43 tagged articles Gentlemen prefer blondes

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA. 07/11/2017

1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.

1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.
1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.
1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.
1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.
1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.
1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.
1953 / Marilyn sur des photos promotionnelles pour le film "Gentlemen prefer blondes", sous l'objectif et avec le photographe John FLOREA.

Tags : 1953 - John FLOREA - Gentlemen prefer blondes - William TRAVILLA

1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei... 30/10/2017

1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis de Lorelei...

Tags : 1953 - Gentlemen prefer blondes - William TRAVILLA - Jane RUSSELL - Howard HAWKS

1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté... 01/10/2017

1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...
1953 / Quand les diamants sont les meilleurs amis des femmes, ça mérite d'être chanté...

"Diamonds Are a Girl's Best Friend" est une chanson de jazz chantée par Carol CHANNING dans la comédie musicale de Broadway,  "Les hommes préfèrent les blondes" (1949), écrit par Jule STYNE et Leo ROBYN. La comédie musicale est basée sur le roman d'Anita LOOS,  "Les hommes préfèrent les blondes" (1925).
 
La chanson est cependant mieux connue depuis sa reprise dans le film "Les hommes préfèrent les blondes" (1953) où elle est chantée par Marilyn.
 
La chanson est listé à la 12ème place des chansons de film les plus importantes de tous les temps par l'American Film Institute.
 

Tags : 1953 - Gentlemen prefer blondes - Autograph - William TRAVILLA

BELLE FIN DE SOIREE A TOUTES ET A TOUS ! 27/09/2017

BELLE FIN DE SOIREE A TOUTES ET A TOUS !

BELLE FIN DE SOIREE A TOUTES ET A TOUS !

Tags : 1953 - Gentlemen prefer blondes

26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes". 27/09/2017

26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".

26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".
26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".
26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".
26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".
26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".
26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".
26 Juin 1953 / (Part VI) / EVENT / Quand Marilyn et Jane apposent leurs empreintes de mains et de pieds pour la postérité dans le ciment frais du trottoir du "Grauman's Chinese Theatre", suite au succès du film "Gentlemen prefer blondes".

Tags : 1953 - Grauman's Chinese Theatre - Gentlemen prefer blondes - Cover - Jane RUSSELL - Danny THOMAS

1952 / Essais coiffures et costume pour le film "Gentlemen prefer blondes". 11/07/2017

1952 / Essais coiffures et costume pour le film "Gentlemen prefer blondes".

1952 / Essais coiffures et costume pour le film "Gentlemen prefer blondes".
1952 / Essais coiffures et costume pour le film "Gentlemen prefer blondes".
1952 / Essais coiffures et costume pour le film "Gentlemen prefer blondes".
1952 / Essais coiffures et costume pour le film "Gentlemen prefer blondes".
1952 / Essais coiffures et costume pour le film "Gentlemen prefer blondes".

Tags : 1952 - 1953 - Gentlemen prefer blondes

1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA. 01/07/2017

1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.
1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.
1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.
1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.
1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.
1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.
1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.
1953 / Marilyn et Jane RUSSELL chantant la chanson "Two little girls from little rock" dans le film "Gentlemen prefer blondes" (voir paroles de la chanson dans le blog). Le tournage du film débutera en 1953 pour s'achever en mars de la même année. / Les robes sont signées TRAVILLA.

Tags : 1953 - William TRAVILLA - Gentlemen prefer blondes - Jane RUSSELL

MARILYN LE MYTHE PAR EXCELLENCE / ANALYSE de L'ICÔNE par un Docteur en cinéma, Tristan GRÜNBERG. 30/05/2017

MARILYN LE MYTHE PAR EXCELLENCE / ANALYSE de L'ICÔNE par un Docteur en cinéma, Tristan GRÜNBERG.
MARILYN LE MYTHE PAR EXCELLENCE / ANALYSE de L'ICÔNE par un Docteur en cinéma, Tristan GRÜNBERG.
MARILYN LE MYTHE PAR EXCELLENCE / ANALYSE de L'ICÔNE par un Docteur en cinéma, Tristan GRÜNBERG.
MARILYN LE MYTHE PAR EXCELLENCE / ANALYSE de L'ICÔNE par un Docteur en cinéma, Tristan GRÜNBERG.

Marilyn MONROE, l'actrice qui a métamorphosé l'image de la femme à l'écran !

 Cela fait 55 ans que la star hollywoodienne a disparu. Elle n'a pourtant pas pris une ride : son image est plus présente que jamais. Que symbolisait vraiment Marilyn MONROE ? Analyse de Tristan GRÜNBERG, docteur en études cinématographiques et audiovisuelles, qui a co-dirigé l'ouvrage collectif "Blondes mythiques : représentations de la blondeur dans les arts" (éditions du Murmure).
CINÉMA. La particularité de Marilyn MONROE est précisément que sa carrière d'actrice et son image sont indissociables. Avec une habileté incroyable, elle a construit et reconstruit son image, conduisant les metteurs en scène, les journalistes et le public à tomber sous son charme.
 
Le plus étonnant est de constater son omniprésence actuelle, elle qui continue à s'afficher sur les murs de nos villes, cinquante ans après sa disparition. Comme si ses portraits avaient en quelque sorte pris le relais des figures sacrées, peu à peu disparues. Véritable icône post-moderne, elle trône en effet en haut du panthéon cinématographique. Ce qui conduit parfois à ne retenir d'elle que cette image sur papier glacé, même si cette dernière décennie a conduit à prendre toute la mesure de son talent.
 
Une carrière exemplaire
 
En effet, sa carrière d'actrice, d'une richesse inestimable, est parfois masquée derrière une image réductrice et parodique. Le grand public a tendance à ne retenir que les anecdotes qui ont construit sa légende : ses amours, ses retards, le mystère de sa mort.
 
Pourtant, Marilyn MONROE a tourné avec les plus grands réalisateurs de son époque : Fritz LANG, Howard HAWKS, Billy WILDER, Joseph MANKIEWICZ, John HUSTON... et partagé l'affiche avec les acteurs les plus talentueux. Bien qu'elle se soit plainte d'être cantonnée aux rôles de "ravissantes idiotes", sa carrière fut exceptionnelle, émaillée de rôles profonds et légers, tragiques ou comiques.
 
Actrice extrêmement douée, à la palette très étendue, elle incarne avec autant d'aisance et de naturel la baby-sitter déséquilibrée de "Troublez-moi ce soir" que le garçon manqué du "Démon s'éveille la nuit" ou la femme fatale à la beauté ravageuse de "Niagara". Dans l'industrie, son rôle était également à facettes multiples : chanteuse, danseuse, elle produisit deux des films dans lesquels elle apparaît, "Arrêt d'Autobus" et "Le Prince et la Danseuse".
Celle qu'une partie de la profession méprisait en raison de son apparente légèreté était en réalité une artiste accomplie, férue de littérature, amie de Truman CAPOTE, mariée à Arthur MILLER et poète à ses heures perdues (ainsi qu'en témoigne la récente publication de ses "Fragments"). Marilyn MONROE était avant tout une actrice et une femme extrêmement moderne, assumant son incendiaire sensualité tout en refusant d'y être cantonnée.
 
En ce sens, elle a révolutionné l'image de la femme à l'écran. Avant elle, la sexualité féminine était liée à la mort, particulièrement dans le film noir. Marilyn MONROE arrive à combiner une extrême sensualité et une innocence enfantine, un magnétisme animal et une douceur maternelle. Ainsi, elle n'endossera qu'un seul rôle de femme fatale tout au long de sa carrière, celui de Rose dans "Niagara". Une image immédiatement contrebalancée par celle qu'elle donne à voir dans "La Rivière sans retour", où sa féminité protège les hommes qu'elle mène à bon port. Marilyn MONROE offre aux femmes l'image salutaire d'une sexualité qui ne conduit pas obligatoirement à la mort.
 
Marilyn MONROE ou l'incarnation de Vénus
 
Figure sacrée, éveillant le désir, Marilyn MONROE est une Vénus moderne.
 
Si les divinités anciennes ont disparu avec l'avènement du christianisme, elles ressurgissent sous différentes formes à des époques précises. À partir de la Renaissance, par exemple, la déesse de l'amour fait sa réapparition dans les tableaux de BOTTICELLI ou du TITIEN. Au XIXe siècle, elle se manifeste sous la plume de certains écrivains, comme l'héroïne de "Nana" d'Emile ZOLA qui apparaît alors que l'opéra-bouffe "La Vénus blonde" est donné. Au cinéma, dans les années 1930, Marlène DIETRICH va elle aussi incarner "La Vénus blonde". Mais c'est avec l'apparition de Marilyn MONROE sous les sunlights d'Hollywood que la figure d'Aphrodite resurgit de manière incontestable.
 
En effet, sa sensualité débordante conduit les réalisateurs à la mettre en scène entourée des motifs propres aux représentations de Vénus.
 
De même que la déesse apparaissait au monde en surgissant de l'eau, Marilyn semble indissociable de l'élément aquatique. Sur l'affiche de "Niagara", on la voit allongée dans un torrent. Dans "Les Hommes préfèrent les blondes", elle se déplace sur un paquebot et s'appelle Loreleï, du nom de la jeune fille qui chante au bord du Rhin pour conduire les marins à leur perte. Dans "La Rivière sans retour", elle affronte la furie du fleuve sur un radeau de fortune. Finalement, dans "Something's got to give", le film qu'elle n'a pu achever, elle surgit nue d'une piscine, dans la posture de la Vénus pudique, image qui a fait le tour du monde.
Comme Aphrodite, Marilyn n'est vêtue que pour mieux être déshabillée. Que le vent souffle sa robe dans "Sept ans de réflexion" ou qu'elle soit juste habillée de lumière dans "Certains l'aiment chaud" et lorsqu'elle chante "Happy birthday" au président KENNEDY, elle provoque le désir, involontairement ou non, à l'écran comme dans la vie.
 
Blondeur mythique
 
Sa blondeur légendaire participe de cette sacralisation. Le blond, c'est d'abord la proximité avec l'or. C'est l'un des motifs de la divinité. En haut de l'Olympe, au plus près du soleil, chez OVIDE ou HESIODE, les dieux sont coiffés d'or. La coiffure sophistiquée de Marilyn, qui ne cesse d'être défaite ou chavirée, s'affirme comme le signe de sa sexualité libérée. Comme Vénus, comme Marie-Madeleine, sa chevelure incite à la déshabiller du regard. Cette ambivalence des moyens de séduction (artifices mis en place) et de la blondeur juvénile (qui renvoie à l'enfance, à l'innocence) condense les différents visages de Marilyn.
 
Artificielle, savamment travaillée, sa blondeur est un halo autant qu'un masque, signant la métamorphose de Norma Jeane BAKER en Marilyn MONROE. A sa guise, elle pouvait ainsi se promener sans être reconnue, ou choisir d'être soudain l'éclatante Marilyn, étoile capable d'attirer tous les regards. Elle justifiait d'ailleurs ses retards en affirmant que "cela prend du temps d'être Marilyn".
 
Le passé et le présent
 
Marilyn MONROE est à la fois un emblème des années 1950-60 et une figure intemporelle. Si elle renvoie à un âge d'or, elle est également extrêmement actuelle. Dans "La Rabbia" (1962), PASOLINI livrait une ode à Marilyn, au lendemain de sa mort. Il y fait l'éloge mélancolique de celle qui, selon lui, portait humblement la beauté "du monde antique et du monde futur".
 
Que ce soit en peinture, en photographie, au cinéma, à la télévision ou au théâtre, les artistes n'ont cessé de la faire revivre, de la rappeler au temps présent. Celle qui fut tant copiée reste pourtant inimitable. Disparue trop tôt, elle en est devenue éternelle, défiant l'oubli et traversant les époques.
 

Tags : Gentlemen prefer blondes - Frank POWOLNY - 1953

1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes". 24/04/2017

1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".
1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".
1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".
1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".
1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".
1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".
1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".
1953 / Lorelei et Dorothy posant pour des photos publicitaires du film "Gentlemen prefer blondes".

Deux entraîneuses, Lorelei LEE (Marilyn) et Dorothy SHAW (Jane RUSSELL), prennent le bateau pour Paris, où Lorelei doit épouser son riche fiancé Gus ESMOND (Tommy NOONAN).
Leurs faits et gestes à bord sont surveillés par le détective privé Malone (Elliott REID), engagé par le père de Gus, qui est persuadé que Lorelei ne s'intéresse à son fils que pour l'argent.
Les choses se gâtent quand Dorothy tombe amoureuse de Malone. Malone prend une photo de Lorelei dans les bras du diamantaire sir Francis BEEKMAN (Charles COBURN), qui lui expliquait comment un python étouffe une chèvre. Insensibles aux attentions d'un groupe de beaux jeunes hommes, Dorothy et Lorelei complotent pour récupérer la photo compromettante. Elles y réussissent après avoir administré un soporifique à Malone.
Sir BEEKMAN, soulagé de savoir que la photo ne pourra  compromettre personne (et surtout pas lui), offre le diadème en diamants de sa femme à Lorelei, en signe de reconnaissance.
A leur arrivée à Paris, les deux jeunes femmes apprennent que le père de Gus, persuadé que ses soupçons sont fondés, leur a coupé les vivres. Elles remédient rapidement à la situation en allant travailler dans un night-club.
Lady BEEKMAN (Norma VARDEN) déclare le vol de son diadème, et Lorelei devient suspect numéro un. Dorothy aide son amie à se tirer d'affaire en mettant une perruque blonde pour affronter les juges à sa place. Pendant ce temps Lorelei essaye de persuader Gus qu'elle l'aime réellement.
Malone découvre que sir BEEKMAN a récupéré le diadème et résout le problème en l'apportant au tribunal. Dorothy, déguisée en Lorelei, remercie Malone en lui témoignant son affection. Lorelei regagne l'amour de Gus et l'approbation de son père. Ainsi, tout est bien, qui finit bien : par un double mariage spectaculaire.
 

Tags : Gentlemen prefer blondes - 1953 - Jane RUSSELL

Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »). 22/04/2017

Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Une coach nommée NATASHA / Elle rencontra Marilyn qui lui était adressée par la Columbia (pour son premier second rôle dans « Ladies of the Chorus »).
Max ARNOW responsable des castings à la Columbia fera prendre des cours de chant à Marilyn et elle sera présentée au professeur d'art dramatique du studio Natasha LYTESS. Cette femme arrive aux Etats-Unis après avoir fui le nazisme européen de la deuxième guerre mondiale. Elle tente de s'imposer dans le milieu théâtral de Los Angeles mais Hollywood et le cinéma ne laissent que peu de place à cet art. Elle s'essaie au cinéma mais n'obtiendra jamais de rôle susceptible de lancer sa carrière. Fort de son expérience au théâtre elle devient coach et se fait rapidement une réputation de femme dure, cassante, méprisante parfois envers les petites starlettes. Elle n'est pas aimée mais elle est quand même respectée. Elle impressionne tout de suite Marilyn, mais ce n'est pas réciproque. Natasha perçoit quand même un grand potentiel chez la starlette et décide de polariser son attention sur celle-ci. Ce ne sont pas que des conseils qu'elle lui donne mais un réel enseignement qui prend sa source dans le jeu théâtral et où chaque détail a son importance. Elle constate que Marilyn est son opposée. La jeune pin-up est tout ce qu'elle répugne mais elle est « envoûtée » par cette fille qui ne demande qu'à apprendre et progresser. Elle doit agir autrement avec Marilyn qu'avec les autres filles qu'elle encadre. Elle veut perfectionner Marilyn dans ce qu'il y a de mieux en elle : son sex-appeal. Il en coûte beaucoup à Natasha d'approfondir cette voie, elle qui ne jure que par les principes fondamentaux du théâtre. Natasha LYTESS fut certainement la première personne à croire au réel talent d'actrice de Marilyn.

Tags : 1948 - Natasha LYTESS - Gentlemen prefer blondes - 1954 - The seven year itch - Bruno BERNARD - J R EYERMAN - 1953 - Billy WILDER