181 tagged articles 1953

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1953 / RARE publicité Italienne pour les cosmétiques "Westmore" ; En 1917, George WESTMORE, à qui est dédié la récompense des artistes maquilleurs et coiffeurs stylistes "Guild's George Westmore Lifetime Achievement", fonde le premier et très mince département de maquillage pour le cinéma dans les studios "Selig". Après un bref passage chez "Triangle", il se met très vite à son compte et travaille dans les plus grands studios. Il comprend que l'art cosmétique et capillaire a besoin de personnel et il veut maquiller des vedettes comme Mary PICKFORD ou les s½urs TALMADGE à leur domicile avant qu'elles aillent travailler. Il est le premier de trois générations d'artistes maquilleurs. Ses six fils, Perc, Ern, Monte, Wally, Bud et Frank, vont bientôt lui faire ombrage à Hollywood. Autour de 1926, quatre d'entre eux pénètrent l'industrie et deviennent des chefs maquilleurs dans quatre des plus grands studios du cinéma, tout en continuant leur activité notamment dans les illusions du cinéma d'horreur jusqu'à la fin de leur carrière. En 1921, Monte devient l'unique maquilleur de Rudolph VALENTINO à sa demande expresse. À la mort de VALENTINO en 1926, Monte se rend à "Selznick International" où, trente ans plus tard, il travaille d’arrache-pied sur l'énorme tâche qu'est le maquillage requis pour le film "Autant en emporte le vent" (1939). En 1923, Perc fait carrière chez "First National-Warner Bros", et ce pendant vingt-sept ans, il a lancé des tendances de beauté et de déguisement comme, en 1939, le visage grotesque de Charles LAUGHTON dans "Quasimodo" et les sourcils presque entièrement épilés de Bette DAVIS ainsi que l'apparente blancheur faciale dans "La Vie privée d'Élisabeth d'Angleterre". Ern est au RKO de 1929 à 1931 et puis à 20th Century Fox à partir de 1935, recherche plutôt le look adéquate pour chaque vedette des années 1930. Wally dirige pendant un temps le département maquillage des studios Paramount Pictures, où il crée, entre autres, l'affreuse transformation de Frederic MARCH dans "Docteur Jekyll et M. Hyde" de 1931. Frank lui succède à ce poste. Bud dirige le département maquillage d'Universal pendant trente ans, spécialisé dans les costumes de monstres comme ceux utilisés dans "L'Étrange Créature du lac noir" de 1954. Ensemble, ils construisent la Maison des WESTMORE, un salon où l'on sert les vedettes ainsi que du public. 14/03/2017

Tags : 1953 - Publicité

1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire". 13/03/2017

1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".

Passage de relais
Etonné par la performance de Marilyn MONROE sur le plateau des "Hommes préfèrent les blondes" (1952, Howard HAWKS), le producteur de la Fox Darryl F ZANUCK engagea immédiatement l'actrice sur ce nouveau projet. Il l'associa notamment à Betty GRABLE qui avait initiallement été prévue dans "Les Hommes préfèrent les blondes". Grande star des années quarante, Betty GRABLE se savait alors en fin de contrat et déclara à Marilyn la jour où elles furent présentées : "Chérie, j'ai tout eu. A toi maintenant. C'est ton tour".
 
Clins d'oeil
Lauren BACALL fait allusion dans le film au "vieil homme dans "L'odyssée de l'African Queen" qui n'était autre qu' Humphrey BOGART, son mari à la ville. Betty GRABLE fait de même en ne reconnaissant pas un disque de son époux Harry JAMES. Marilyn fait quant à elle allusion à son rôle dans "Niagara" (1952, Henry HATHAWAY) en lisant un livre intitulé "Murder by Strangulation", c'est à dire la manière dont périt son personnage.

1953 / Marilyn dans une robe encore signée par TRAVILLA et l'acteur Alex D'ARCY dans une des scènes du film "How to marry a millionaire".

Tags : 1953 - How to marry a millionaire - John FLOREA - William TRAVILLA

De Norma Jeane à Marilyn... 02/03/2017

De Norma Jeane à Marilyn...

Nous sommes fin 1945. Marilyn n'est ni MONROE ni blonde. Elle n'est encore que Norma Jeane DOUGHERTY, 19 ans, épouse d'un gaillard de 5 ans son aîné, engagé dans la marine marchande et qui vogue sur les eaux du Pacifique. Une jolie fille comme une autre qui a participé à l'effort de guerre tout en cherchant à gagner sa vie. Son idée fixe : réussir. Elle connaît un petit succès comme modèle photo, avant d'être très vite embauchée par l'agence "The Blue Book Modeling Agency" dirigée par Emmeline SNIVELY.
Une nouvelle opportunité s'offre à Norma Jeane : jouer une publicité pour une marque de shampooing (photo).
 
Elle se rend donc chez le photographe Raphaël WOLFF, qui l'accepte, mais à une seule condition : qu'elle se fasse décolorer les cheveux en blond doré. Norma Jeane se retrouve ainsi chez "Frank et Joseph", le salon de coiffure du tout-Hollywood à Los Angeles, pour une séance de décoloration supervisée par une esthéticienne du nom de Sylvia BARNHART. Cet hiver-là, celle-ci réalise le rêve longtemps caressé par sa tutrice et protectrice Grace McKEE : faire de Norma Jeane une réplique de Jean HARLOW, "The Platinium Blonde", l'actrice sex-symbol des années 30, qu'elle adulait.
 
Cette transformation capillaire sera décisive à plus d'un titre. Bien que très demandée en tant que modèle photo, Norma Jeane fait part de son désir de faire du cinéma à la directrice de son agence Emmeline SNIVELY, qui, à l'été 1946, l'aide à décrocher son premier contrat de six mois avec la Fox. Le patron du studio, Ben LYON, lui suggère de trouver un nom d'artiste. Ce sera MONROE, le nom de jeune fille de sa mère, et Marilyn, parce qu'elle ressemble à une gloire des années 30, blonde comme elle, Marilyn MILLER.
 
Pour Norma Jeane BAKER, la voie est désormais totalement dégagée. Elle deviendra Marilyn MONROE.
 
De Norma Jeane à Marilyn...

Tags : 1953 - 1946 - Erwin STEINMEYER - How to marry a millionaire - John FLOREA

2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga. 12/02/2017

2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.
2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.
2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.
2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.
2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.
2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.
2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.
Les tours possèdent 56 et 50 étages, leur hauteur est de 179,5 mètres (589 pieds) pour la plus haute et de 161,2 mètres (529 pieds) pour la moins élevée. Elles sont surnommées les "Marilyn Towers" en raison de leur forme sinueuse. Elles ont été conçues par le cabinet d'architecture chinoise MAD. En verre, scintillantes, vertigineuses... les tours "Absolute Word" de 50 et 56 étages font la fierté de Mississauga, en Ontario. Contrairement à Gatineau où le projet Place des peuples du Groupe Brigil ne fait pas l'unanimité, la construction des tours « Marilyn Monroe » a été un projet rassembleur. 
Plus hautes que la tour de la Paix, à Ottawa, mais plus petites que la "Scotia Plaza", à Toronto, "les tours Marilyn MONROE" se démarquent grâce à leur forme particulière.
La torsion de la plus haute tour est de 209 degrés. Les "Absolute World" sont les deux édifices les plus hauts de Mississauga.
Les tours "Absolute World" sont le fruit d'un appel d'offres organisé dans le cadre d'un concours international. Le but était de demander à des architectes de partout à travers le monde de soumettre des idées. Les promoteurs et l'administration municipale ont reçu 92 propositions issues de 70 pays.
Ils en ont présélectionné six. Le choix s'est rapidement porté sur le design de Yasong MA, un architecte d'origine chinoise, qui depuis a signé de multiples constructions éclatées en Amérique du Nord et en Europe.
« Au début, les promoteurs pensaient mettre sur pied qu'une seule tour de 56 étages », rappelle le conseiller Sajecki.
« Les promoteurs ont donc approché l'administration municipale pour construire une seconde tour. Nous avons accepté, bien sûr, et ils ont fait appel au même architecte », ajoute-t-il.
L'architecture des tours est organique, avance le conseiller. Elles s'implantent bien, selon lui, dans l'environnement du centre-ville.
La première tour, la plus haute, fait référence à Marilyn MONROE en raison de ses courbes.
« Imaginez l'actrice dans une longue robe de soirée moulante », glousse le conseiller. La deuxième fait plutôt référence à son second mari, le joueur de baseball Joe DiMAGGIO.
2010-2012 / HOMMAGE URBAIN / Les "Absolute Towers" ou "Marilyn MONROE towers", en raison de leur courbe, à Toronto, deux gratte-ciels résidentiels dans la ville de Mississauga.

Tags : Tours "Marilyn MONROE" - 1953 - Gene KORNMAN - How to marry a millionaire - Frank POWOLNY - 1952 - Miss N.A.S. - Niagara - Bert REISFELD

1953 / Marilyn by John FLOREA. Elle tourne alors le film "How to marry a millionaire". 08/02/2017

1953 / Marilyn by John FLOREA. Elle tourne alors le film "How to marry a millionaire".

1953 / Marilyn by John FLOREA. Elle tourne alors le film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn by John FLOREA. Elle tourne alors le film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn by John FLOREA. Elle tourne alors le film "How to marry a millionaire".
1953 / Marilyn by John FLOREA. Elle tourne alors le film "How to marry a millionaire".

Tags : 1953 - John FLOREA

1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE ! 07/02/2017

1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !

SKOLSKY Sidney
 
Date de naissance : 2 mai 1905, à New York.
Date de décès : 3 mai 1983, à Los Angeles.
 
Adresses : 
en 1938 : 167 South Martel avenue, Hollywood
en 1940 : 415 North Las Palmas Avenue, Los Angeles 4.
 
Exercice :
Reporter des plus en vue à Hollywood; il rédigeait des articles de fond et rubriques pour plusieurs journaux des côtes ouest et est, et se tenait étroitement informé de la vie hollywoodienne. Il se consacrait à découvrir des jeunes espoirs.
Son bureau se trouvait en mezzanine du "Schwab's drugstore".
Il avait choisi cet emplacement pour une raison très simple : "Schwab's" lui procurait toutes les drogues dont il avait envie. A cette époque, le gouvernement américain n'avait pas encore réglementé la vente des médicaments et il n'y avait pas d'opprobre attaché à la consommation régulière de barbituriques et d'amphétamines.
 Histoire
Juif russe d'origine, petit, trapu, il se targuait de reconnaître le talent à vue de nez.
Dans les années 20 il fut attaché de presse à New York.
Plus tard devenu critique de spectacles, il s'était distingué par son humour caustique dans le "Daily News", le "New York Post"  et le "Citizen News Hollywood".
Le 27 août 1928 il épousa à New York Estelle (ou Esther) Lorenz (née 22 mars 1909). Ils eurent deux filles, Betty Nina (née 31 décembre 1933, New York) et Stephanie "Steffi" (16 avril 1935, Los Angeles-22 février 
1933, New York).
Il quitta ensuite New York pour Los Angeles où il fut consacré comme critique de cinéma. Spirituel et féroce, il devint bientôt une célébrité locale. Ses bons mots faisaient le tour des studios comme une traînée de poudre.
Il fut célèbre pour avoir donné une fessée à Shirley TEMPLE qui avait abîmé son chapeau neuf.
Ses chroniques avaient le mérite de traiter chaque sujet plus à fond que les commérages de Louella PARSONS et Hedda HOPPER, et il régalait ses lecteurs d'informations techniques sur le cinéma, dédaignant les potins des coulisses.
Capricieux, fantasque, hypocondriaque, il avait la phobie de l'eau, des chats, des chiens et de tout le reste. Il avait périodiquement des épisodes dépressifs.
Il hantait les locaux de la Twentieth Century Fox ; il connaissait toutes les têtes pensantes du studio, dont les deux vétérans de la publicité, Harry BRAND et Roy CRAFT.
Il rencontra Marilyn en 1949.
Il fut pendant longtemps l'une des personnes passionnées qui l'accompagnèrent partout, comme Marlene DIETRICH l'avait fait des années auparavant.
Il devint l'un de ses plus ardents partisans et l'un de ses plus sûrs complices dans la presse ; elle l'appelait souvent pour lui demander un conseil, sur sa publicité mais aussi sur ses vêtements et sur l'image qu'elle devait se forger. Il l'aida à promouvoir sa carrière alors qu'elle débutait, et il aurait, dit-on, persuadé le producteur Jerry WALD de lui donner un rôle dans "Clash by night" (1952).
A plusieurs reprises il rédigea des communiqués de presse pour l'aider à se tirer de situations délicates, comme lors du scandale du calendrier de nus (13 mars 1952) ou lorsqu'il fut révélé que sa mère était vivante, alors que le studio avait  toujours soutenu qu'elle était orpheline.
En 1950 il l'accompagna à Palm Springs, où elle souhaitait rencontrer son père potentiel, Stanley GIFFORD.
En 1950 sur le tournage de "All about Eve".
De 1952 à 1954 quand Marilyn vivait avec Joe DiMAGGIO, il lui servit souvent de cavalier aux soirées mondaines du show-biz (DiMAGGIO ne voulait pas qu'on lui rappelle publiquement que sa future femme était le plus grand sex-symbol du pays). Il interviewa Marilyn à Doheny Drivele 3 juillet 1953 pour l'article "J'adore Marilyn" paru dans le magazine "Modern Screen" en octobre 1953. Le 14 novembre 1953 il l'accompagna à la réception organisée pour la visite des souverains de Grèce. 
Le 6 octobre 1954, il était présent lors de la conférence de presse de l'annonce de son divorce d'avec DiMAGGIO.
Le 27 octobre 1954, il l'accompagna au tribunal de Santa Monica  lors de la comparution pour son divorce d'avec DiMAGGIO.
En 1954 il écrivit la seconde biographie de Marilyn. Il la rencontra, après son divorce d'avec DiMAGGIO, au "Hollywood Knickerbocker Hotel".
Le 6 novembre 1954, Charles FELDMAN organisa une fête en l'honneur de Marilyn chez "Romanoff" la consacrant enfin comme une star ; Sidney SKOLSKY était présent à cette soirée.
Le 19 novembre 1954, il alla, avec Marilyn, voir Ella FITZGERALD qui se produisait au "El Mocambo".
Comme Marilyn, il souffrait périodiquement de dépression et abusaient tous deux de médicaments ; comme son bureau se trouvait dans un drugstore, il avait un accès presque illimité aux stocks.
Il produisit deux films biographiques : « The Al Jolson story » (1946) et « The Eddie Cantor story » (1953).
Avec Marilyn ils projetèrent de tourner un autre film « The Jean Harlow story » qui devait avoir Marilyn pour vedette.
Le 4 août 1962 il avait rendez-vous avec elle pour discuter de la mise en scène ; mais leur rendez-vous fut reporté au 5 août 1962. En juillet 1962 ils avaient tous deux rendus visite à la mère de Jean HARLOW et obtenu sa bénédiction pour le film.
1949-62 / Marilyn et le journaliste Sidney SKOLSKY... UNE LONGUE AMITIEE !

Tags : 1954 - The seven year itch - Bob BEERMAN - Divorce DiMAGGIO - There's no business like show business - 1953 - Sidney SKOLSKY

1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL. 05/02/2017

1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.

1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.
1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.
1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.
1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.
1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.
1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.
1953 / Marilyn en peignoir et lunettes (rôle de myope) dans le film "How to marry a millionaire", aux côtés de Betty GRABLE et Lauren BACALL.

Tags : 1953 - How to marry a millionaire

1953 / RARE Marilyn au Canada à Banff, où elle s'est rendue pour les besoins du tournage des extérieurs du film "River of no return". 02/02/2017

Tags : 1953 - River of no return

1953 / Magnifique portrait de Marilyn dans la plus pure tradition Hollywoodienne. (Photo publicitaire du film "How to marry a millionaire") par Sam SHAW. 30/01/2017

Tags : 1953 - Sam SHAW - How to marry a millionaire

1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES. 28/01/2017

1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.

1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.
1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.
1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.
1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.
1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.
1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.
1953 / Marilyn sur la terrasse et dans sa chambre au "Bel Air Hotel" sous l'objectif d'Andre DE DIENES.

Tags : Andre DE DIENES - 1953