175 tagged articles Arthur MILLER

Une vie de 36 ans en images ! 31/07/2015

Une vie de 36 ans en images !

Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !
Une vie de 36 ans en images !

BON WEEK-END A TOUTES ET A TOUS ! 14/10/2017

Tags : 1957 - Sam SHAW - Arthur MILLER

16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film. 04/10/2017

16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.

16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.
16 Janvier 1960 / Les MONTAND sont à Hollywood, Yves doit tourner avec Marilyn dans le film de CUKOR, "Let's make love", une conférence de presse est organisée devant la presse mondiale afin de présenter ce nouveau film. On compte notamment parmi les invités, CUKOR, Milton BERLE, Frankie VAUGHAN, les principaux protagonistes du film.

Tags : Conférence presse MONTAND-SIGNORET - Arthur MILLER - Let's make love - Effet personnel

26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York. 29/09/2017

26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York.
26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York.

Les Étoiles de cristal sont des récompenses cinématographiques françaises, décernées annuellement de 1955 à 1975 par l'Académie du cinéma fondée par le compositeur Georges Auric.
Les lauréats étaient choisis par un jury de critiques et d'artistes des différents secteurs de l'industrie cinématographique française, comme ce sera le cas pour les César qui leur succèderont en 1976, tout comme elles avaient peu à peu supplanté les Victoires du cinéma français, créées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale par le magazine Cinémonde.
26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York.
26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York.
26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York.
26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York.
26 Février 1959 / (Part IV) UN PRIX FRANçAIS POUR MARILYN : "L'Etoile de Cristal" ; Marilyn reçoit le prix français "French Crystal Star Award" (représenté par une étoile en cristal) pour la catégorie de "La meilleure actrice étrangère" pour le film "Le prince et la danseuse". C'est Georges AURIC, un compositeur français, qui lui remet le prix. Marilyn étant enceinte, elle ne put venir en France pour recevoir son prix; par conséquent, la cérémonie eut lieu au 'French Ambassador Hotel' (le consul de France) de New York.

Tags : 1959 - Paul SLADE - Etoile de cristal - James HASPIEL - Arthur MILLER - Effet personnel

29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot". 27/09/2017

29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".
29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".
 
 Marilyn, puissance érotique et force motrice du récit

Il fallait une certaine audace pour réaliser un film tel que "Some like it hot" en 1959. S'il s 'est largement assoupli depuis sa création dans les années 30, le code de censure (Code Hays) est encore en vigueur au moment de la sortie de ce film, sulfureux a plusieurs égards. Non seulement les sous-entendus sexuels abondent mais la mise en scène tire tout le potentiel sensuel de l'inégalable Marilyn MONROE. Conforme à son image publique, Marilyn joue avec intelligence le stéréotype de la blonde naïve et plantureuse qu'elle avait déjà interprété face à la caméra de Billy WILDER, quatre ans plus tôt dans "Sept ans de réflexion" : regard fragile et innocent, moue gourmande, battement de cils, voix sucrée. Le scénario de "Some like it hot", efficace et direct, lui donne d'ailleurs un nom qui définit à lui seul son personnage : Sugar KANE
 
Comme il se doit, WILDER exploite à fond la sensualité de l'actrice. Il retarde son apparition à l'écran en la faisant apparaître en chair et en os 24 minutes après l'annonce de son nom au générique. Sugar remplacera rapidement le rôle occupé par la mafia dans l'intrigue. Les personnages principaux fuient moins le gang des Guêtres qu'ils ne courent après Sugar KANE. C'est son pouvoir d'attraction qui sera désormais la force motrice du récit.
Pour bien fonctionner, la comédie doit emporter l'adhésion du spectateur. Et WILDER a les moyens de l'impliquer. Il livre le corps de la star dans des mises en scène qui s'accordent à la beauté de l'actrice dans trois séquences affriolantes :
 
1 / La séquence des couchettes (45 minutes 10)

Sublimée par le noir et blanc (à une époque où la couleur est à la mode) et par l'éclairage velouté, Marilyn/Sugar se déshabille et sautille en déshabillé vaporeux entre les couchettes avant de se blottir contre un Jerry/Daphné affolé. Ce trop plein de désir se manifeste plastiquement à la fin de la séquence par la saturation du cadre par les femmes de l'orchestre (Marilyn en est absente : la star possède son propre cadre et ne peut donc pas être une parmi les autres). La compression humaine au centre de laquelle se trouve Jerry/Daphné est un moment de tension qui éclatera lorsqu'il tirera en dernier recours le frein d'arrêt d'urgence, provoquant un ébranlement général.
 
2 / "I wanna be loved by you" (1 h 06)

Moment d'apparition divine où la star, comme elle le fera pour John F KENNEDY, danse et chante pour le spectateur. Le plan d'ensemble qui ouvre la séquence englobe la salle et son public. Pourtant, on ne voit qu'elle. Sous trois arches de lumière, Marilyn scintille comme une étoile. Le plan suivant obéit à l'envie de se rapprocher du personnage : un plan moyen nous la révèle dans toute sa splendeur, moulée dans une robe très sexy dont l'effet de transparence semble révéler ses seins nus. Mais très rapidement, le faisceau lumineux se resserre pour redessiner une tenue plus vertueuse tandis que les mouvements de la chanteuse font fluctuer cette limite interdite. Dans le quatrième plan, la caméra (donc le spectateur) n'a jamais été aussi proche : Marilyn est filmée en gros plan et envoie de la main une adresse au spectateur (« By You ! ») avant qu'en un regard hors champ, elle réintègre à l'univers de l'histoire. Un instant, Marilyn la star, chanteuse glamour a percé la fiction.
 
3 / La soirée sur le yacht (1 h 16)

Vêtue de la même robe, la star est redescendue de son piédestal pour retrouver Shell Junior sur son yacht. Le génie de cette séquence vient de l'inversion des rôles. Non content de se retrouver en tête à tête avec l'Idéal féminin, Joe, prétendant être impuissant, va parvenir à se faire séduire passivement par Sugar, toute entière engagée à relever le défi. Ainsi, Billy WILDER déplace les tabous et les conventions et créé une scène d'une intelligence jubilatoire.

La durée de la scène, celle des baisers ainsi que les allusions grivoises (à 1 h 20, l'angle de prise de vue montre la jambe de Tony CURTIS qui se dresse au second plan pendant le baiser torride de Sugar) la rendent particulièrement érotique. Marilyn, lascive et déshabillée exécute avec talent les indications données par le metteur en scène.
29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".
29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".
29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".
29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".
29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".
29 Mars 1959 / NEWS / Quand le couple MILLER se rend à la Première du film "Some like it hot".

Tags : Cover - 1959 - Premiere "Some like it hot" - Arthur MILLER

13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl". 23/09/2017

13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".
13 Juin 1957 (Part IV) / C'est au "Radio City Music Hall" de New-York, qu'à lieu la Première du film "The Prince and the showgirl".

Tags : 1957 - Radio City Music Hall - Premiere "The Prince and the showgirl" - Arthur MILLER - Sam SHAW

29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta. 19/09/2017

29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.

29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.
29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.
29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.
29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.
29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.
29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.
29 Juin 1956 / Marilyn et MILLER sont heureux en ce jour d'été, annonçant à Roxbury leur prochain mariage civil à la presse (notamment à des journalistes du magazine "Paris Match", voir tag pour + d'infos sur cet article)... Le couple est entouré des parents de MILLER, Isadore et Augusta.

Tags : 1956 - Annonce mariage civil MILLER - Arthur MILLER - Milton GREENE

12 Octobre 1956 / C'est lors de leur séjour à Londres, que le couple MILLER accompagné du couple OLIVIER, assiste à la représentation théâtrale d'une pièce du célèbre dramaturge américain, "Vu du pont". 18/09/2017

12 Octobre 1956 / C'est lors de leur séjour à Londres, que le couple MILLER accompagné du couple OLIVIER, assiste à la représentation théâtrale d'une pièce du célèbre dramaturge américain, "Vu du pont".
12 Octobre 1956 / C'est lors de leur séjour à Londres, que le couple MILLER accompagné du couple OLIVIER, assiste à la représentation théâtrale d'une pièce du célèbre dramaturge américain, "Vu du pont".
"Vu du pont"
 ("A View from the Bridge") est une pièce de théâtre écrite par le dramaturge américain Arthur Miller que Marcel Aymé a traduite et adaptée en langue française en 1958 sous le titre "Vu du pont".

Dans la zone portuaire de Brooklyn ; Alfieri, un vieil avocat ayant toujours vécu dans le quartier, raconte un fait divers tragique dont il fut le témoin impuissant : Eddie CARBONE, un docker d'origine italienne, vivait avec son épouse Béatrice et leur jeune nièce Catherine, recueillie par le couple après qu'elle fût devenue orpheline. Deux cousins de Béatrice, Marco et Rodolpho, fuyant la misère de leur région de l'Italie, arrivent illégalement aux États-Unis et trouvent refuge chez Eddie. Catherine ne tarde pas à s'éprendre de Rodolpho, envers qui Eddie éprouve pourtant une profonde méfiance. Le docker tente donc de dissuader sa nièce de fréquenter Rodolpho, mais ses efforts restent vains et bientôt les deux amants annoncent qu'ils ont l'intention de se marier. Eddie prend alors une décision qui aura de funestes conséquences.
 
Historique

En 1955, MILLER écrit une première version de "Vu du pont", qui est alors une pièce en un acte et partiellement en vers. L'½uvre est présentée sur Broadway en septembre 1955. L'année suivante, MILLER retravaille le texte pour en faire une pièce en deux actes et en prose. C'est cette version qui est de loin la plus connue.
 
Autres versions

En 1962, Sydney Lumet réalise le film Vu du pont, avec Raf Vallone dans le rôle d'Eddie CARBONE.
La pièce a également donné lieu à un opéra dont la première a eu lieu à Chicago en 1999. La musique est de William Bolcom et le libretto de Arthur MILLER.
La pièce est représentée en 2017 au TNB de Rennes avec une nouvelle traduction.

12 Octobre 1956 / C'est lors de leur séjour à Londres, que le couple MILLER accompagné du couple OLIVIER, assiste à la représentation théâtrale d'une pièce du célèbre dramaturge américain, "Vu du pont".
12 Octobre 1956 / C'est lors de leur séjour à Londres, que le couple MILLER accompagné du couple OLIVIER, assiste à la représentation théâtrale d'une pièce du célèbre dramaturge américain, "Vu du pont".
12 Octobre 1956 / C'est lors de leur séjour à Londres, que le couple MILLER accompagné du couple OLIVIER, assiste à la représentation théâtrale d'une pièce du célèbre dramaturge américain, "Vu du pont".
12 Octobre 1956 / C'est lors de leur séjour à Londres, que le couple MILLER accompagné du couple OLIVIER, assiste à la représentation théâtrale d'une pièce du célèbre dramaturge américain, "Vu du pont".

Tags : 1956 - Arthur MILLER - Premiere "Vu du pont" - Effet personnel - Book

Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017... 10/09/2017

Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...
Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...
Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...

ENDOMÉTRIOSE : LA MALADIE CACHÉE DE MARILYN MONROE

Publié le 21 juillet 2017 à 6:06
Qui a tué Marilyn MONROE ? Depuis un demi-siècle, cette question fascine les biographes qui ont tout imaginé : un suicide, un assassinat commandité par les frères KENNEDY, ou par le FBI... Et si la star était morte des suites d'une maladie dont on parle encore trop peu, l'endométriose ? 
Sur Marilyn MONROE, on a tout écrit. De son enfance dans des familles d'accueil à sa liaison avec Yves MONTAND puis avec John KENNEDY. De la folie de sa mère -qu'elle croyait être héréditaire-  à ses légendaires retards sur les plateaux de cinéma. De ses cheveux peroxydés à son addictions pour les opiacés. Tout. Ou presque. Mieux gardé encore que le secret de sa disparition (suicide ? overdose ? assassinat ?), est celui de son endométriose. Il faut avoir épluché des dizaines de biographies de la star -et savoir lire entre les lignes- pour comprendre que l'actrice souffrait, depuis l'adolescence, de violentes et terribles douleurs liées à cette maladie qui touche aujourd'hui une femme sur 10.
Pour les biographes, l'histoire commence en  avril 1952, quand Marilyn, hospitalisée au "Cedars of Lebabon Hospital" de Los Angeles, officiellement pour une “appendicite”, entre au bloc opératoire avec un mot manuscrit sur le ventre à l'adresse de son chirurgien.
 
Dear Dr. Rabwin,
cut as little as possible I know it seems vain but that doesn't really enter in to it. The fact I'm a woman is important and means much to me.
Save please (I can't ask enough) what you can -I'm in your hands. You have children and you must know what it means -please Dr Rabwin- I know somehow you will!
thank you ) thank you – thank you – For God's sakes Dear Doctor no ovaries removed – please again do whatever you can to prevent large scars.
Thanking you with all my heart.
Marilyn MONROE

(Ndlr: “Cher Dr Rabwin, coupez aussi peu que possible, je sais que cela semble futile, mais cela importe peu. Le fait que je sois une femme est important et signifie beaucoup pour moi. Sauvez s'il vous plait (je ne peux pas demander assez) ce que vous pouvez -je suis entre vos mains. Vous avez des enfants et vous devez savoir ce que cela signifie -s'il vous plaît Dr Rabwin- Je sais que vous le ferez! Merci – merci – merci – Pour l'amour de Dieu Cher Docteur, pas d'ablation d'ovaire- et s'il vous plaît faites ce qui est en votre pouvoir pour éviter de grandes cicatrices. Je vous remercie de tout mon c½ur.”)
 
Le chirurgien en charge de l'opération, le Dr Marcus Rabwin, découvrant la note de l'actrice, décide de demander à un confrère gynécologue, le Dr Leon KROHN, de l'assister durant la procédure. Lorsqu'ils ouvrent l'abdomen de Marilyn, ils constatent que ce n'est pas une inflammation de l'appendice dont elle souffre, mais bien d'un état avancé d'endométriose. “À l'époque, dans les années 50 aux États-Unis, les médecins étaient déjà capables de poser ce diagnostic”, explique le Dr. Martin Winckler, gynécologue. Seule une opération pouvait permettre de diagnostiquer une endométriose, puisqu'il n'existait alors pas d'examen permettant de la déceler. Après cette intervention chirurgicale, le Dr KROHN va donc devenir son gynécologue attitré, et va l'opérer à de nombreuses reprises.
Entre 1952 et 1962, Marilyn MONROE subit sept interventions destinées à la soulager.
Dans son livre intitulé Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles sans jamais avoir osé le demander et publié chez Fleurus en 2008, le Dr WINCKLER consacre un passage à Marilyn MONROE et sa maladie : “À l'époque, il n'existait pas de traitement médicamenteux, et seule la chirurgie était employée pour traiter les zones d'endométriose. Entre 1952 et 1962, Marilyn MONROE subit sept interventions destinées à la soulager.
Cette première opération et le récit de la note posée sur le ventre de la star va échapper à l'attention de ses biographes, jusqu'à la publication de deux ouvrages -on en dénombre plus de 300 !- : celui de Anthony Summers en 1985, puis de Donald Spoto en 1993. SUMMERS, surtout, fait clairement référence aux douleurs gynécologiques de Marilyn MONROE : “Depuis son adolescence, c'est-à-dire bien avant ces multiples interventions, le ventre de la pauvre Marilyn était pour elle déjà un véritable instrument de torture. Jim DOUGHERTY (son premier mari) raconte 'Norma Jeane souffrait terriblement pendant ses règles ; elle était terrassée par la douleur'.
À ce propos, ZOLOTOW, un de ses premiers biographes, évoque une scène qui se serait reproduite plusieurs fois à l'époque de ses débuts à Hollywood : Marilyn conduit, soudain, coup de frein violent, elle bondit au dehors et s'accroupit sur le bord de la route, cassée en deux par la douleur. Maurice ZOLOTOW remarqua un jour sur la coiffeuse de sa loge quatorze boîtes de médicaments. Presque tous étaient des antalgiques prescrits pour les douleurs menstruelles.” (Ndlr : extrait issu des "Vies secrètes de Marilyn MONROE", Anthony SUMMERS, Presse de la Renaissance 1986)
Il apparaît clairement, à la lecture de ces différents travaux, que l'endométriose est bien à l'origine de l'addiction de Marilyn MONROE aux médicaments.
Ceux qui s'intéressent à la vie de Marilyn MONROE savent aussi qu'elle a souffert toute sa vie de ne pas être mère. Là encore, la reconnaissance de son endométriose jette un jour nouveau sur les raisons de son infertilité et de ses fausses couches à répétition. De nombreuses rumeurs ont circulé sur ses prétendus avortements, rumeurs démenties par le Dr Krohn lui-même : “Elle n'a jamais subi d'avortement. Elle a fait deux fausses couches, ainsi qu'une grossesse extra-utérine qui a nécessité une intervention chirurgicale d'urgence, mais pas d'avortement.  
Pour le docteur Martin WINCKLER, il n'y a pas de doute, c'est bien sa maladie qui est responsable de sa mort prématurée.
Depuis plus d'un demi-siècle, la star est fréquemment décrite comme atteinte de troubles psychiatriques graves. Sans doute souffrait-elle de dépression chronique. Mais on le serait à moins ! Son endométriose pourrait expliquer ses fréquentes absences des plateaux de tournage, ses fausses couches, la “frigidité” évoquée par certains de ses partenaires -elle n'aimait pas avoir des rapports sexuels car elle avait mal-, son infertilité, ses “sautes d'humeur” et aussi, bien sûr, sa dépendance aux antidouleurs... qui a précipité sa fin.
Pour le docteur Martin WINCKLER, il n'y a pas de doute, c'est bien sa maladie qui est responsable de sa mort prématurée. “Elle a succombé en 1962 à une overdose d'antalgiques et de tranquillisants prescrits pour lui permettre de lutter contre la douleur.” L'histoire de sa mort serait donc bien moins romanesque que ne l'ont imaginée ses centaines de biographes : ni le FBI, ni les frères KENNEDY n'auraient eu la peau de Marilyn MONROE, mais bien cette maladie dont, plus de 50 ans après la mort de l'actrice, les médecins peinent encore si souvent à dire le nom.  
Voici ce que publiait "Cheek Magazine" le 21 Juillet 2017...

Tags : 1962 - Bert STERN - Effet personnel - 1957 - "Doctor's Hospital" - Arthur MILLER

22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire ! 28/08/2017

22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !

22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !
22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !
22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !
22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !
22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !
22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !
22 Mai 1958 / (Part VI) Les MILLER recevant dans leur appartement new-yorkais, le producteur et ami Kermit BLOOMGARDEN ; le trio improvisant sous l'oeil du photographe Robert W KELLEY, quelques morceaux de piano, ce dernier ayant appartenu à la  mère de Marilyn... Mariah CAREY en est aujourd'hui l'heureuse propriétaire !

Tags : 1958 - Robert W KELLEY - Arthur MILLER - Kermit BLOOMGARDEN - Appartement 444 East 57th street

15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl". 21/08/2017

15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".

15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".
15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".
15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".
15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".
15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".
15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".
15 Juillet 1956 / Séance photos à Egham, en Angleterre, avant la conférence de presse à l"Hôtel "Savoy", pour annoncer le début du tournage du film "The Prince and the showgirl".

Tags : 1956 - Egham - Hotel Savoy - The Prince and the showgirl - Arthur MILLER - Effet personnel