6 tagged articles Peter LAWFORD

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

1961 / Photos Bernie ABRAMSON, Marilyn à Beverly-Hills chez Peter et Pat LAWFORD, entourée de May BRITT, Frank SINATRA ou encore Shirley MacLAINE. 31/07/2015

1961 / Photos Bernie ABRAMSON, Marilyn à Beverly-Hills chez Peter et Pat LAWFORD, entourée de May BRITT, Frank SINATRA ou encore Shirley MacLAINE.
1961 / Photos Bernie ABRAMSON, Marilyn à Beverly-Hills chez Peter et Pat LAWFORD, entourée de May BRITT, Frank SINATRA ou encore Shirley MacLAINE.
1961 / Photos Bernie ABRAMSON, Marilyn à Beverly-Hills chez Peter et Pat LAWFORD, entourée de May BRITT, Frank SINATRA ou encore Shirley MacLAINE.
1961 / Photos Bernie ABRAMSON, Marilyn à Beverly-Hills chez Peter et Pat LAWFORD, entourée de May BRITT, Frank SINATRA ou encore Shirley MacLAINE.

Tags : 1961 - Bernie ABRAMSON - Peter LAWFORD - Frank SINATRA - May BRITT - Shirley MacLAINE

19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président. 16/01/2016

19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.
19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.
19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.
19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.
19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.
19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.
19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.
19 Mai 1962 / Arrivée de Marilyn au "Madison Square Garden", aux côtés de son attachée de presse Pat NEWCOMB et du père d'Arthur MILLER, avec lequel elle est restée en contact, Isadore MILLER, où elle est conviée afin de chanter l'hymne "Happy birthday" au Président.

Tags : 1962 - Madison Square Garden - Anniversaire John F KENNEDY - Pat NEWCOMB - Peter LAWFORD

19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON / 02/02/2016

19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
19 Mai 1962 / Marilyn est conviée au gala d'anniversaire de John F KENNEDY ; Elle est vêtue d'une somptueuse robe de soie (créée par le couturier Français Jean Louis) cousue à même son corps, sous laquelle elle ne porte aucun sous-vêtement, et porte une fourrure d'hermine blanche qu'elle aurait empruntée au département costumes de la Fox (qui ne cautionne pas la venue de l'actrice au Gala de JFK). Une foule de 15 000 démocrates sont venus acclamer les 45 ans de leur président au "Madison Square Garden" à New York. Jackie KENNEDY, la femme du président, est absente. Ayant consulté la liste des invités, elle a emmené ses enfants faire du cheval en Virginie. Jack BENNY, Henry FONDA, Ella FITZGERALD, Peggy LEE, Diahann CARROLL et Maria CALLAS doivent se produire. Après avoir abusé du "Dom Pérignon" (marque prestigieuse de champagne) dans sa loge car pétrifiée par le trac, c'est comme à son habitude que Marilyn arrive avec environ 40 minutes de retard. C'est après plusieurs annonces infructueuses pendant lesquelles les roulements de tambours et les projecteurs éclairent une scène vide, que Peter LAWFORD (le beau frère de JFK) présente Marilyn en des termes plutôt ambigus: "Mr. President, the Late Marilyn MONROE" ["late" voulant aussi bien dire "en retard" que "décédée"]. Marilyn chante sur scène le désormais mémorable "Happy Birthday" et "Thank you for the memory". Puis le Président exprime sa reconnaissance à la chanteuse en déclarant: "Maintenant que j'ai entendu un "Happy Birthday" chanté d'une façon aussi douce et agréable, je peux me retirer de la politique". / PAROLES DE LA CHANSON /
Paroles et traduction de «Happy Birthday Mister President»
Happy Birthday Mister President (Joyeux Anniversaire Monsieur Le Président)
Happy birthday to you
Joyeux anniversaire à vous
Happy birthday to you
Joyeux anniversaire à vous
Happy birthday Mister President
Joyeux anniversaire Monsieur le Président
Happy birthday to you
Joyeux anniversaire à vous
Thanks Mister President
Merci Monsieur le Président
For all the things you've done
Pour tout ce que vous avez fait
The battles that you've won
Les batailles que vous avez gagnées
The way you deal with U. S steel
La manière dont vous traitez avec l'amérique
And our problem by the ton
Et nos tonnes de problèmes
We thank you so much
Nous vous remercions beaucoup
Everybody, happy birthday
Tout le monde, joyeux anniversaire

 

Tags : 1962 - Anniversaire John F KENNEDY - Madison Square Garden - Chanson - Effet personnel - Peter LAWFORD

7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH. 09/02/2016

7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.
7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.
7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.
7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.
7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.
7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.
7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.
7 Juin 1961 / Marilyn assiste au "Sands" à Las Vegas, à un show du "rat pack" où se produit entre autres SINATRA, soirée animée par Peter LAWFORD en l'honneur de l'anniversaire de son ami Dean MARTIN, qui se trouve dans le public ainsi que sa femme ; Elizabeth TAYLOR et son mari Eddie FISHER sont aussi de la soirée ainsi que Jack ENTRATTER ou encore Jean KENNEDY SMITH.

Tags : 1961 - "Sands" Las Vegas - Anniversaire Dean MARTIN - Frank SINATRA - Elizabeth TAYLOR - Dean MARTIN - Peter LAWFORD

27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end. Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos. 23/02/2016

27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.
27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.
27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.
27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.
27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.
27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.
27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.
27-29 Juillet 1962 / DERNIER WEEK-END de Marilyn au "Cal Neva Lodge" / Peter LAWFORD, dépêché par les KENNEDY Brothers, décide de lui offrir un week-end.  Le 27 juillet, il l'emmène au "Cal-Neva", l'hôtel au bord du Lake Tahoe, tenu par SINATRA . On la loge dans le bungalow 52, une bonbonnière rose. Marilyn s'allonge, prend des pilules, décroche le téléphone et papote. Sans doute s'endort-elle. La ligne reste occupée pendant des heures. Un groom alerte le patron, Skinny D'AMATO, un truand notoire, qui avertit son boss, Sam GIANCANA. Le parrain de Chicago est là, dans une autre aile, avec son porte-fingue, Jimmy « Blue Eyes » Alo (que COPPOLA nommera Jimmy Ola dans « le Parrain 2 »). GIANCANA, qui a financé secrètement la campagne de KENNEDY, a la haine : Bobby KENNEDY, le ministre de la Justice, a entrepris une guerre sans merci contre la Mafia. Quand les deux hommes voient Marilyn inconsciente, ils réalisent qu'une mort soudaine serait une mauvaise publicité pour un établissement fréquenté par les voyous. Ils font boire du café à l'épave blonde. Puis, considérant Marilyn comme un déchet humain, GIANCANA décide de la faire violer par ses gorilles. Et demande que la scène soit photographiée, pour se venger des KENNEDY. Puis il s'en vante au téléphone, auprès de son vieux copain Johnny ROSSELLI, qui finira découpé en morceaux dans un fût à Miami. L'agent Bill ROEMER enregistre la conversation pour le FBI. ROSSELLI : « Tu prends ton pied, hein, à te taper la nana des KENNEDY ? » GIANCANA : « Ouais. » Les photos parviennent à Frank SINATRA. Celui-ci, incrédule, regarde : sur l'un des clichés, Marilyn, à quatre pattes, est violée par GIANCANA pendant qu'elle vomit sur la moquette rose. Dégoûté, SINATRA brûle les photos.

Tags : 1962 - Cal Neva Lodge - Emilio PUCCI - Peter LAWFORD - Buddy GRECO

19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY. 11/07/2016

19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.
19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.
19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.
19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.
19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.
19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.
19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.
19 Mai 1962 / Parmi plusieurs célébrités, telles Peggy LEE, Maria CALLAS,Jimmy DURANTE, Henry FONDA, Jack BENNY, Peter LAWFORD ou encore la jeune chanteuse Diahann CARROLL (photos), Marilyn est conviée à interpréter le fameux "Happy birthday"à John FITZGERALD KENNEDY.


Tags : 1962 - Anniversaire John F KENNEDY - Madison Square Garden - Effet personnel - John FITZGERALD KENNEDY - Peter LAWFORD