3 tagged articles Buddy ADLER

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !
DES PHOTOS PAR MILLIERS, AUCUNE EN DOUBLE...
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1956 / On the set of "Bus stop". 02/01/2017

1956 / On the set of "Bus stop".
1956 / On the set of "Bus stop".
1956 / On the set of "Bus stop".
1956 / On the set of "Bus stop".
1956 / On the set of "Bus stop".
1956 / On the set of "Bus stop".
1956 / On the set of "Bus stop".
1956 / On the set of "Bus stop".

Tags : 1956 - Bus stop - Milton GREENE - Gladys RASMUSSEN - Buddy ADLER

1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur. 29/04/2016

1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.
1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.
1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.
1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.
1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.
1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.
1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.
1956 / INSTANTANES DU TOURNAGE DU FILM "BUS STOP" / Marilyn lors du tournage du film "Bus stop", aux côtés entre autres d'Eileen ECKHART, partenaire dans le film, de Buddy ADLER le Producteur ou encore de Milton GREENE le photographe ; Vingt-cinquième film de Marilyn, "Arrêt d’autobus" n’a pas forcément la cote. Alors qu’elle est déjà une star en 1956 (elle a déjà tourné "Les Hommes préfèrent les blondes" ou encore "Rivière sans retour"), "Arrêt d’autobus" n’est pas l’un des titres les plus célèbres de la filmographie de l’actrice, et a longtemps bénéficié d’une mauvaise réputation alors qu’il fut nommé pour plusieurs prix à l’époque (notamment des prix d’interprétation pour Don MURRAY). Evidemment, "Arrêt d’autobus" n’est pas le meilleur film de l’actrice. Il n’est ni le plus drôle, ni le plus finement réalisé. Malgré quelques beaux films (dont "Picnic" et "Sayonara"), Joshua LOGAN n’est pas le réalisateur le plus inventif ou le plus raffiné d’Hollywood. Pourtant "Arrêt d’autobus" ne mérite pas le fiel déversé contre lui. « Petit film », il est typique des années 50 américaines dans leur capacité à insuffler un fond intelligent à un délire farcesque réjouissant, tout en conservant bien sûr un happy-end aussi niais que désespérément moralisateur.

Tags : 1956 - Bus stop - Buddy ADLER - Milton GREENE

1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956. 05/04/2016

1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.
1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.
1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.
1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.
1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.
1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.
1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.
1956-60 / Marilyn en compagnie de Buddy ADLER (notamment sur le tournage du film "Bus stop", lors de la visite de Nikita KHROUCHTCHEV en 1959 ou encore lors de la conférence de presse organisée par la Fox afin de présenter le film "Let's make love" à la presse, avec les acteurs du film), qui en 1956 devint chef de la production à la Fox en remplaçant Darryl ZANUCK à la tête du studio. Il y restera jusqu'à sa mort en 1960. Il commença sa carrière en écrivant des articles publicitaires pour l'entreprise de chaussures de son père. Il intégra le show-business quand la MGM l'engagea pour participer à l'écriture de scénarii. Durant cette période, dans les années 30 et 40, il écrivit les scripts de plusieurs courts-métrages. Après son service militaire dans les "US Signal Corps", il retourna à Hollywood et devint producteur à la Columbia, où il supervisa plusieurs projets dont "The Dark Past" (1948), "No Sad Songs for Me" (1950) et "From Here to Eternity" (Oscar du meilleur film en 1953). Nombre de ses films furent de gros succès commerciaux comme "Love is a Many Splendor Thing" (1955), "Anastasia" (1956) et "South Pacific" (1958), mais il produisit aussi le mélodrame " A Hatful of Rain" (1957), sans oublier "Bus stop" en 1956.

Tags : 1956 - Bus stop - Conférence presse MONTAND-SIGNORET - 1960 - 1959 - Nikita KHROUCHTCHEV - Buddy ADLER