25 tagged articles Joshua LOGAN

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante. 25/02/2016

5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.

5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.
5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.
5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.
5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.
5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.
5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.
5 Octobre 1955 / Marilyn se rend à la Première de la pièce de théâtre "The diary of Anne FRANK", au "Cort Theater" de New-York, avec dans le rôle principal Susan STRASBERG, fille de Lee et jeune amie de Marilyn, qui d'ailleurs vient la féliciter dans sa loge après sa performance ; la soirée se poursuit au "Sardi's restaurant" pour un dîner. / Susan relatera dans ses mémoires, notamment dans le livre "Marilyn et moi", qu'elle considérait la star comme sa soeur de substitution. Susan STRASBERG a quinze ans lorsque Marilyn débarque à New York... et chez elle. L'adolescente est à la fois fascinée et jalouse de cette grande s½ur tombée du ciel, qui monopolise l'attention de son père, directeur de "l'Actor's Studio". Dès lors, les STRASBERG vivent au rythme des crises de larmes ou de fou rire de la star, la suivent sur la crête ou dans le creux de la vague. Marilyn joue, rit, aime, pleure. Susan savoure, heureuse de la complicité qui les unit, et fait ses débuts sur les planches. Elle rêve d'une chose : que son père soit fier d'elle. Mais celui-ci est bien trop occupé avec Marilyn... Pas facile de rivaliser avec un mythe hollywoodien, même devant ses parents ! Non, tout n'a pas été déjà dit sur Marilyn. Loin du strass et des paillettes, voilà une femme généreuse, drôle, envahissante... et tellement attachante.

Tags : 1955 - Premiere "The diary of Anne FRANK" - Susan STRASBERG - Joshua LOGAN - Lee STRASBERG

1er Juin 1956 / Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York. 01/03/2016

1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.

1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.
1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.
1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.
1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.
1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.
1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.
1er Juin 1956 /  Le président indonésien SUKARNO était à Los Angeles pour y faire la tournée des studios et s’adresser à l’Association "Motion Picture Producers". Joshua LOGAN organisa une soirée au "Beverly Hills Hotel", pour le président indonésien, car c'était son frère, Marshall NOBLE, qui organisait la visite du président à Hollywood. Marilyn se rendit à cette soirée. Les journalistes lui firent la surprise d'un gâteau d'anniversaire juste avant qu'elle ne prenne son avion pour New-York.

Tags : 1956 - 30ème anniversaire Marilyn - Joshua LOGAN - Président SUKARNO

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars. 03/03/2016

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.

Tags : 1956 - Milton GREENE - Bus stop - Paula STRASBERG - Eileen ECKART - Joshua LOGAN - Don MURRAY - Bob BEERMAN

19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ? 04/03/2016

19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?
19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?
19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?
19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?
19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?
19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?
19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?
19 Septembre 1959 / (Part III) Marilyn entre George CUKOR et Joshua LOGAN, invités lors d'un dîner donné en l'honneur de Nikita KHROUCHTCHEV pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. En pleine guerre froide et à la grande stupéfaction de beaucoup de monde, le dirigeant soviétique Nikita KHROUCHTCHEV arrive à Washington avec sa famille pour une visite de 13 jours aux Etats Unis. Nikita pensait que les 2 pays étaient trop puissants pour se quereller. Après des discussions avec EISENHOWER, KHROUCHTCHEV visitera plusieurs Etats et en particulier la Californie. Le studio Twentieth Century Fox l'invitera à voir le tournage d'une scène de "Can-Can" (le choix parut très peu judicieux) lors d'un déjeuner avec le tout Hollywood (Marilyn, Elizabeth TAYLOR, Frank SINATRA, Gary COOPER, Henry FONDA, Tony CURTIS...). Les producteurs hollywoodiens, qui ne peuvent risquer d'embaucher des scénaristes ayant des opinions politiques trop à gauche, se battent pour pouvoir assister au déjeuner. KHROUCHTCHEV sera très déçu ensuite de ne pouvoir aller à Disneyland pour des raisons de sécurité, ce qui le fera plaisanter: Pourquoi pas ? Qu'est-ce que c'est ? Vous avez des rampes de lancement de fusées là-bas ?

Tags : 1959 - Nikita KHROUCHTCHEV - Paul SLADE - Joshua LOGAN - George CUKOR

1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite ! / Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo / Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre. / Le choix des costumes / L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" / "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star. / Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn / La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. / Hope LANGE et Don MURRAY / "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY. Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce / Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées… 21/03/2016

1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…
1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…
1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…
1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…
1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…
1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…
1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…
1956 / Scènes de répétitions pour les acteurs du film "Bus stop" sous l'objectif de Milton GREENE / AUTOUR DU FILM / "Arrêt d’autobus" n’est autre que l’adaptation cinématographique de la pièce de théâtre éponyme créée par William INGE. Elle fut jouée pour la première fois sur les planches du "Music Box Theather" à New York, le 2 mars 1955, et rejouée 477 fois de plus par la suite !  /  Fess PARKER a du refuser le rôle de Bo /  Le personnage de Bo DECKER, campé par Don MURRAY dans le film, a été proposé en premier lieu au comédien Fess PARKER. Ce dernier étant sous contrat avec la société "Walt Disney" à la même période, il ne put rompre son engagement et fut contraint à refuser l’offre.  /  Le choix des costumes /  L’équipe de production "d’Arrêt d’autobus" avait présenté à Marilyn et au cinéaste Joshua LOGAN les croquis des costumes prévus pour le rôle de la Belle. Considérant que les costumes choisis étaient beaucoup trop luxueux, l’actrice et son réalisateur se débrouillèrent donc pour trouver des vêtements limés et de mauvais goût, à l’image du personnage de Chérie, la petite danseuse de cabaret débrouillarde. / Les leçons de "l’Actors Studio" /  "Arrêt d’autobus" est le premier film que tourna Marilyn après un intermède à New York où elle suivit les cours de "l’Actors Studio". L’icône était vraiment décidée à être considérée comme une comédienne et non plus seulement comme une star.  /  Hope LANGE, une rivale potentielle pour Marilyn /  La couleur des cheveux de l’actrice Hope LANGE déplut à Marilyn, qui la trouvait beaucoup trop claire à son goût. Pour répondre à sa demande, les cheveux de sa partenaire furent donc teintés pour toute la durée du tournage. /  Hope LANGE et Don MURRAY /  "Arrêt d’autobus" est le premier film de Hope LANGE ainsi que de Don MURRAY.  Hope LANGE, qui joue Elma, la jeune femme qui aide Chérie lors de leur retour en bus dans le Montana, et Don MURRAY, qui joue le fougueux Bo, se sont mariés en 1956, soit à l’époque du film, et ont divorcé en 1961. / Mise en avant de la notoriété de Marilyn dans la bande annonce /  Dans la bande-annonce, la notoriété de la star Marilyn MONROE est évidemment mise en avant. À cet égard, un petit détail croustillant : des unes de magazines avec Marilyn sont présentées, dont une de "Paris Match" de juillet 1953 qui, avec une très belle Marilyn embrassant une colonne antique, titre de manière choc « Le cinéma va-t-il disparaître ? », comme quoi cette question est récurrente, ou alors cela démontre que la presse a des idées fixes, ou pas d’idées…

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE - Paula STRASBERG - Joshua LOGAN - Eileen ECKART

1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN). 22/03/2016

1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).

Tags : 1956 - Bus stop - Restaurant "The Ram" - Bob BEERMAN - Joshua LOGAN - Arthur O'CONNELL

19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent. 01/11/2016

19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.
19 Septembre 1959 / (Part IV) Marilyn, à la demande de Spyros SKOURAS, était à Los Angeles. MILLER ne l'accompagnait pas. Il avait pensé que s'il l'accompagnait, cela ne ferait que réveiller ses rancoeurs politiques. Ce fut donc Frank TAYLOR (ami et éditeur de MILLER) qui accompagna Marilyn ce soir-là. La Fox organisa un banquet donné au "Café de Paris" en l’honneur de Nikita  KHROUCHTCHEV, premier secrétaire du Parti  Communiste soviétique, venu visiter les studios de la Fox. Frank SINATRA  fut le maître de cérémonie. Les invités furent, outre des directeurs de studio (Buddy ADLER) et des journalistes, Elizabeth TAYLOR, Debbie REYNOLDS, Judy GARLAND et Kim NOVAK. Marilyn arriva au bras de George CUKOR, pour faire la promotion de leur prochain film, « Let's make love ». C’est à cette occasion qu’elle revit Billy WILDER (avec qui elle n’avait plus eu de contacts depuis le tournage de « Some like it hot » en 1958) et que leurs relations se dégelèrent.

Tags : 1959 - Nikita KHROUCHTCHEV - George CUKOR - Joshua LOGAN

1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur. 13/11/2016

1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.
1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.
1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.
1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.
1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.
1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.
1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.
1956 / Quand toute l'équipe du film "Bus stop" et le réalisateur Joshua LOGAN, se rendent à Sun Valley, en Idaho, pour les répétitions et le tournage des scènes en extérieur.

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE - Don MURRAY - Joshua LOGAN - Arthur O'CONNELL

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop". 20/11/2016

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop".

Tags : 1956 - Bus stop - Paula STRASBERG - Joshua LOGAN - Gladys RASMUSSEN - Eileen ECKART

1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN. 20/12/2016

1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.
1956 / Nouvelles photos de Marilyn lors du tournage du film "Bus stop" de Joshua LOGAN.

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE - Paula STRASBERG - Eileen ECKART - Joshua LOGAN - Joshua GREENE