4 tagged articles Mariage DiMAGGIO

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ? 30/04/2017

MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?
MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?
MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?
MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?
MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?
MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?
MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?
MARILYN & JOE / Un second mariage avec le champion ?

LA DERNIÈRE LETTRE DE MARILYN POUR SON EX-MARI JOE DIMAGGIO (1962)
 
Cette lettre a été retrouvée chez Marilyn, à Brentwood, le lendemain de sa mort. Elle est adressée à Joe DiMAGGIO, son ex-mari qui est toujours resté trés proche de Marilyn. Des rumeurs disent qu'un remariage entre eux était prévu. Il n'a jamais eu lieu, Marilyn etant décédée avant.
"Cher Joe,
Si jamais je parviens à te rendre heureux, alors j'aurais réussi à accomplir la chose la plus difficile à faire en ce monde, c'est-à-dire rendre quelqu'un totalement heureux. Ton bonheur fait mon bonheur."





Tags : 1954 - Japon - Joe DiMAGGIO - Mariage DiMAGGIO - Effet personnel - 1953 - John VACHON - River of no return - Fairmont Banff Springs Hotel - Press conference "Imperial Hotel" Japon

1952-62 / MARILYN et JOE 03/06/2016

1952-62 / MARILYN et JOE
1952-62 / MARILYN et JOE
1952-62 / MARILYN et JOE
1952-62 / MARILYN et JOE
1952-62 / MARILYN et JOE
1952-62 / MARILYN et JOE
1952-62 / MARILYN et JOE
1952-62 / MARILYN et JOE


Le rendez-vous eut lieu en mars 1952, dans le restaurant italien "Villa Nova" (, sur Sunset Boulevard à Los Angeles.
A cette époque elle était une star de 25 ans, sur le point de faire une grande carrière. Il avait été célèbre pendant plus de 15 ans, et à ce titre, se méfiait des opportunistes.
Il appela Marilyn tous les jours après leur premier rendez-vous, et Marilyn accepta de ressortir avec lui. Ils devinrent bientôt le couple le plus célèbre, dont le roman d'amour fut alimenté par les paparazzi qui les traquaient.
 Il rendit visite à Marilyn pour le dernier jour de tournage de "Monkey business"(1952)  
Elle allait souvent à New York afin d'y passer le week-end avec Joe, qui présentait une émission de télévision.
Ils allaient ensemble dans les endroits préférés de Joe,  le "Toots Shor's" et le "Stork Club", et assistaient à des matchs de base-ball.
 Juin 1952 : Marilyn passa par New York avant de rejoindre le tournage de "Niagara" au Canada, et passa du temps avec Joe.
 Quatre mois après leur rencontre, Joe présenta Marilyn à sa famille, à San Francisco. Elle fut probablement sensible à l'atmosphère familiale chaleureuse qui régnait chez les DiMAGGIO, mais comprit également ce qu'on attendait d'elle en tant qu'épouse.
Ils passèrent Noël 1952 ensemble, chez Marilyn, à Doheny drive.
Joe n'appréciait que moyennement l'idée que sa future femme fût l'objet de tous les regards et de tous les fantasmes partout dans le pays.
Au moment où Joe quittait une longue carrière d'homme public, elle s'engageait sur le chemin d'une gloire qu'elle avait tant souhaitée et dont elle était fière. Il était probablement conscient qu'une relation avec Marilyn serait délicate.
Tout en lui faisant la cour, DiMAGGIO était dévoré par la jalousie qui mettrait fin plus tard à leur mariage.
 Le 1er janvier 1953, ils assistèrent à une soirée donnée pour célébrer le cinémascope au "Cocoanut Grove" de "L'Ambassador Hotel" de Los Angeles. 
En 1953, ils assistèrent à la première de la pièce "Call me madam".
Il évita les apparitions en public : il fut absent le 9 février 1953 quand Marilyn reçut le prix de « L'étoile montée le plus vite dans le ciel d'Hollywood en 1952 » et ce fut, cette même année Betty GRABLE qui l'accompagna à la première de "Gentlemen prefer blondes".
Il acceptait volontiers de l'escorter quand elle s'habillait avec élégance, mais disparaissait de la scène quand des photos sexy de Marilyn inondaient la presse nationale.
Le 30 mai 1953, son frère Mike (Michaël) se noya en tombant de son bateau de pêche dans la baie de Bodega.
Le 26 juin 1953 : le jour où Marilyn laissa ses empreintes devant le "Grauman's chinese theater", DiMAGGIO ne l'accompagna pas, mais la rejoignit  plus tard au restaurant "Chasen's".
Entre le 11 et le 20 juillet 1953, ils passèrent quelques jours à Puerto Peñasco au Mexique.
Août 1953 : il s'envola pour le Canada avec son ami George SOLOTAIRE pour retrouver Marilyn sur le tournage de "River of no return", alors qu'elle s'est blessée à la jambe.
En dépit des éclats qui précédèrent leur mariage, Marilyn estima que l'amour et la loyauté de Joe l'emportaient sur sa jalousie. A ses yeux il était son protecteur, son conseiller, son allié contre l'égocentrisme et l'intransigeance hollywoodiens, il était son « batteur », son « Giuseppe » admiré de tous, adoré par une famille unie et celui qui se tenait résolument à ses côtés.
Elle confia à des amis que son meilleur Noël fut celui de 1952, quand Joe lui fit la surprise de l'attendre, alors qu'il devait passer les fêtes en famille. Il avait décoré sa suite du "Beverly Hills Hotel" avec un sapin et préparé du champagne pour son retour de la fête donnée au studio.
Il fut également le premier qui poussa Marilyn à revoir ses appointements, qui, bien qu'elle fût au sommet de l'affiche, n'avaient pas bougé depuis ses débuts à la FOX, en 1951.
Elle se mit à refuser des projets, comme « Pink tights » qu'elle devait tourner tout de suite après « River of no return ». Elle ne se présenta pas sur le tournage le premier jour, et une semaine plus tard prit l'avion pour San Francisco pour passer les fêtes de fin d'année avec Joe et sa famille.
Le 11 octobre 1953, ils assistèrent à un match de base-ball. 
Le 13 décembre 1953, soirée chez Bob HOPE. 
Le 12 janvier 1954, ils fêtèrent l'anniversaire de Tom DiMAGGIO.
Le 14 janvier 1954 ils se marièrent de façon impromptue à l'hôtel de ville de San Francisco (Polk Street).                 
Joe voulait épouser Marilyn religieusement, mais l'archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son divorce avec Dorothy ARNOLDS, sa première épouse. Il n'y eut donc qu'un mariage civil.
Ils y pensaient bien sûr depuis un certain temps, mais ne prirent la décision que deux jours avant. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio qu'une heure avant la cérémonie. Malgré cela plus de cent journalistes et reporters envahirent l'entrée et les couloirs de l'hôtel de ville.
Elle n'avait pas d'invités personnels; seule la famille et les amis de Joe assistaient à la cérémonie, célébrée par l'officier municipal, le juge Charles S.PERRY.
La cérémonie débuta à 13h48 et se termina trois minutes plus tard.
Le témoin de Joe était Reno BARSOCCHINI ; les autres invités étaient Jean et Lefty O'DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee.
A la sortie de la mairie, ils furent assaillis pas les journalistes puis ils sautèrent dans
la Cadillac bleu nuit de Joe en route pour leur lune de miel : une nuit au "Clifton Motel", à Paso Robles, puis deux semaines dans une maison cachée dans la montagne (la maison de l'avocat de Marilyn, Lloyd WRIGHT), en dehors d'Idyllwild, près de Palm Springs.
La vie fut aussi difficile qu'avant le mariage, bien que tous deux étaient prêts à des concessions mutuelles.
Joe était très méticuleux, aussi bien chez lui que dans ses affaires; Marilyn était exactement le contraire. Il préférait la vie calme  à San Francisco, elle avait besoin de Los Angeles ; il était taciturne et réservé, elle était impulsive et sujette aux éclats ; il aimait passer son temps avec sa famille et ses amis ou passer une soirée à regarder la télévision, elle, qui avait abandonné les soirées hollywoodiennes, souhaitait des satisfactions plus intellectuelles.
Pour la première fois de sa vie elle essayait de transmettre ses connaissances et ses penchants littéraires. Elle essaya d'intéresser Joe aux livres, de St EXUPERY à Mickey SPILLANE, en passant par Jules VERNE, mais il ne se laissa pas détourner de son principal intérêt, la télévision.
Le 29 janvier 1954, ils se rendirent au "Federal Building" de San Francisco, pour chercher leurs passeports, en vue de leur voyage en Asie : Marilyn étant temporairement exclue des studios, ils partirent au Japon (voyage organisé par le journal "Yomiuri Shimbun") où ils furent pourchassés par la presse et assaillis par le foule, d'abord à Honolulu, puis à leur arrivée à Tokyo le 2 février 1954.
La tournée était organisée en l'honneur de Joe (pour fêter le début de la saison de base-ball). Mais l'hystérie collective qui était centrée sur Marilyn, continua à l'hôtel ; tout le monde voulait voir Marilyn, si bien que le couple décida de ne se montrer que pour les sorties officielles.
Le 4 février, soirée donnée à "l'Imperial Hotel", organisée par le journal japonais "Yomiuri" :
Ils visitèrent le mont Fuji, Osaka et Yokohama.
Les choses se gâtèrent quand Marilyn accepta une invitation en Corée pour rendre visite aux troupes américaines. Joe ne voulait pas qu'elle parte.
Ce fut le général John E.HULL qui commandait l'armée en Asie, qui envoya à Marilyn une invitation pour une tournée parmi les troupes américaines en Corée, qui représentait plus de 10 000 hommes.
Elle s'envola avec Jean O'DOUL (le femme de Frank « Lefty » O'Doul, l'ami de Joe) et Walter BOUILLET (l'officier chargé des divertissements de l'armée)  pour une tournée de quatre jours et dix représentations.
Elle conquit les troupes dans une robe violette à paillettes, courte et moulante.
Elle chanta « Diamonds are a girl's best friend »,  « Bye, bye, baby », « Somebody loves me » et « Do it again » (atténué en « Kiss me again » pour éviter de surexciter un public déjà très enthousiaste). Elle fut accueillie partout très chaleureusement.
Elle s'en souviendra plus tard comme de l'expérience la plus heureuse et la plus insouciante de sa vie.
Au moment de leur retour en Californie, leur couple traversait de graves difficultés ; Joe refusa de l'accompagner à la remise des prix de "Photoplay". Elle se fit alors escorter par Sidney SKOLSKY.
De retour à Los Angeles elle régla ses différends avec les studios, et retourna travailler.
Ils étaient installés sur North Palm Drive. Comme Joe préférait vivre à San Francisco, elle passa les mois d'avril et mai 1954 dans la maison des DiMAGGIO, sur Beach Street. 
Elle appréciait la vie de famille et les promenades sur le « Yankee Clipper », le yacht de Joe ; mais on rapporta que le tempérament de Joe prenait souvent le dessus et qu'il était violent. Il poursuivait ses efforts pour empêcher Marilyn d'apparaître en public.
Août 1954 : le costume extrêmement réduit et la chorégraphie finale du débridé « Heat wave » dans "There's no business like show business" le mirent tellement en colère, qu'il quitta le plateau en fulminant de jalousie et de rage. Malgré ses protestations la scène fut conservée.
Il trouva bientôt un nouveau motif de se montrer jaloux, car le bruit courait que Marilyn avait une liaison avec Hal SCHAEFER, son directeur musical.
Début septembre 1954, ils se retrouvent à New York où Marilyn doit débuter le tournage de « The seven year itch ». Le 12 septembre 1954, ils dînèrent au "El Morocco".
Le 13 septembre 1954, ils assistent à une représentation de « Teahouse of the august moon » à New York puis se rendirent au "Stork Club".
Joe assista au tournage de "The seven year itch", à New York.
Le tournant décisif eut lieu le jour où le journaliste Walter WINCHELL persuada Joe de se joindre à la foule de plusieurs centaines de curieux qui attendaient pendant des heures, au coin d'une rue de New York, pour voir enfin la jupe plissée de Marilyn s'envoler en dévoilant ses jambes, au dessus d'une bouche de métro. Joe devint fou de rage et  rentra immédiatement à l'hôtel. Au retour de Marilyn, ils eurent une violente altercation.
Ils rentrèrent à Los Angeles le 16 septembre. 
Joe retourna rapidement à New York pour ses émissions télévisées, « World Series ».
Quand il rentra le 2 octobre, Marilyn lui annonça qu'elle mettait fin à huit mois et treize jours de vie commune, et qu'elle avait contacté son avocat pour engager la procédure de divorce.
Le 4 octobre 1954 Harry BRAND, l'agent de publicité de la FOX, annonça que le couple allait se séparer à l'amiable.
La maison de North Palm Drive fut assiégée par les photographes et les journalistes. Marilyn se trouvait avec son médecin, Leon KROHN et son avocat Jerry GIESLER, Joe regardait la télévision au sous-sol.
Il partit à 22h avec son ami Reno BARSOCCKINI. Depuis sa voiture il déclara aux journalistes qu'il quittait Los Angeles et qu'il n'y remettrait plus jamais les pieds.
Le 6 octobre 1954 : Marilyn et Jerry GIESLER annoncèrent à la presse, devant la maison de Marilyn et DiMAGGIO à Beverly Hills, qu'une procédure de divorce était engagée.
Joe quitta la maison quelque temps après : Il ne considéra pas l'engagement de la procédure de divorce comme la fin de leur relation ; il pensait qu'il pouvait regagner Marilyn et qu'elle subissait simplement de mauvaises influences. La veille de la première convocation officielle, préalable au divorce, il fit une dernière tentative, appela Sidney SKOLSKY à la rescousse et essaya de persuader Marilyn de changer d'avis. Mais elle n'en fit rien.
Le 7 octobre 1954, Joe donna une conférence de presse à San Francisco. 
Le 27 octobre 1954 Marilyn comparut devant le juge Orlando H. RHODES.
Elle dira au juge : « Votre Honneur, mon mari était parfois d'une humeur si noire qu'il restait sans m'adresser la parole pendant cinq jours, même sept jours de suite. Encore plus même quelquefois. Je lui demandais : qu'est-ce qui ne va pas ?  Pas de réponse. Il m'interdisait de recevoir des visites ; en neuf mois je n'ai reçu que trois fois des amis. La plupart du temps, il ne me témoignait que froideur et indifférence ».
Joe se tint à l'écart des débats. Marilyn obtient un divorce provisoire pour les raisons officielles suivantes :
« Depuis le début de leur mariage, l'accusé a témoigné envers la plaignante d'une grande cruauté mentale, provoquant ainsi de graves souffrances psychiques, et une grande angoisse, tous actes et comportements de la part de l'accusé ne pouvant être imputés à la plaignante, l'accusé est donc coupable d'avoir provoqué la détresse mentale de la plaignante, ses souffrances et son angoisse. ».
Moins de deux semaines après cette première audience, Joe pensa que les détectives privés (Philip IRWIN et Braney RUDITSKY) qu'il avait embauchés pour espionner Marilyn avaient découvert des choses intéressantes. Ils avaient suivi Marilyn plusieurs fois à la même adresse, au 8122 Waring Avenue, l'appartement de Sheila STUART, élève et amie d'Hal SCHAEFER.
Fou de jalousie, Joe, ses détectives, Frank SINATRA (qui nia plus tard sa présence) et quelques uns de ses copains musclés, entrèrent de force dans l'appartement pour surprendre Marilyn en flagrant délit et donner une leçon à son amant, mais ils forcèrent la mauvaise porte. Cette histoire est restée dans les mémoires comme le "raid sur la mauvaise porte" et une plainte fut déposée par la propriétaire de l'appartement.
Mais malgré des mois de tension importante et un divorce, Marilyn et Joe continuaient à se voir.
Il lui rendit visite le 8 novembre 1954 lorsqu'elle fut hospitalisée au "Cedars of Lebanon Hospital".
On pense qu'il passa une nuit avec elle à son hôtel à Noël 1954 et qu'il  fut l'un des rares à savoir qu'elle avait quitté Hollywood. Pendant  les mois qui suivirent il ne s'éloigna pas d'elle.
En janvier 1955, il vint la chercher à l'hôtel où elle séjournait avec Milton GREENE, à Boston, pour passer cinq jours chez son frère, à Wellesley, Massachusetts.
Le 25 janvier 1955, Marilyn retrouve DiMAGGIO à Boston, où ils dînèrent avec le frère de Joe, Dominic et son épouse Emily : Elle lui demandait régulièrement conseil, l'écoutait et suivait ses directives, notamment quand il lui conseilla de renégocier son contrat avec la Fox.
Fin janvier 1955 : il apprit son élection au "Base-ball Hall of Fame".
Le 26 février 1955, anniversaire de Jackie GLEASON au "Toot's Shor".
Le 1er juin 1955 il l'accompagna à la première de « The seven year itch ».
Il donna ensuite une soirée au "Toots Shor's", en son honneur, qui fut un échec, car une colère de Marilyn gâcha la soirée.
Le 31 octobre 1955 : le juge Elmer DOYLE prononça le jugement définitif de divorce, en faveur de Marilyn, pour le motif de cruauté mentale (incompatibilité d'humeur dans le Code Civil français).
Après le divorce, Joe continua à travailler pour ses émissions de télévision, à entraîner les Yankees de New York pendant l'hiver puis trouva un emploi comme vice-président d'une société de fournitures pour l'armée, "Valmore.H. Monette Corporation".
Il touchait un salaire annuel de 100 000 $. Son travail consistait à servir d'ambassadeur pour la compagnie, à visiter les bases militaires à travers le monde et à présider les rencontres de base-ball.
Il ne se remaria jamais ; mais il eut, en 1957, une liaison sérieuse avec Marian McKNIGHT, Miss America 1957. Marilyn et Joe ne se rencontrèrent plus par la suite, mais restèrent en contact. Il était présent quand elle eut besoin d'aide.
En 1961, elle l'appela dans un état de grande détresse, depuis le service de psychiatrie du "Payne Whitney Hospital", à New York, où Marianne KRIS l'avait fait interner pour cure de repos.
Il prit l'avion depuis la Floride et demanda qu'on la fasse sortir de la section psychiatrique. Marilyn fut ramenée par Ralph ROBERTS à son appartement, où Joe l'attendait.
Il la fit transporter au "Columbia Presbyterian Hospital" où elle resta du 10 février au 5 mars 1961.
Il resta avec elle tous les jours.
En mars 1961 il l'emmena au camp d'entraînement des Yankees, puis dans la station balnéaire de Redington Beach, Floride, pour qu'elle se repose. Retour à New York, le 2 avril 1961.  
11 avril 1961, match des New York Yankees contre les Minnesota Twins au Yankee Stadium de New York. 
28 juin 1961, Marilyn fut hospitalisée au "Polyclinic Hospital" de New York, et Joe l'accompagna. 
Il fut également présent après son divorce d'avec Arthur MILLER et l'aida à mettre de l'ordre dans ses affaires.
Après son retour à Los Angeles, ils passèrent Noël 1961 et le nouvel an ensemble, dans l'appartement de Marilyn de North Doheny Drive.
Comme en 1953, il arriva avec du champagne, du caviar et un sapin de Noël. Quand il n'était pas à l'étranger pour raisons professionnelles, il allait la voir à Los Angeles.
Il l'aida aussi, début 1962, à s'installer dans sa maison de Fifth Helena Drive.
En 1961 ils se virent au moins une fois en juin et deux fois en juillet, soit pour un dîner intime chez Marilyn, soit pour faire des courses ou du vélo.
Selon Donald SPOTO, ils se rencontrèrent aussi secrètement fin juillet au "Cal Neva Lodge", car ils échafaudaient des plans de remariage.
A cette époque elle avait commandé une robe chez Jean Louis, destinée selon Donald SPOTO, à ce mariage.
Le 21 février 1962, DiMAGGIO accompagne Marilyn à l'aéroport de Miami, d'où elle partit pour le Mexique.
Le 1er août 1962 : il démissionna de son poste de vice-président de la "Valmore Monette".
Il fut prévenu de la mort de Marilyn par Milton RUDIN, alors qu'il se trouvait à San Francisco. Il prit un vol United Airlines et arriva à Los Angeles le lundi 6 août. Il logea suite 1035 du Fairmont Miramar Hotel.
Le lendemain de sa mort, on découvrit, pliée dans son carnet d'adresses, l'ébauche d'une lettre destinée à Joe :
« Cher Joe,
Si seulement je pouvais réussir à te rendre heureux, j'aurais accompli la chose la plus belle et la plus difficile au monde : rendre une personne parfaitement heureuse. Ton bonheur, c'est mon bonheur, et ... ». Il s'occupa de ses funérailles, envoya les faire-part, organisa la cérémonie et demanda à la demi-soeur de Marilyn, Berniece MIRACLE, de l'aider. Il veilla le corps de Marilyn, la veille de l'enterrement au "Westwood Village Mortuary".
Les funérailles, le 8 août 1962.  
Après les obsèques, il donna la consigne à un fleuriste, "Parisian Florists", de déposer pendant vingt ans une rose rouge à longue tige sur la tombe de Marilyn deux fois par semaine. Il lui en avait fait la promesse le jour de leur mariage, en témoignage de sa fidélité. Au bout de vingt ans, Joe fit un don à une oeuvre caritative pour enfants, en souvenir de Marilyn, car il pensait qu'elle serait heureuse s'il honorait sa mémoire de cette manière.
Il garda toujours un silence respectueux sur sa vie commune avec Marilyn ; il est le seul à ne pas avoir écrit un livre sur elle, bien que des rumeurs aient circulé périodiquement, selon lesquelles il en rédigeait bien un, mais qu'il n'en souhaitait la publication que 50 ans après sa mort.

Tags : Joe DiMAGGIO - Effet personnel - Japon - Floride - Restaurant "El Morocco" - Redington beach - Press conference "Imperial Hotel" Japon - Emilio PUCCI - Stork Club - 1961 - 1954 - Escale Honolulu - Corée - Mariage DiMAGGIO

14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!! Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua. Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant. Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde ! Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn. 29/04/2016

14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.

14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.
14 Janvier 1954 / LE MARIAGE DE L'ANNEE / (PART II) Marilyn et Joe DiMAGGIO se disent oui à l’hôtel de ville de San Francisco. La cérémonie est brève. Des centaines de personnes dont beaucoup de journalistes les attendent. Le mariage d’une légende du base-ball et de la plus célèbre star de cinéma, c’est du scoop !!!  Cela fait deux ans maintenant que Joe DiMAGGIO fait la cour à Marilyn. C’est lui qui est à l’origine de leur rencontre. Selon la légende Joe apercevant une photo de Marilyn en compagnie de deux joueurs des "Chicago White Sox", Joe DOBSON et Gus ZENIAL, voulut la rencontrer (voir article sur le blog). Marilyn hésita puis accepta. Joe fit une cour assidue à Marilyn qui ne tomba pas facilement amoureuse de lui mais elle craqua. Quand ils se rencontrèrent Joe prenait sa retraite après une carrière exemplaire telle qu’aujourd’hui encore il est l’une des plus grandes figures du base-ball ! Marilyn est aux portes de la gloire. Il a 37 ans, elle en a 25. Joe n’aimait pas l’univers d’Hollywood et encore moins que sa petite amie s’exhibe aux regards des autres. Marilyn, avant de rencontrer Joe, n’avait jamais assisté à un match de base-ball (impensable lorsque l’on pense que ce sport est le sport national). Elle se fait même une idée très précise du sportif de haut niveau : cheveux gominés, couleurs criardes, grande gueule. Joe est bien loin de cette image, elle fut très surprise, cela l’intrigua.  Malgré un amour très fort envers Marilyn, Joe n’aimait pas l’accompagner dans ses sorties mondaines hollywoodiennes, il est donc très rare de voir Marilyn à son bras mais parfois il est là comme à cette première de « Sept ans de réflexion »… en juin 1955 (voir article sur le blog). Ils n’étaient alors plus mariés. Joe sera aussi présent sur le tournage de « River of no return » au mois d’août lorsque Marilyn se blessa lors du tournage en extérieur au Canada (voir article sur le blog). Il accourut. C’est à ce moment là qu’un photographe du nom de John VACHON qui réalise un reportage pour "Look magazine" sur Marilyn, réussit à faire poser les deux amoureux pour la seule et unique fois dans leur relation amoureuse ! Ils semblent très complices, c’est très touchant.  Mais Joe n’accompagne pas Marilyn pour la Première de « How to marry a millionaire » en novembre (voir article sur le blog). Pourtant ce soir là c’est vraiment sa soirée, elle reconnut qu’avant cette première elle n’avait pas pris conscience qu’elle était désormais une star. Sous l’impulsion de Joe, Marilyn prend vraiment conscience que la Fox la sous paie et surtout la sous emploi. Elle commence à vouloir lire les scénarios avant d’accepter de tourner. Cette demande est rejetée par la Fox. A l’époque ce genre de choses ne se fait pas même pour une star. Mais les studios finissent par dire oui. Après avoir lu le scénario de « La diablesse en collants roses » (the girl in pink tights), les peurs de Marilyn se confirment, elle refuse de tourner. Pour échapper à la Fox, elle s’envole pour San Francisco afin de passer les fêtes de fin d’année 1953 avec la famille de Joe. Marilyn était très futée et qu’importe ce que certains penseront, moi je reste persuadée qu’elle a dit « oui » à Joe parce qu’elle savait l’impact médiatique que cela aurait. Elle connaissait la popularité de Joe auprès du public, elle savait que ceux qui avaient fait d’elle une star n’étaient pas les Studios mais bel et bien Monsieur et Madame tout le monde !  Alors nous voilà ce fameux 14 janvier 1954 à l’hôtel de ville de San Francisco pour une cérémonie civile soit disant secrète puisque décidée dans l’urgence mais Marilyn téléphona à son agent (comme elle lui avait promis si cela arrivait) qui contacta aussitôt la presse. Joe ne semble pas si mécontent que ça de la présence de la presse, il est sur son petit nuage ! Marilyn… reste Marilyn.

Tags : 1954 - Joe DiMAGGIO - Mariage DiMAGGIO - Effet personnel - Cover

14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS. Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision. 26/01/2016

14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.
14 Janvier 1954 / Marilyn épousa Joe DiMAGGIO à l’hôtel de ville de San Francisco. Ils souhaitaient un mariage aussi discret que possible, et Marilyn ne prévint le studio, par le biais d'Harry BRAND, chef de publicité de la Fox, qu’une heure avant la cérémonie. Malgré cela, plus de cent journalistes et reporters envahirent l’entrée et le couloir de l’hôtel de ville. Joe voulait l’épouser religieusement, mais l’archevêque de San Francisco, John MITTY, refusa de reconnaître la validité de son  divorce d’avec son ex-épouse, Dorothy ARNOLDS.  Il n’y eut donc qu’un mariage civil, célébré par l’officier municipal, le juge Charles S. PERRY. La cérémonie débuta à 13 h 48 et se termina trois minutes plus tard. Marilyn n’eut pas d’invité personnel ; seuls la famille et les amis de Joe (Jean et Lefty O’DOUL, Tom DiMAGGIO et sa femme Lee, et George SOLOTAIRE) assistèrent à la cérémonie. Le témoin de Joe fut Reno BARSOCCHINI. Sur le registre, Joe inscrivit son âge (trente-neuf ans) et signa ; Marilyn donna son nom légal, Norma Jeane MORTENSEN DOUGHERTY, mais se rajeunit de trois ans et nota qu'elle avait vingt-cinq ans. Elle portait un tailleur en drap brun fonce avec un col en hermine et tenait dans sa main trois orchidées. A leur sortie de l'hôtel de ville, ils furent assaillis par une foule de deux cents photographes et journalistes, et trois cents fans ; ils sautèrent dans le Cadillac bleu nuit de Joe (immatriculée Joe D) et passèrent leur premier jour de lune de miel au  "Clifton Motel", à Paso Robles (Californie). Le lendemain Marilyn appela son avocat, Lloyd WRIGHT pour avoir des nouvelles et ses messages ; en guise de compliment pour ce mariage, la Fox l'avait réintégrée dans son statut d’actrice maison. Darryl ZANUCK n'eut pas d'autre choix que de lever sa suspension. Dans le cas contraire, la presse et le public ne le lui auraient pas pardonné. On allait à nouveau la payer et on la priait respectueusement de revenir le 20 janvier (au plus tard le 25 janvier) sur la plateau de « Pink tights » pour les premières répétitions. Mais Joe ne l’entendait pas de cette oreille : jamais sa femme n’apparaîtrait dans un film à moitié déshabillée où elle devait camper une créature de petite vertu. Même si elle n’en avait pas fait le serment en se mariant, Marilyn obéit. Joe et Marilyn passèrent les deux semaines suivantes dans une maison en dehors d’Idyllwild, près de Palm Springs, dans la maison appartenant à Lloyd WRIGHT, l’avocat de Marilyn. Palm Springs était une station touristique située dans le désert, lieu d’escapade favori des grands pontes d’Hollywood. Ils devaient y rester dix jours, après quoi, Joe devait retourner à New York afin de s'acquitter d'un engagement pour la télévision.

Tags : 1954 - Mariage DiMAGGIO - Joe DiMAGGIO