35 tagged articles Cover

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie... 26/08/2015

1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...

1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...
1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...
1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...
1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...
1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...
1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...
1962 / Photos Lawrence SCHILLER, Marilyn lors de son dernier film inachevé "Something's got to give", pose en peignoir lors du tournage... A l'époque, c'est Elizabeth TAYLOR avec son film "Cléopâtre" qui vole un peu la vedette à Marilyn ; par conséquent, cette dernière décide, afin de "détrôner" Liz, de poser quasi nue, et s'octroie donc par grands renforts publicitaires, toutes les UNES de magazines, telle celle de "LIFE" notamment, et devient donc la STAR du moment dont on parle le plus au monde ; Marilyn a gagné, comme souvent, la partie...

Tags : 1962 - Something's got to give - Lawrence SCHILLER - Cover

1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe. 13/09/2015

1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.
1952 / Marilyn dans les studios de la Fox, département costumes, se préparant pour une session photos avec Philippe HALSMAN... Elle emprunte une robe blanche et fera la cover du magazine LIFE en Avril 1952 avec une photo de la session du photographe.

Tags : 1952 - Philippe HALSMAN - Cover

1952 / Jolies candides + cover de Marilyn lors du tournage du film "Niagara". 06/02/2016

1952 / Jolies candides + cover de Marilyn lors du tournage du film "Niagara".

1952 / Jolies candides + cover de Marilyn lors du tournage du film "Niagara".
1952 / Jolies candides + cover de Marilyn lors du tournage du film "Niagara".
1952 / Jolies candides + cover de Marilyn lors du tournage du film "Niagara".

Tags : 1952 - Niagara - Cover - Autograph

1960 / Rare cover française de Marilyn avec une photo candide prise lors du tournage du film "The misfits". 14/02/2016

Tags : 1960 - Cover - The misfits

22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta : une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal. Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février : elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS : Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic National Institute for the Protection of Children") à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film « El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays. 08/03/2016

22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.

22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.
22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.
22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.
22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.
22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.
22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.
22 Février 1962-3 Mars 1962 / (Part II) Marilyn en visite à Mexico : Lors de son séjour, Marilyn visita également Cuernavaca où elle se rendit chez l'actrice Merle OBERON et chez la jet-setteuse new-yorkaise Barbara HUTTON. Elle visita la "Byrna Art Gallery" où elle acheta 3 peintures. Elle fut  invitée à une soirée donnée en son honneur chez l'acteur, écrivain et réalisateur Emilio FERNANDEZ ROMO : celui-ci lui apprit à boire la téquila avec du sel et du citron. La musique fut jouée par des mariachis. Ce soir-là elle rencontra le scénariste mexicain José BOLANOS ; il deviendra son chevalier servant et l’accompagna aux quelques soirées données en son honneur au cours de la tournée au Mexique. Durant son séjour elle acheta :  une table basse en bois, 4 bancs en bois, une chaise en bois et cuir faite main, un coffre à charnières en cuivre et argent, des miroirs, des chaises, des maracas, des jetés de  lit, poteries, paniers, un chapeau de paille, un saladier ovale en cuivre, des colombes décoratives en argile et peintes à la main, des plats en verre bleu transparents, des verres à soda, 4 tentures murales de musiciens mexicains. Elle acheta aussi des carreaux décoratifs peints à la main : bleu, vert et doré pour sa cuisine ; à fleurs orange et or pour la salle de bains principale. Egalement une peinture d'une femme nue "Olga", un échiquier en bois de rose, argent et doré, un tapis en laine, une tapisserie murale "Chac-Mool", des fauteuils de salon sculptés main, un grand canapé rouge vif (qui n'arrivera que fin août), des chandeliers en cuivre achetés chez le fameux orfèvre William SPRATLING à Taxco ; une large armoire mexicaine. Dans un autre registre, elle obtient facilement des comprimés de Nembutal.  Pourtant, durant son séjour au Mexique, elle dormit  sans tranquillisants, ce qui ne lui était pas arrivé depuis une quinzaine d'années. Le jeudi 22 février :  elle annula sa visite à Acapulco et resta à Mexico pour faire du shopping. MARS :  Le jeudi 1er mars : elle visita une usine alimentaire ; puis, en compagnie d'Eva SAMANO, épouse du  Président Mexicain, l'Institut Catholique National pour la protection de l’enfant ("Catholic  National Institute for the Protection of Children")  à qui elle offrit 10 000 $. Patricia NEWCOMB l'accompagnait. Elle se rendit également sur le tournage du film «  El Angel Exterminador » de Luis BUNUEL. Le soir elle assista à une soirée donnée au night-club "Garibaldi Plaza" avec José BOLANOS. Elle projeta de revenir à Mexico le samedi 15 septembre, veille de la fête de l'indépendance du pays.

Tags : 1962 - Mexico - Effet personnel - Hôtel HILTON - Emilio PUCCI - Cover

2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65 - poids : 53kg - mensurations : 91-60-86 - taille de vêtements : 40 - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées ») - couleur des yeux : bleu - dents parfaites - sait un peu danser et chanter / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" : - Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite... 13/03/2016

2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...
2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...
2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...
2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...
2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...
2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...
2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...
2 Août 1945 / DES DEBUTS DE MODELE A L'AGENCE "Blue Book Models Agency" / Le 2 août 1945 Norma Jeane signa son contrat à la "Blue Book Models Agency" ; elle avait 19 ans et portait une robe blanche avec un empiècement orange et des chaussures en daim blanc. A cette époque, Emmeline SNIVELY avait environ vingt mannequins dans son agence. Beaucoup de filles voulaient devenir vedettes de cinéma car les mannequins n'étaient pas bien rémunérées à Los Angeles. Leur but était d'aller travailler à New York, ou de décrocher un contrat pour un film. / Dossier de Norma Jeane : - taille : 1m65       - poids : 53kg       - mensurations : 91-60-86       - taille de vêtements : 40       - couleur des cheveux : blond moyen (« trop bouclés et indisciplinés, décoloration et permanente conseillées »)       - couleur des yeux : bleu       - dents parfaites       - sait un peu danser et chanter  / Norma Jeane donna 25 $ pour avoir sa photo dans le catalogue de l'agence. Elle suivit assidûment des cours de maquillage et de soins de beauté avec Maria SMITH, de mode avec Mrs Gavin BEARDSLEY et de maintien avec Miss SNIVELY. Les cours coûtaient 100 $ ; le premier versement fut déduit de son premier salaire : elle travailla comme hôtesse d'accueil, le 2 septembre 1945, lors d'une foire industrielle ("California Industrial Exhibition") pour la "Holga  Steel Company" au "Pan Pacific Auditorium" (7600 Beverly Boulevard) ; elle travailla dix jours pour 100 $. Puis elle fit deux jours de pose pour le catalogue de vêtements de Montgomery WARD et défila pour le "Hollywood Fashion Show". On l'envoya chez des rédacteurs de mode pour faire des couvertures de magazines et agences de pub ; en l'espace de six mois, (en 1946) elle fit la couverture des magazines "Peek", "See", "US camera", "Parade", "Foto", "Glamorous models", "Personal romances", "Pageant", "Laff" :  -  Après ce succès excessif, les offres se tarirent pendant les six mois suivants; on craignait tout simplement de l'avoir trop vue. En 1946 Emmeline SNIVELY la mit en contact avec son amie Helen AINSWORTH. On connaît la suite...

Tags : 1945 - Blue Book Models Agency - Autograph - David CONOVER - Joseph JASGUR - 1946 - Cover

22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "- Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée). 09/04/2016

22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).

22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).
22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).
22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).
22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).
22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).
22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).
22 Février 1962 / (Part III) Marilyn lors de son séjour au Mexique, donne une conférence de presse dans un des salons de l"Hotel Hilton" ; des dizaines de photographes l'attendent, le champagne coulant à flot ; ce jour là une photo créera la polémique (dernière photo) en montrant Marilyn nue sous sa robe prouvant ses dires au monde entier lorsqu'elle répliqua lors d'une précédente interview : "-  Je porte rarement des sous-vêtements car j'aime à me sentir libre de mes mouvements". La preuve en est faite ! (Marilyn lors de l'évènement porte une robe vert pomme de chez PUCCI dans laquelle, quelques mois plus tard, elle sera inhumée).

Tags : 1962 - Mexico - Hôtel HILTON - Emilio PUCCI - Cover

14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!! Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua. Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant. Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde ! Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn. 29/04/2016

14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.

14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.

Tags : 1954 - Joe DiMAGGIO - Mariage DiMAGGIO - Effet personnel - Cover

1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR. 16/05/2016

1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.

1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.
1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.
1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.
1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.
1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.
1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.
1er Janvier 1953 / Marilyn et Joe sont conviés à la soirée "Cinerama Party" au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel". De nombreuses personnalités sont conviées, notamment le partenaire de Marilyn dans le film "There's no business like show business", Donald O'CONNOR.

Tags : 1953 - Cinerama party - Effet personnel - Cover - Donald O'CONNOR

1952 / Rare cover d'un magazine sorti en 1952 avec une photo de Norma Jeane. 21/05/2016

Tags : 1952 - Cover