27 tagged articles Bob BEERMAN

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN). 01/08/2015

1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop". (certaines photos signées Bob BEERMAN).

Tags : 1956 - Bob BEERMAN - Bus stop - Milton GREENE - Pat NEWCOMB

3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN. 31/01/2016

3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn reçoit le journaliste Sidney SKOLSKY dans son appartement de Doheny drive, en vue d'une interview principalement axée sur son enfance. Les photos sont de Bob BEERMAN.

Tags : 1953 - Bob BEERMAN - Sidney SKOLSKY

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars. 03/03/2016

1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.
1956 / Sur le tournage du film "Bus stop" / A la suite de ses démêlés avec la Fox et après avoir fondé sa propre maison de production, Marilyn fut rappelée à Hollywood pour jouer le rôle principal dans une adaptation cinématographique d'une pièce à succès de Broadway de l'année 1955, écrite par William INGE. Celui-ci était considéré comme l'un des meilleurs dramaturges de l'époque, bien que d'un niveau inférieur à Arthur MILLER et à Tennessee WILLIAMS. Beaucoup pensent que ce fut là l'une des meilleures interprétations dramatiques de Marilyn. Son associé Milton GREENE fit beaucoup pour la réussite de ce film. Les termes de son nouveau contrat avec la Fox accordaient à Marilyn un droit de regard non seulement sur le scénario, mais aussi sur le choix du réalisateur et sur celui du directeur de la photo. Son premier choix, John HUSTON qui l'avait dirigé dans « The Asphalt Jungle », était indisponible. Lew WASSERMAN proposa Joshua LOGAN, qui accepta de diriger le projet lorsque son ami Lee STRASBERG lui assura que Marilyn était pleine de talent. A l'origine, Paula STRASBERG ne fut pas acceptée sur le plateau. Mais l'intervention de Marilyn  et celle de Lee STRASBERG en coulisse, firent que Paula fut embauchée (pour 1500 $ par semaine) pour la première fois, dans le but de calmer les nerfs de Marilyn et de l'aider à perfectionner sa diction. Les extérieurs furent tournés début 1956 à Phoenix (Arizona) pour les séquences de rodéo, et à Sun Valley (Idaho) pour les scènes en montagne. Marilyn fut difficile sur le plateau. Cela n'était pas uniquement dû à la peur de l'échec et à son manque d'assurance (ses éternelles bêtes noires), mais à sa dépendance grandissante aux barbituriques. Elle était aussi, pour la première fois, en position de force. Son partenaire, Don MURRAY, trouvait qu'elle n'était pas toujours un « patron » très agréable. La seule personne avec qui elle se lia d'amitié sur le tournage fut Eileen HECKART, qui avait récemment joué dans la pièce d'Arthur MILLER  « A view from the bridge ». « Bus stop » était son premier film en Cinémascope, et Marilyn en profita pour donner plus de relief à son rôle. Elle refusa de porter les somptueux costumes que possédait la Fox, choisit une robe mineure et fit délibérément filer les mailles de ses bas résille. Elle affubla son personnage de chanteuse, Cherie, d'un bégaiement aux moments difficiles (un trait propre à Marilyn) et une tendance à oublier son texte aux moments importants. Dans la version définitive, une grande partie du monologue de Cherie face à Elma DUCKWORTH (Hope LANGE) dans l'autobus, fut supprimée au montage, car Joshua LOGAN avait subi des pressions pour raccourcir le film. Marilyn  fut persuadée que cette coupe lui avait coûté une nomination aux Oscars.

Tags : 1956 - Milton GREENE - Bus stop - Paula STRASBERG - Eileen ECKART - Joshua LOGAN - Don MURRAY - Bob BEERMAN

1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN). 22/03/2016

1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).
1956 / Marilyn, Arthur O'CONNELL et Joshua LOGAN lors d'un dîner au restaurant "The Ram" pendant le tournage du film "Bus stop", à Sun Valley, en Idaho. (Photos signées Bob BEERMAN).

Tags : 1956 - Bus stop - Restaurant "The Ram" - Bob BEERMAN - Joshua LOGAN - Arthur O'CONNELL

1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN. 08/04/2016

1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.

Tags : Bob BEERMAN - 1950

1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN. 20/05/2016

1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.
1950 / (PART II) Hollywood, Marilyn vue par le photographe Bob BEERMAN.

Tags : 1950 - Bob BEERMAN

1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque. 31/05/2016

1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.
1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.
1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.
1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.
1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.
1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.
1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.
1952 / Marilyn posant sur la terrasse du "Beverly Carlton Hotel" où elle réside à l'époque.

Tags : 1952 - Beverly Carlton Hotel - Bob BEERMAN

3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN. 24/06/2016

3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN.
3 Juillet 1953 / Marilyn dans son appartement sur Doheny Drive, sous l'objectif de Bob BEERMAN.

Tags : 1953 - Bob BEERMAN

1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN. 28/07/2016

1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.
1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.
1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.
1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.
1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.
1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.
1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.
1952 / CHANEL N° 5, Marilyn by Bob BEERMAN.

Tags : 1952 - Bob BEERMAN - Chanel n° 5

BELLE FIN DE JOURNEE A TOUTES ET A TOUS ! 20/12/2016

Tags : 1953 - Bob BEERMAN