18 tagged articles Natasha LYTESS

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL. 13/08/2015

1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.
1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.
1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.
1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.
1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.
1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.
1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.
1953 / Marilyn à Jasper, au Canada, lors des extérieurs du tournage du film "River of no return", photos signées Allan SNYDER et Ray O'NEILL.

Tags : 1953 - Ray O'NEILL - Allan SNYDER - River of no return - Natasha LYTESS

1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD". 23/08/2015

1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".
1954 / Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", tantôt avec son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, du réalisateur Billy WILDER ou de son maquilleur Allan "Whitey" SNYDER, la plupart des photos sont signées Bruno BERNARD dit "BERNARD of HOLLYWOOD".

Tags : 1954 - Bruno BERNARD - The seven year itch - Allan SNYDER - Natasha LYTESS - Gladys RASMUSSEN - Billy WILDER

1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ». Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha). Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions. Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit... 20/01/2016

1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...
1948 / Photos J R EYERMAN / La jeune Marilyn et son professeur d'art dramatique Natasha LYTESS, répétant pour le film "Love happy" / A PROPOS DE MISS LYTESS / Elle jouait le rôle de mère et incarnait la stabilité aux yeux de Marilyn; elle s'investit dans la carrière de Marilyn à une époque où personne n'en eut le courage; elle aida Marilyn à développer et à exprimer ses talents et sa curiosité pour le monde du théâtre et de la culture générale. Dans certaines biographies, elle est décrite comme une femme amère, pleine de ressentiment. Il est vrai que, lorsque prit fin leur relation compliquée de maître à élève, le choc fut rude et douloureux pour elle. En terme de jeu théâtral, elle enseigna à Marilyn la subtilité des gestes, l'élocution, la diction et le souffle ; elle l'encouragea à parler de façon naturelle. Elle pensait que « le registre de la voix exprime la gamme des émotions humaines, car à chaque émotion correspond une modulation de la voix ».  Elle donna des cours intensifs à Marilyn avant chaque audition, et ce dès le premier instant de leur collaboration. Elles travaillèrent pendant trois jours et trois nuits afin de préparer la seconde audition de « The asphalt jungle » (1950), réalisé par John HUSTON. Quand Marilyn obtint le rôle, Natasha quitta la Columbia pour se mettre au service de Marilyn à plein temps. John HUSTON fut le premier réalisateur confronté à la totale dépendance de Marilyn envers Natasha : après chaque prise, elle regardait son professeur pour chercher approbation ou désapprobation. Cet instant est visible dans la première scène du film « The asphalt jungle » (1950). Quand Marilyn signa enfin son contrat de longue durée avec la Fox en 1950, la seule modification qu'elle apporta à son contrat fut d'y inclure Natasha LYTESS comme son professeur d'art dramatique personnel. Natasha gagnait 500 $ par semaine, plus 250 $ pour les cours privés qu'elle donnait à Marilyn (ce qui signifie que pendant sa première année à la Fox, Marilyn gagna moins que Natasha).  Ses constantes interventions en sous-main rendirent Natasha extrêmement impopulaire auprès des réalisateurs. Natasha et Marilyn mirent au point une série de signes de la main, qui permettaient à Marilyn de savoir si elle jouait de façon conforme aux répétitions.  Automne 1950, Marilyn emménagea dans la maison de Natasha sur Harper Avenue, West Hollywood. Elle dormait sur le sofa, étudiait, lisait, s'occupait de la fille de Natasha et du chihuahua que Joe SCHENCK lui avait offert pour ses 24 ans. Peu de temps après la mort de Johnny HYDE, Natasha découvrit Marilyn sans connaissance, avec une mousse blanche à la commissure des lèvres et un tube de pilules de chez "Schawb's" à côté de son lit...

Tags : 1948 - Natasha LYTESS - J R EYERMAN

1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin. Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père. Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui. 26/04/2016

1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.
1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.
1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.
1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.
1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.
1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.
1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.
1953 / En tournage des extérieurs du film "River of no return", Marilyn pose avec des techniciens de l'équipe du film et MITCHUM, ou avec sa doublure lumière Helen THURSTON, répète son texte avec Natasha LYTESS ou encore se fait maquiller par Allan SNYDER. / SYNOPSIS / Marilyn incarne Kay WESTON, chanteuse de saloon dans une ville de fortune, sur la route de la ruée vers l'or, quelque part dans le nord-ouest américain. Elle compte au nombre de ses admirateurs  Mark CALDER (Tommy RETTIG), un petit garçon de 10 ans que son père, Matt (Robert MITCHUM), vient chercher après avoir purgé une peine de prison : il a tué un homme en lui tirant dans le dos (un crime déshonorant- nous saurons plus tard qu'il s'agissait en fait de sauver la vie d'un ami). Matt sauve Kay et son amant, Harry WESTON (Rory CALHOUN), un joueur, leur radeau ayant chaviré près de sa nouvelle maison, une ferme isolée qu'il a acheté pour y vivre avec son fils. En guise de remerciement, WESTON s'enfuit, seul, avec l'unique cheval de Matt en une folle chevauchée, pour rejoindre la ville et faire enregistrer la concession aurifère qu'il a gagnée au jeu. Malheureusement, la ferme est bientôt assiégée par une horde de guerriers indiens, et la rivière est la seule issue. Matt, Kay et Mark doivent affronter les rapides du torrent, les Indiens hostiles et des hors-la-loi. Matt est mécontent d'avoir une femme sur les bras, alors qu'il se bat pour sa propre vie et celle de son fils, d'autant plus que c'est à cause de l'ami de Kay qu'ils sont dans le pétrin.  Cependant celle-ci, malgré sa sympathie envers le jeune garçon, laisse échapper devant lui que Matt a fait de la prison pour avoir tiré dans le dos d'un homme - révélation qui choque profondément le gamin, convaincu désormais de la lâcheté de son père.  Le temps qu'ils rejoignent tous les trois la ville, Kay est tombée amoureuse de Matt. Elle essaie désespérément d'empêcher WESTON, qu'ils ont retrouvé, de se battre avec Matt, alors qu'il n'est même pas armé. Kay se jette sur WESTON, mais il la repousse, et Matt ne doit la vie, qu'au réflexe de son fils... qui le sauve en tirant dans le dos de WESTON. Tout ne va pas encore pour le mieux entre Kay et Matt. Elle s'apprête à reprendre son métier de chanteuse de saloon, mais Matt la jette virilement sur son épaule et la convainc de passer sa vie avec son fils et lui.

Tags : 1953 - Natasha LYTESS - River of no return - Allan SNYDER - Robert MITCHUM - Otto PREMINGER - Helen THURSTON

1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952). 22/05/2016

1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).
1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).
1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).
1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).
1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).
1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).
1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).
1953 / Sur le tournage du film "River of no return", Marilyn se blesse à la cheville, dans la fameuse scène du radeau avec MITCHUM et Tommy RETTIG, en glissant sur un rocher ; toute l'équipe est à ses petits soins, jusqu'au réalisateur Otto PREMINGER, Natasha LYTESS, Allan SNYDER ainsi que tous les techniciens du film. Marilyn trouve là un de ses plus beaux rôles bien que les relations avec Otto PREMINGER (agacé par les nombreuses prises nécessaires à sa star) aient été orageuses. C’est le rôle (avec "Les Désaxés" (1961) de John HUSTON) où elle apparaît comme la plus naturelle, le cadre sauvage autant à sa beauté toute sophistication pour une présence charnelle plus libre. Si elle retrouve en partie par instants son emploi de femme enfant inconséquente, Marilyn arbore également un registre plus mature à travers le sentiment protecteur et maternel qu’elle noue avec le petit garçon. "Rivière sans retour" est une œuvre singulière qui marque la rencontre d’un couple de cinéma mythique avec Marilyn et Robert MITCHUM. Unique western d’Otto PREMINGER, le film constitue pour le réalisateur une commande après laquelle il gagnera son indépendance en créant sa propre société de production. Darryl ZANUCK impose le projet à celui qui est le réalisateur le plus prestigieux de la Fox à l’époque car l’enjeu est de taille. Il s’agit d’asseoir le statut de star fraîchement acquis de Marilyn ("Niagara" d’Henry HATHAWAY, "Les hommes préfèrent les blondes" d’Howard HAWKS et "Comment épouser un millionnaire" ont remporté un fulgurant succès l’année précédente) dans une production à grand spectacle. Le prestige est d’autant plus renforcé avec l’engagement de Robert MITCHUM qui retrouve PREMINGER après l’excellent film noir "Un si doux visage" (1952).

Tags : 1953 - River of no return - Natasha LYTESS - Allan SNYDER - Otto PREMINGER

1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch". 31/05/2016

1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".
1954 / Lors du tournage d'une scène du film "The seven year itch".

Tags : 1954 - The seven year itch - Natasha LYTESS - Tom EWELL - William TRAVILLA

1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle. 07/06/2016

1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.
1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.
1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.
1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.
1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.
1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.
1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.
1954 / (PART II) Marilyn lors du tournage du film "The seven year itch", dans une scène où elle parodie l'actrice Mäe WEST, qui finalement sera coupée au montage, WILDER n'aimant pas la prestation de Marilyn dans ce rôle.

Tags : 1954 - The seven year itch - Natasha LYTESS - Tom EWELL

1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA. 05/09/2016

1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.

1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.
1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.
1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.
1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.
1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.
1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.
1953 / Marilyn, Jane RUSSELL, Natasha LYTESS et Charles COBURN sur le tournage du film "Gentlemen prefer blondes". Marilyn porte une tenue créée par TRAVILLA.

Tags : Gentlemen prefer blondes - Natasha LYTESS - William TRAVILLA - 1953 - Jane RUSSELL - Charles COBURN

1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return". 02/11/2016

1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".
1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".
1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".
1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".
1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".
1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".
1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".
1953 / Divers moments sur le tournage du film "River of no return".

Tags : 1953 - River of no return - Allan SNYDER - Natasha LYTESS

1952 / Marilyn et sa coach du moment Natasha LYTESS en pleine répétitions, sous l'objectif d'Andre DE DIENES / ANDRE SE SOUVIENT... Marilyn venait de temps en temps me rendre visite à l'improviste. Au cours de l'une de ses visites, le téléphone ne sonna qu'une seule fois. Une voix de femme furieuse que je reconnus immédiatement demanda à parler à Marilyn. C'était Natasha LYTESS, sa professeur d'art dramatique, qui contrôlait alors sa carrière. Quand je lui répondis que j'ignorais où se trouvait Marilyn, elle me traita de menteur et hurla qu'elle savait qu'elle était chez moi. Je n'oublierai jamais cette scène. Marilyn et moi étions allongés côte à côte sur le tapis du salon, tous les deux transfigurés et envoûtés par la belle voix de soprano dans le premier acte de "La Bohème". (...) Marilyn était en larmes, émue par la musique, quand la sonnerie du téléphone et la voix hargneuse de Natasha nous interrompit. Quand elle raccrocha, je criai à Marilyn qu'elle avait été stupide de dire à cette femme où elle serait l'après-midi. Elle partit précipitemment, très inquiète. 16/11/2016

Tags : 1952 - Andre DE DIENES - Natasha LYTESS