Marilyn lors des essais coiffure et costume pour le film "Let's make love" ; la perruque brune ne sera pas retenue au final !

Tags : 1960 - Let's make love

1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II). 05/05/2017

1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).
1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).
1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).
1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).
1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).
1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).
1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).
1960 / Essais coiffures pour le film "Let's make love"... Chignon ou cheveux lâchés ? (Part II).

Tags : 1960 - Let's make love

55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après : 20/04/2017

55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :

Le "Daily Mail" a publié une série de photos de Marilyn qui arbore un petit ventre bien rond. Celui d'une femme enceinte, affirme le tabloïd britannique. À l'époque où les photos auraient été prises, la star américaine fréquentait l'acteur français Yves MONTAND.
En novembre, l'hôtel des ventes américain Julien's Auctions a mis en vente la collection de Frieda HULL. Cette fan de Marilyn faisait partie du « Monroe six », un groupe d'adeptes de l'actrice qui l'a photographiée abondamment tout au long de sa vie. L'extraordinaire collection de Frieda HULL s'étendait ainsi sur presque toute la carrière de Marilyn, de la fin des années 1940 à 1962.
La star se serait confiée à la fan
Parmi ces photos, il y avait notamment une série de clichés, pris en 1960. Le tabloïd britannique Daily Mail qui les a publiés mercredi affirme que l'actrice américaine y apparaît enceinte. Et il faut bien admettre que les images sont troublantes : Marilyn, qui était certes pulpeuse, arbore un joli petit bidon bien rond.
Et le quotidien britannique, connu pour son goût du sensationnalisme, n'y va pas par quatre chemins et affirme haut et fort que Marilyn était enceinte d'Yves MONTAND ! D'après le "Daily Motion", la photographe fan Frieda HULL, décédée en 2014, aurait recueilli cette confidence auprès de la star et l'aurait racontée à son entourage. Notamment à son voisin et ami qui a racheté la série de photos. Le "Daily Mail" sous-entend enfin que l'actrice qui avait fait plusieurs fausses couches n'aurait pas pu, là non plus mener sa grossesse à terme.
Parce qu'il ressemblait à Di MAGGIO ?
La liaison entre Monroe et Montand est connue. À l'époque, en 1960, Marilyn MONROE tourne "Le Milliardaire" en compagnie d'Yves MONTAND. Pourtant mariée à l'écrivain Arthur MILLER, la star aux cheveux blonds platine s'est éprise du French Lover, lui-même marié à Simone SIGNORET depuis 1951. Elle a même exigé que les producteurs du film le choisisse lui, et lui seul. Peut-être parce qu'il ressemblait à Joe DiMaggio, l'un de ses précédents maris.
 
Pendant le tournage, ils sont installés dans deux bungalows face à face, Marilyn et Arthur MILLER au 20, MONTAND et SIGNORET au 21. « Les deux couples dînent ensemble chaque soir, enveloppés de l'air chaud des rives californiennes. Les affinités se dessinent. Simone et Arthur parlent politique quand Yves et Marilyn échangent des regards de plus en plus étoilés », raconte Paris Match.
Les deux amants s'efforcent de cacher leur liaison, mais les paparazzis les traquent lors de leurs escapades. Même Simone SIGNORET, qui ne pouvait l'ignorer, dira plus tard : « Vous connaissez beaucoup d'hommes qui seraient restés insensibles en l'ayant dans ses bras ? ».
55 ans après sa mort, Marilyn, comme de son vivant d'ailleurs, alimente toujours les rumeurs les plus folles... à lire ci-après :

Tags : 1960 - Let's make love - Conférence presse MONTAND-SIGNORET - Jack COLE - John BRYSON