71 tagged articles 1951

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

BELLE FIN DE SOIREE A TOUTES ET A TOUS ! 05/11/2017

Tags : 1951 - Clash by night

DOUCE ET BELLE NUIT A TOUTES ET A TOUS ! 31/10/2017

DOUCE ET BELLE NUIT A TOUTES ET A TOUS !

DOUCE ET BELLE NUIT A TOUTES ET A TOUS !

Tags : 1951 - Bruno BERNARD

BON WEEK-END A TOUTES ET A TOUS ! 28/10/2017

Tags : 1951 - Anthony BEAUCHAMP

1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN. 28/10/2017

1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.
1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.
1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.
1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.
1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.
1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.
1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.
1951 / Photos publicitaires de Marilyn alors sous contrat avec la RKO, du photographe Phil BURCHMAN.

Marilyn MONROE, sex-symbol des années 50
 
Elle est l'étoile d'Hollywood des années 50, son nom suffit à faire envier les femmes, et saliver les hommes. Marilyn MONROE, aux multiples tenues sexy et glamour, s'est imposée comme le sex-symbol de la période ! De sa robe ivoire qui s'envole au-dessus de la grille de métro à son cultissime pull en maille, on fait le point sur le style étonnant de Marilyn (source "MarieClaire")
 
Son style : Si on ne devait retenir qu'une seule icône d'Hollywood, ce serait certainement Marilyn ! Actrice des années 50, elle est surtout connue pour son style pin-up, grâce à des mensurations pulpeuses : hanches larges, taille fine et poitrine généreuse. Cette silhouette séduisante et sa grâce naturelle lui vaudront une réputation de sex-symbol ainsi que la première couverture du magazine de charme "Playboy" en 1953. Reine du glamour, elle faisait tourner les têtes des hommes du monde entier dans « Certains l'aiment chaud » ou « Les hommes préfèrent les blondes », notamment celle du Président KENNEDY avec qui elle entretiendra une liaison secrète...
 
Mais Marilyn MONROE, c'est surtout des robes extraordinaires : fourreau, longues, moulantes, corolles, bustier... Une collection impressionnante et des formes toujours mises en valeur, on comprend parfaitement pourquoi on l'appelait la « Mmmmmm girl » ! A femme iconique, produit iconique : elle contribuera à forger la légende du parfum N°5 de Chanel, notamment lorsqu'elle évoque au détour d'une interview avec Georges BELMONT, le rédacteur en chef de "Marie Claire France", quant à la question « Que portez-vous pour dormir ? » elle répond « Chanel N°5 ! ».
 
Ses robes : On se rappelle de « Subway dress », la robe blanche qu'elle retient au-dessus d'une grille de métro dans « Sept ans de réflexion » ! Une photo emblématique de la star, portant cette robe drapée ivoire au large décolleté en V restera l'une des plus célèbres du 7ème art. On se souvient aussi de son fourreau rose dans laquelle elle se dandine au son de la très célèbre chanson « Diamonds are a girl's best friend » dans le film « Les hommes préfèrent les blondes ». Elle faisait sensation en la portant avec des longs gants roses et parée de somptueux bijoux afin d'illustrer les paroles de la musique comme il se doit !
 
Ses fourrures : Marilyn avait pour habitude de déguiser ses tenues affriolantes sous une grosse étole blanche en fourrure, avec laquelle elle aimait jouer et faire sortir ses épaules nues. Il lui arrivait très souvent de se cacher sous un manteau de fourrure (pour mieux se dévoiler) comme lorsqu'elle chante « Happy birthday Mister President » à John F KENNEDY. Un accessoire extrêmement glamour, qui collait à la peau du personnage !
 
Son maillot de bain taille haute : pour une vraie silhouette de pin-up ! Nombreux sont les clichés qui la présentent vêtue d'une culotte montante, ou d'un une pièce bustier. Mais on se souvient notamment de cette tenue dans le film inachevé « Quelque chose doit craquer », dans lequel elle apparaît très sulfureuse, voire érotique.
 
Ses décolletés plongeants : s'ils ne se comptent plus dans « Certains l'aiment chaud », on se souvient d'un en particulier dans « Les hommes préfères les blondes ». Il s'agit du décolleté vertigineux de la longue robe lamée et dorée, sans fermeture éclair ni boutons ! On raconte que la scène dans laquelle elle apparaît aurait été écourtée, tant la tenue était suggestive...
 
Son pull en maille : qu'elle portait dans le film « Le Milliardaire » aux côtés d'Yves MONTAND. Il s'agit d'un gros pull en maille violet que personne n'a pu oublier, porté sur de simples collants noirs, et accompagnant les notes de la célèbre chanson « My heart belongs to daddy ». En 1999, la marque française Gerard DAREL achètera le pull et décidera de le rééditer pour l'automne-hiver 2010-2011 !
 

Tags : 1951 - Phil BURCHMAN

1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest". 25/10/2017

1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
1951 / ESSAIS COSTUMES pour le film "Love nest".
Marilyn et sa coach Natasha LYTESS

Dans son nouveau contrat signé avec la Fox, Marilyn a obtenu que sa coach personnelle soit également rétribuée par le studio, entant que professeur d'art dramatique. Ce qui n'empêche pas Marilyn de lui verser en plus 250 dollars par semaine pour ses cours particuliers, ce qui s'avère au final que la coach est mieux payée que son élève ! Mais Marilyn déclare à l'époque que l'argent ne l'intéresse pas : ce qu'elle veut par dessus tout, c'est devenir une comédienne à part entière. Ce à quoi elle s'emploie quotidiennement avec Natasha, qui l'oblige à préparer avec grand soin toutes ses scènes, aussi insignifiantes soient-elles en apparences. C'est dans le film "Love Nest" que Marilyn prononcera ses phrases pour la première fois d'une voix grave et sensuelle, ce qu'elle abandonnera dans ses films suivants ; cette transformation temporaire provenant des conseils de LYTESS. On sait que la coach sera souvent jugée encombrante par les réalisateurs qui travaillent avec Marilyn, mais au vue des prestations de sa protégée dans des rôles modestes comme pour "Love Nest", il faut reconnaître que l'exigence de sa méthode avait aussi du bon.



De petites tensions sur le tournage

Jack PAAR, qui joue le visiteur se montrant très entreprenant avec la belle Bobby (alias Roberta interpréte par Marilyn) ne garda pas un excellent souvenir de la scène qui le confronta à Marilyn dans le film : selon lui, la jeune femme s'est montrée relativement hautaine, et peu attentive à ses partenaires. Mais comme tant d'autres acteurs ayant connu des démêlés sur le plateau avec Marilyn, il reconnaît que malgré tout ce qu'on peut lui reprocher, Marilyn possédait cette indéniable faculté de crever l'écran à la moindre de ses apparitions. Il ajouta aussi qu'il voyait toujours Marilyn se promenant avec des livres de Marcel PROUST sur le plateau, mais qu'il ne l'avait jamais vu en lire un seul, ce à quoi il conclut que Marilyn était une personne bien prétentieuse, et enfonça le clou avec cette remarque : "derrière la face de Marilyn se cachait une serveuse frigide dans un dîner" ! Cependant les propos peu sympathiques de Jack PAAR manquent de crédibilité car à l'époque du tournage de "Love Nest", Marilyn prenait des cours d'art et de littérature à l'université d'"UCLA" ("University of California in Los Angeles") et que la star était brillante intellectuellement, avec une ambition de soif d'apprendre et de s'enrichir toute sa vie durant.

 
Les dates de tournage
 Début du tournage: 18 avril 1951

Tags : 1951 - Love nest

29 Mars 1951 / Marilyn apparut à la cérémonie des Oscars au "Pantages Theater" (6233 Hollywood Boulevard, Hollywood), où elle remit le prix de la meilleure prise de son à Thomas MOULTON pour sa prestation dans «All About Eve » (1950). Elle portait une robe décolletée en mousseline de soie, empruntée aux vestiaires du studio. « All About Eve » était nominé dans la catégorie du meilleur film avec « Born Yesterday », « Father of the Bride », « King Solomon's Mines » et « Sunset Boulevard ». Joseph MANKIEWICZ remporta l'Oscar du meilleur réalisateur pour « All About Eve ». 23/10/2017

Play the video

Tags : 1951 - All about Eve - Cérémonie Oscars

1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens". 11/10/2017

1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".
1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".
1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".
1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".
1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".
1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".
1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".
1951 / (Part II) Marilyn joue le rôle de Harriet, secrétaire dans ce film de Harmon JONES ; Cette petite comédie très américaine dans ses propos moraux (et même moralisateurs), dans ses personnages et dans ses décors, tend parfois presque vers des tons à la Frank CAPRA. Le titre français, "Rendez-moi ma femme", n'est pas très opportun puisqu'il fait allusion à une intrigue de second plan. Le titre original, "As young as you feel", peut se traduire par un "aussi jeune que tu le sens".

Marilyn, pour son 11ème film, se situe en 6ème position du générique. Elle joue le rôle de la secrétaire du directeur de l'imprimerie et fait montre de professionnalisme et de détermination puisqu'elle s'adresse même à son chef pour lui rappeler les devoirs de sa fonction lorsqu'il perd son sang-froid (ne pas rater l'instant où elle lui tire la langue, dans son dos). Il s'agit du premier film qu'elle tourne avec la Fox dans le cadre de son nouveau contrat.


Un tournage difficile pour Marilyn & la rencontre avec KAZAN

Johnny HYDE, le mentor imprésario et amant de Marilyn, meurt d'une crise cardiaque le 18 décembre 1950. Chassée de l'appartement que lui louait Johnny et dépouillée de tout ce qu'il lui avait offert par la famille de celui-ci, Marilyn tombe dans la dépression, se sentant responsable de la mort de son pygmalion car elle ne se trouvait pas à ses côtés au moment de son attaque cardiaque. Cependant, il y au moins ce cadeau posthume qui ne lui sera pas reprit : Johnny a en effet insisté auprès des dirigeants de la Fox pour réengager sa protégée et c'est ainsi que le scénario d' "As You as you feel" lui ait été proposé. Marilyn partage ainsi l'affiche avec des pointures du cinéma d'alors : Monty WOOLEY, Thelma RITTER (qu'elle retrouvera dans le film "The misfits"), Jean PETERS (avec qui elle jouera dans le film "Niagara"). Mais lorsque débute le tournage, Marilyn a bien du mal à contenir son chagrin et s'effondre en larmes dans les coulisses. Le réalisateur Harmon JONES se plaint un jour du comportement de l'actrice à Elia KAZAN, qui est venu faire un tour sur le tournage en compagnie d'Arthur MILLER, le futur mari de Marilyn. Les deux hommes vont tomber sous le charme de la future star ; MILLER restant fidèle à sa femme, mais surtout étant trop timide pour aborder la blonde, KAZAN séduit Marilyn, pour lui changer les idées et se remettre de sa peine. Leur liaison dura 6 mois.
 

Tags : 1951 - As young as you feel - Michaël RENNIE

BON WEEK-END A TOUTES ET A TOUS ! 30/09/2017

Tags : 1951 - Clash by night - Ernest BACHRACH

1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL). 28/09/2017

1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
1951 / CRITIQUE DU FILM "CLASH BY NIGHT". (Journal "Liberation" 2003 par Isabelle POTEL).
Au coeur d'un prologue documentaire sur la pêche en Californie (comme une incrustation néoréaliste), Fritz LANG n'a aucun scrupule à glisser un plan hétérogène : Marilyn MONROE, chemisette tendue à craquer et jeans XXL avec larges revers en bas, vision inédite de la working class en pressentiment fashion renversant. Hollywood transforme les usines de sardines en usines à rêves. Il y a autre chose dans ce plan. Une nostalgie anachronique. Filmant la sensualité solaire de Marilyn dans ces jeans hypersexy parce qu'à contre-emploi, LANG effleure un cinéma à venir, pour lequel il ne sera qu'un dinosaure.

Il pressent la légèreté des années 60 et leur naïveté désirable. Le tournage fut pénible. Marilyn vomissait de trac et LANG s'exaspérait. A l'image, en jeune ouvrière prête à culbuter les préjugés, Marilyn apparaît comme un courant d'air, un contrepoint à ce mélo psychologique retors. Libre de ses mouvements et de ses pensées, elle incarne le futur, dont, bien sûr, LANG n'est pas dupe. Le mariage se refermera sur elle comme une trappe. Son équivalent masculin dans le film (Robert RYAN) est projectionniste de cinéma : parce qu'il n'y a pas plus éloigné de la pêche, parce qu'il appartient à l'espèce humaine émergente qui croit à l'importance du désir.

Face à eux, Paul DOUGLAS en patron de pêche débonnaire et Barbara STANWYCK en femme de tête. Comme souvent, le thème paranoïaque du piège irrigue "Clash by Night" (son titre original), tourné en 1951 alors que LANG a déjà une quinzaine de films en Amérique à son actif. L'auto-complot que mettent perversement en place les deux hommes en tombant amoureux en même temps de la même femme est filmé avec la méchanceté requise. «Les hommes ne veulent pas qu'on les aime, ils veulent qu'on les préfère», a dit André GIDE.

La rivalité masculine, quand elle frise l'homosexualité, a toujours intéressé LANG, la rivalité masculine est même la preuve de l'homosexualité latente des hommes. Les femmes comme trophée, pourquoi pas, mais dans "Clash by Night", STANWYCK leur en fait sacrément voir. On pense au récent "Marie-Jo et ses Deux Amours" ; sur un triangle identique (beaucoup de souffrance contre beaucoup de jouissance), GUEDIGUIAN ne lâche pas sur la sentimentalité et la nudité, là où LANG carbure à la férocité et aux masques. Mais les deux films ont la même manière humble et amoureuse de rendre hommage à la valeur travail et à la beauté intrinsèque des bosseurs.

Tags : 1951 - Clash by night

1951 / Marilyn dînant au restaurant lors du tournage du film "Let's make it legal". 18/07/2017

Tags : 1951 - Let's make it legal