81 tagged articles 1957

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building". 24/09/2017

2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".
2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".
2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".
2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".
2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".
2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".
2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".
2 Juillet 1957 / (Part IV) Marilyn arrive en hélicoptère le 2 juillet 1957 à New York, en provenance de sa résidence d'été à Amagansett, mais avec deux heures et demie de retard, pour participer à la cérémonie marquant le début de construction d'un nouvel immeuble, le "Sidewalk Superintendents Club" au "ROCKEFELLER Center". D'ailleurs Lawrence D. ROCKEFELLER, membre et directeur du "ROCKEFELLER Center", qui devait acceuillir Marilyn à son arrivée, est finalement parti pour un rendez vous de déjeuner, après avoir attendu plus de deux heures, juste cinq minutes avant l'arrivée de Marilyn. ROCKEFELLER déclara : "Je n'ai jamais attendu aussi longtemps dans ma vie pour qui que ce soit". Marilyn s'est ensuite rendue en plein centre de New York pour allumer la mèche d'un bâton de dynamite, marquant l' inauguration de l'historique site "Time & Life building".

Tags : 1957 - Time and Life building

13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl". 23/09/2017

13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".

Tags : 1957 - Radio City Music Hall - Premiere "The Prince and the showgirl" - Arthur MILLER - Sam SHAW

Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017... 10/09/2017

Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...
Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...
Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...
Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...

ENDOMÉTRIOSE : LA MALADIE CACHÉE DE MARILYN MONROE

Publié le 21 juillet 2017 à 6:06
Qui a tué Marilyn MONROE ? Depuis un demi-siècle, cette question fascine les biographes qui ont tout imaginé : un suicide, un assassinat commandité par les frères KENNEDY, ou par le FBI... Et si la star était morte des suites d'une maladie dont on parle encore trop peu, l'endométriose ? 
Sur Marilyn MONROE, on a tout écrit. De son enfance dans des familles d'accueil à sa liaison avec Yves MONTAND puis avec John KENNEDY. De la folie de sa mère -qu'elle croyait être héréditaire-  à ses légendaires retards sur les plateaux de cinéma. De ses cheveux peroxydés à son addictions pour les opiacés. Tout. Ou presque. Mieux gardé encore que le secret de sa disparition (suicide ? overdose ? assassinat ?), est celui de son endométriose. Il faut avoir épluché des dizaines de biographies de la star -et savoir lire entre les lignes- pour comprendre que l'actrice souffrait, depuis l'adolescence, de violentes et terribles douleurs liées à cette maladie qui touche aujourd'hui une femme sur 10.
Pour les biographes, l'histoire commence en  avril 1952, quand Marilyn, hospitalisée au "Cedars of Lebabon Hospital" de Los Angeles, officiellement pour une “appendicite”, entre au bloc opératoire avec un mot manuscrit sur le ventre à l'adresse de son chirurgien.
 
Dear Dr. Rabwin,
cut as little as possible I know it seems vain but that doesn't really enter in to it. The fact I'm a woman is important and means much to me.
Save please (I can't ask enough) what you can -I'm in your hands. You have children and you must know what it means -please Dr Rabwin- I know somehow you will!
thank you ) thank you – thank you – For God's sakes Dear Doctor no ovaries removed – please again do whatever you can to prevent large scars.
Thanking you with all my heart.
Marilyn MONROE

(Ndlr: “Cher Dr Rabwin, coupez aussi peu que possible, je sais que cela semble futile, mais cela importe peu. Le fait que je sois une femme est important et signifie beaucoup pour moi. Sauvez s'il vous plait (je ne peux pas demander assez) ce que vous pouvez -je suis entre vos mains. Vous avez des enfants et vous devez savoir ce que cela signifie -s'il vous plaît Dr Rabwin- Je sais que vous le ferez! Merci – merci – merci – Pour l'amour de Dieu Cher Docteur, pas d'ablation d'ovaire- et s'il vous plaît faites ce qui est en votre pouvoir pour éviter de grandes cicatrices. Je vous remercie de tout mon c½ur.”)
 
Le chirurgien en charge de l'opération, le Dr Marcus Rabwin, découvrant la note de l'actrice, décide de demander à un confrère gynécologue, le Dr Leon KROHN, de l'assister durant la procédure. Lorsqu'ils ouvrent l'abdomen de Marilyn, ils constatent que ce n'est pas une inflammation de l'appendice dont elle souffre, mais bien d'un état avancé d'endométriose. “À l'époque, dans les années 50 aux États-Unis, les médecins étaient déjà capables de poser ce diagnostic”, explique le Dr. Martin Winckler, gynécologue. Seule une opération pouvait permettre de diagnostiquer une endométriose, puisqu'il n'existait alors pas d'examen permettant de la déceler. Après cette intervention chirurgicale, le Dr KROHN va donc devenir son gynécologue attitré, et va l'opérer à de nombreuses reprises.
Entre 1952 et 1962, Marilyn MONROE subit sept interventions destinées à la soulager.
Dans son livre intitulé Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander et publié chez Fleurus en 2008, le Dr WINCKLER consacre un passage à Marilyn MONROE et sa maladie : “À l'époque, il n'existait pas de traitement médicamenteux, et seule la chirurgie était employée pour traiter les zones d'endométriose. Entre 1952 et 1962, Marilyn MONROE subit sept interventions destinées à la soulager.
Cette première opération et le récit de la note posée sur le ventre de la star va échapper à l'attention de ses biographes, jusqu'à la publication de deux ouvrages -on en dénombre plus de 300 !- : celui de Anthony Summers en 1985, puis de Donald Spoto en 1993. SUMMERS, surtout, fait clairement référence aux douleurs gynécologiques de Marilyn MONROE : “Depuis son adolescence, c'est-à-dire bien avant ces multiples interventions, le ventre de la pauvre Marilyn était pour elle déjà un véritable instrument de torture. Jim DOUGHERTY (son premier mari) raconte 'Norma Jeane souffrait terriblement pendant ses règles ; elle était terrassée par la douleur'.
À ce propos, ZOLOTOW, un de ses premiers biographes, évoque une scène qui se serait reproduite plusieurs fois à l'époque de ses débuts à Hollywood : Marilyn conduit, soudain, coup de frein violent, elle bondit au dehors et s'accroupit sur le bord de la route, cassée en deux par la douleur. Maurice ZOLOTOW remarqua un jour sur la coiffeuse de sa loge quatorze boîtes de médicaments. Presque tous étaient des antalgiques prescrits pour les douleurs menstruelles.” (Ndlr : extrait issu des "Vies secrètes de Marilyn MONROE", Anthony SUMMERS, Presse de la Renaissance 1986)
Il apparaît clairement, à la lecture de ces différents travaux, que l'endométriose est bien à l'origine de l'addiction de Marilyn MONROE aux médicaments.
Ceux qui s'intéressent à la vie de Marilyn MONROE savent aussi qu'elle a souffert toute sa vie de ne pas être mère. Là encore, la reconnaissance de son endométriose jette un jour nouveau sur les raisons de son infertilité et de ses fausses couches à répétition. De nombreuses rumeurs ont circulé sur ses prétendus avortements, rumeurs démenties par le Dr Krohn lui-même : “Elle n'a jamais subi d'avortement. Elle a fait deux fausses couches, ainsi qu'une grossesse extra-utérine qui a nécessité une intervention chirurgicale d'urgence, mais pas d'avortement.  
Pour le docteur Martin WINCKLER, il n'y a pas de doute, c'est bien sa maladie qui est responsable de sa mort prématurée.
Depuis plus d'un demi-siècle, la star est fréquemment décrite comme atteinte de troubles psychiatriques graves. Sans doute souffrait-elle de dépression chronique. Mais on le serait à moins ! Son endométriose pourrait expliquer ses fréquentes absences des plateaux de tournage, ses fausses couches, la “frigidité” évoquée par certains de ses partenaires -elle n'aimait pas avoir des rapports sexuels car elle avait mal-, son infertilité, ses “sautes d'humeur” et aussi, bien sûr, sa dépendance aux antidouleurs... qui a précipité sa fin.
Pour le docteur Martin WINCKLER, il n'y a pas de doute, c'est bien sa maladie qui est responsable de sa mort prématurée. “Elle a succombé en 1962 à une overdose d'antalgiques et de tranquillisants prescrits pour lui permettre de lutter contre la douleur.” L'histoire de sa mort serait donc bien moins romanesque que ne l'ont imaginée ses centaines de biographes : ni le FBI, ni les frères KENNEDY n'auraient eu la peau de Marilyn MONROE, mais bien cette maladie dont, plus de 50 ans après la mort de l'actrice, les médecins peinent encore si souvent à dire le nom.  
 

Tags : 1962 - Bert STERN - Effet personnel - 1957 - "Doctor's Hospital" - Arthur MILLER

BON WEEK-END DOUILLET A TOUTES ET A TOUS ! 09/09/2017

BON WEEK-END DOUILLET A TOUTES ET A TOUS !
BON WEEK-END DOUILLET A TOUTES ET A TOUS !
BON WEEK-END DOUILLET A TOUTES ET A TOUS !
BON WEEK-END DOUILLET A TOUTES ET A TOUS !
BON WEEK-END DOUILLET A TOUTES ET A TOUS !

Tags : Richard AVEDON - 1957 - The Prince and the showgirl

LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS ! 28/05/2017

LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !
"Que l'on veuille bien me pardonner mon passé et mes erreurs de jeunesse. Que l'on veuille bien se remémorer le temps où une starlette en quête de célébrité devait impérativement passer dans le lit et sous les grosses pattes du producteur pour décrocher une seule réplique dans un mauvais film. Que l'on veuille bien me pardonner mes crimes, si nombreux, en songeant que je les ai désormais payés au centuple.


Je me suis mariée à 16 ans en juin 1942. Jimmy était un garçon adorable, et j'avais beacoup de tendresse pour lui. Je crois que sans imagination, j'aurais pu devenir la ménagère idéale, cuisinant pour mon mari et attendant précieusement son retour tous les soirs dans ma home sweet home. Mais Jimmy fut enrôlé et le léger désir d'enfant que je ressentais en moi s'évanouit comme un rêve brumeux effacé au petit matin. Après le départ de Jimmy, tout alla assez vite: l'usine, les sourires, les photos, les rendez-vous et l'envie en moi de continuer dans cette voie lumineuse du cinéma.

Je ne le nierai pas: j'ai eu des liaisons durant l'absence de Jimmy, mais il fallait rencontrer beaucoup de monde pour se faire connaître... Ils ont été quelques-uns, compagnons fugitifs, amants d'un soir, passion mensuelle... et naturellement, certains partirent en me laissant un souvenir d'eux caché dans les entrailles.

Je ne vous mentirai pas : je me suis fait avorter... plusieurs fois même ! Comment aurais-je pu mener à bien mes ambitions d'actrice avec un ventre gigantesque ? Comment aurais-je pu affronter mon époux et lui prétendre que l'enfant était le sien alors que nous n'avions pas partagé le même lit depuis des mois ? Comment aurais-je pu obtenir ne serait-ce qu'un seul rendez-vous dans l'enceinte de cet Hollywood puritain en me présentant comme mère-célibataire ? On m'aurait répudiée et marquée au fer rouge, bannie à jamais.

J'ai dû faire des choix, et ces décisions m'ont coûté beaucoup de larmes. Au seuil de mon existence, j'ai constamment pensé à ces enfants auxquels j'avais refusé la vie. Je les imaginais dans les yeux des autres enfants, je les entendais dans les rires des cours d'école... et je regardais ces mamans dont le corps avait donné la vie, quand mon ventre n'avait engendré que la mort.

À cette époque, Hollywood imposait son diktat sur la vie des actrices, et il était formellement conseillé à une jeune comédienne promise au succès de ne pas se marier sans l'accord du studio et de ne pas «se trouver dans une position incommodante pour sa carrière»... Ce discours me fut tenu à moi comme aux autres... et je m'y suis pliée pendant des années. `Q Hollywood, Puissance et Gloire sont des mots d'ordre pour lesquels il est possible de commettre les crimes les plus vils.

Mais j'ai vieilli, j'ai rencontré des hommes, j'ai épousé ces hommes, et, eux, voulaient des enfants de moi. Je suis tombée enceinte plusieurs fois, mais mon corps, sans doute déjà putréfié par les abus de médicaments et d'alcool, a été incapable de garder convenablement les bébés.

Les faiseuses d'anges de ma jeunesse ont alors laissé place à de grands médecins qui examinent avec soin le corps de Marilyn, dans des cliniques privées de Los Angeles ou de New York. «Allons, Miss MONROE, ce n'est pas grave, vous en aurez d'autres ! Ne pleurez pas !»

Savent-ils qu'on m'a déjà répété cette phrase au moins une dizaine de fois ? Savent-ils qu'aujourd'hui, plus que jamais je veux un enfant ? Savent-ils que ma carrière d'actrice est bientôt terminée, et que je n'ai plus que quelques années pour entamer décemment celle de mère? Savent-ils que je veux élever mes enfants comme jamais je n'ai été élevée ?

Savent-ils que j'ai honte ?

Ma vie n'a finalement jamais fonctionné comme je l'attendais. Le corps encore innocent de Norma-Jeane s'était donné aux aiguilles sales des avorteurs clandestins, sans songer que, des années plus tard, une Marilyn prête à disparaître, prierait pour obtenir ce cadeau inespéré de l'existence qu'un corps usé lui refusera irrémédiablement.

Je n'ai jamais eu d'enfant, personne ne m'a jamais appelée «maman» et jamais un homme n'est devenu, grâce à moi, père". 
Marilyn
LE DRAME DE VIE DE MARILYN : N'AVOIR JAMAIS EU D'ENFANT ! / Elle n'a jamais pu avoir d'enfant, et pourtant elle désirait par dessus tout être maman. BONNE FETE A TOUTES LES MAMANS !

Tags : 1957 - March of dimes - 1953 - River of no return - 1952 - We're not married - Don't bother to knock - 1956 - Bus stop - Milton GREENE

Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW. 08/05/2017

Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.

Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.
Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.
Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.
Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.
Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.
Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.
Summer 1957 / (Part IV) Marilyn sur la plage d'Hampton beach, à Amagansett, lors de vacances avec MILLER, sous l'objectif du photographe Sam SHAW.

Tags : 1957 - Sam SHAW - Amagansett / Hampton beach - Effet personnel

A TOUTES ET A TOUS ! 01/05/2017

Tags : Sam SHAW - 1957

12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante. 14/04/2017

12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.
12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.
12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.
12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.
12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.
12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.
12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.
12 Mai 1957 / (Part VI) Marilyn donne le coup d’envoi d’un match de football opposant les Etats-Unis à Israël à "Ebbets Field" à  Brooklyn (New York). Elle arrive dans le stade en voiture, acclamée par la foule. Elle tape si fort dans la balle qu’elle se foule deux orteils. Cette blessure ne l’empêche pas de rester jusqu’à la fin du match et de remettre le trophée à l’équipe gagnante.

Tags : 1957 - Sam SHAW - "Ebbets Field"

10 Avril 1957 / Marilyn participe à une réunion préparatoire afin que la "Free Milk Fund for Babies" sponsorise la première mondiale de "The Prince and the showgirl" ; Marilyn rencontre Mrs HEARST, fondatrice et présidente de la fondation, et Mr Russell DOWNING, président du "Radio City Hall", où se tiendra la première le 13 juin. 06/04/2017

Tags : 1957 - Dons pour diverses Associations

1957 / Marilyn et MILLER se rendent dans un cinéma à New-York pour la sortie du film "The Prince and the showgirl". 30/03/2017

Tags : 1957 - Sortie film "The Prince and the showgirl"