DANS L'OMBRE DE MARILYN / Eunice MURRAY, sa dernière gouvernante ; Dans son autobiographie elle déclara que GREENSON l'envoyait chez des gens « sérieusement malades, souffrant de dépression ou de schizophrénie, ou chez d'autres, comme Marilyn, qui avaient souffert d'expériences traumatiques et avaient simplement besoin d'aide ». L'opinion la plus répandue est qu'Eunice espionnait Marilyn pour le compte du Dr GREENSON : elle lui rapportait tout ce qu'elle voyait et entendait chez ses patients. Selon Philippe LACLAIR, le gendre d'Eunice : « Elle faisait cela pour de l'argent. Sa situation était difficile après le départ de son mari - elle n'avait aucune formation d'infirmière, ni même fait d'études secondaires - mais elle était gentille et devint un atout majeur pour GREENSON. Elle a toujours suivi fidèlement ses ordres ». En novembre 1961 sur la recommandation de GREENSON, Marilyn l'embauche ; elle lui servit de gouvernante, dame de compagnie, chauffeur, nurse et intendante; Marilyn habitait alors sur Doheny Drive. En février 1962 elle trouva la maison du 5th Helena Drive pour Marilyn, et continua à lui servir de gouvernante. Marilyn acheta cette maison car elle ressemblait à la demeure de style espagnol du Dr GREENSON. Elle accompagna Marilyn au Mexique. Elle en profita pour rendre visite à son beau-frère, Churchill MURRAY, qui vivait à Mexico. A son retour du Mexique, Marilyn habita une semaine chez les GREENSON en attendant que sa maison soit prête. En mai 1962 l'entourage de Marilyn fut soulagé d'apprendre que, GREENSON étant parti en voyage pour cinq semaines, Marilyn renvoya Eunice. Mais à son retour de New York, où elle avait chanté pour John KENNEDY au "Madison Square Garden", Marilyn trouva Eunice chez elle. Celle-ci prétendit que son renvoi n'était pas définitif, mais uniquement pour la durée du voyage de Marilyn à New York. Marilyn avait projeté de faire un voyage en Europe à partir du 6 août 1962, avec sa soeur et son beau-frère; elle en aurait prévenu Marilyn le 1er août, à la suite de quoi Marilyn lui aurait fait un chèque en lui demandant de ne pas revenir en septembre : Selon plusieurs biographes, Marilyn avait déjà contacté une de ses anciennes femmes de chambre (Hattie STEVENSON ou Florence THOMAS selon les sources) pour remplacer Eunice MURRAY. Les amis de Marilyn considérèrent le départ d'Eunice comme un fait positif (la preuve que Marilyn souhaitait diriger elle même sa vie) et comme un premier signe de détachement par rapport à GREENSON. Le 4 août 1962, Eunice prit son service à 8 heures. Aucun biographe ne conteste le fait qu'elle resta avec Marilyn toute la journée, et qu'étrangement elle passa la nuit dans la maison de Marilyn, plutôt que de rentrer chez elle, à Santa Monica. Toute la journée elle prit les appels téléphoniques pendant les séances de psychanalyse à domicile de Marilyn avec GREENSON. Elle accompagna Marilyn sur la plage au milieu de l'après-midi, puis elles rentrèrent pour que Marilyn puisse suivre sa thérapie. Elle continua à filtrer les appels, dont certains d'amis très proches de Marilyn, qui avaient compris que Marilyn n'allait pas bien. Elle donna les excuses les plus diverses pour ne pas passer les appels. Dans sa déclaration officielle à la police sur la mort de Marilyn, elle déclara qu'elle même se réveilla à 3 heures du matin et vit de la lumière sous la porte de la chambre de Marilyn, mais que bizarrement, la porte était fermée. Inquiète elle appela le Dr GREENSON qui lui demanda de sortir et d'essayer de regarder à travers les rideaux. Elle lui rapporta que Marilyn était couchée sur le lit, nue, dans une position peu naturelle. Il arriva, cassa la fenêtre de la chambre et trouva Marilyn morte. On peut relever un certain nombre de contradictions dans ce témoignage : l'épaisse moquette que Marilyn venait de faire poser dans sa chambre ne pouvait pas laisser passer la lumière sous la porte. Plus tard elle dit qu'elle fut alertée par la sonnerie du téléphone. Plus étrange, le fait que la porte de la chambre soit fermée à clé : certains biographes prétendent que cette porte ne fermait pas à clé et que Marilyn dormait toujours, où que ce soit, la porte ouverte. Depuis sa pénible expérience au "Payne Whitney Hospital", elle avait en horreur les portes verrouillées. La chronologie des événements présente aussi quelques invraisemblances : elle aurait déclaré à Jack CLEMMONS, le premier officier de police arrivé sur les lieux, qu'elle avait prévenu GREENSON à minuit, et non pas à 3h du matin comme elle l'affirma plus tard. Il certifia qu'à son arrivée, à 4h40, Eunice MURRAY faisait le ménage : elle avait mis une lessive en route et nettoyait la maison. Après la mort de Marilyn, Eunice vécut tranquillement dans divers endroits de West Los Angeles et Santa Monica, et à un moment, loua le pavillon d'amis de la famille STOCKING. Selon les membres de cette famille, elle loua le bungalow qui se trouvait derrière leur maison près du Santa Monica College, de la moitié des années 60 jusqu'à la moitié des années 70. Elle pratiquait ses activités préférées dont la couture, le macramé, l'horticulture, et correspondait avec ses amis et les membres de sa famille. Parfois elle s'occupait des petits-enfants des STOCKING et d'Ethel STOCKING qui avait eu plusieurs attaques cardiaques. Après la mort de sa soeur en 1972, Eunice épousa son beau-frère Franklin BLACKMER, ministre de l'église Swedenborgienne le 19 mars 1976 à San Francisco. Depuis le décès de Marilyn et les rumeurs mettant en cause les frères KENNEDY, l'attention s'est concentrée sur Eunice MURRAY. En 1985 elle déclara à une équipe de cinéastes qui réalisait un documentaire pour la BBC que Robert KENNEDY était effectivement venu pendant l'après-midi du 4 août 1962. Mais elle se rétracta ensuite en donnant comme prétexte le fait qu'elle avait 82 ans et que les choses devenaient confuses. Elle vécut les dernières années de sa vie avec sa fille à Tucson, Arizona, où elle mourut.

DANS L'OMBRE DE MARILYN / Eunice MURRAY, sa dernière gouvernante ; Dans son autobiographie elle déclara que GREENSON l'envoyait chez des gens « sérieusement malades, souffrant de dépression ou de schizophrénie, ou chez d'autres, comme Marilyn, qui avaient souffert d'expériences traumatiques et avaient simplement besoin d'aide ». L'opinion la plus répandue est qu'Eunice espionnait Marilyn pour le compte du Dr GREENSON : elle lui rapportait tout ce qu'elle voyait et entendait chez ses patients. Selon Philippe LACLAIR, le gendre d'Eunice : « Elle faisait cela pour de l'argent. Sa situation était difficile après le départ de son mari - elle n'avait aucune formation d'infirmière, ni même fait d'études secondaires - mais elle était gentille et devint un atout majeur pour GREENSON. Elle a toujours suivi fidèlement ses ordres ». En novembre 1961 sur la recommandation de GREENSON, Marilyn l'embauche ; elle lui servit de gouvernante, dame de compagnie, chauffeur, nurse et intendante; Marilyn habitait alors sur Doheny Drive. En février 1962 elle trouva la maison du 5th Helena Drive pour Marilyn, et continua à lui servir de gouvernante. Marilyn acheta cette maison car elle ressemblait à la demeure de style espagnol du Dr GREENSON. Elle accompagna Marilyn au Mexique. Elle en profita pour rendre visite à son beau-frère, Churchill MURRAY, qui vivait à Mexico. A son retour du Mexique, Marilyn habita une semaine chez les GREENSON en attendant que sa maison soit prête. En mai 1962 l'entourage de Marilyn fut soulagé d'apprendre que, GREENSON étant parti en voyage pour cinq semaines, Marilyn renvoya Eunice. Mais à son retour de New York, où elle avait chanté pour John KENNEDY au "Madison Square Garden", Marilyn trouva Eunice chez elle. Celle-ci prétendit que son renvoi n'était pas définitif, mais uniquement pour la durée du voyage de Marilyn à New York. Marilyn avait projeté de faire un voyage en Europe à partir du 6 août 1962, avec sa soeur et son beau-frère; elle en aurait prévenu Marilyn le 1er août, à la suite de quoi Marilyn lui aurait fait un chèque en lui demandant de ne pas  revenir en septembre : Selon plusieurs biographes, Marilyn avait déjà contacté une de ses anciennes femmes de chambre (Hattie STEVENSON ou Florence THOMAS selon les sources) pour remplacer Eunice MURRAY. Les amis de Marilyn considérèrent le départ d'Eunice comme un fait positif (la preuve que Marilyn souhaitait diriger elle même sa vie)  et comme un premier signe de détachement par rapport à GREENSON. Le 4 août 1962, Eunice prit son service à 8 heures. Aucun biographe ne conteste le fait qu'elle resta avec Marilyn toute la journée, et qu'étrangement elle passa la nuit dans la maison de Marilyn, plutôt que de rentrer chez elle, à Santa Monica. Toute la journée elle prit les appels téléphoniques pendant les séances de psychanalyse à domicile de Marilyn avec GREENSON. Elle accompagna Marilyn sur la plage au milieu de l'après-midi, puis elles rentrèrent pour que Marilyn puisse suivre sa thérapie. Elle continua à filtrer les appels, dont certains d'amis très proches de Marilyn, qui avaient compris que Marilyn n'allait pas bien. Elle donna les excuses les plus diverses pour ne pas passer les appels. Dans sa déclaration officielle à la police sur la mort de Marilyn, elle déclara qu'elle même se réveilla à 3 heures du matin et vit de la lumière sous la porte de la chambre de Marilyn, mais que bizarrement, la porte était fermée. Inquiète elle appela le Dr GREENSON qui lui demanda de sortir et d'essayer de regarder à travers les rideaux. Elle lui rapporta que Marilyn était couchée sur le lit, nue, dans une position peu naturelle. Il arriva, cassa la fenêtre de la chambre et trouva Marilyn morte. On peut relever un certain nombre de contradictions dans ce témoignage : l'épaisse moquette que Marilyn venait de faire poser dans sa chambre ne pouvait pas laisser passer la lumière sous la porte. Plus tard elle dit qu'elle fut alertée par la sonnerie du téléphone. Plus étrange, le fait que la porte de la chambre soit fermée à clé : certains biographes prétendent que cette porte ne fermait pas à clé et que Marilyn dormait toujours, où que ce soit, la porte ouverte. Depuis sa pénible expérience au "Payne Whitney Hospital", elle avait en horreur les portes verrouillées. La chronologie des événements présente aussi quelques invraisemblances : elle aurait déclaré à Jack CLEMMONS, le premier officier de police arrivé sur les lieux, qu'elle avait prévenu GREENSON à minuit, et non pas à 3h du matin comme elle l'affirma plus tard. Il certifia qu'à son arrivée, à 4h40, Eunice MURRAY faisait le ménage : elle avait mis une lessive en route et nettoyait la maison. Après la mort de Marilyn, Eunice vécut tranquillement dans divers endroits de West Los Angeles et Santa Monica, et à un moment, loua le pavillon d'amis de la famille STOCKING. Selon les membres de cette famille, elle loua le bungalow qui se trouvait derrière leur maison près du Santa Monica College, de la moitié des années 60 jusqu'à la moitié des années 70. Elle pratiquait ses activités préférées dont la couture, le macramé, l'horticulture, et correspondait avec ses amis et les membres de sa famille. Parfois elle s'occupait des petits-enfants des STOCKING et d'Ethel STOCKING qui avait eu plusieurs attaques cardiaques. Après la mort de sa soeur en 1972, Eunice épousa son beau-frère Franklin BLACKMER, ministre de l'église Swedenborgienne le 19 mars 1976 à San Francisco. Depuis le décès de Marilyn et les rumeurs mettant en cause les frères KENNEDY, l'attention s'est concentrée sur Eunice MURRAY. En 1985 elle déclara à une équipe de cinéastes qui réalisait un documentaire pour la BBC que Robert KENNEDY était effectivement venu pendant l'après-midi du 4 août 1962. Mais elle se rétracta ensuite en donnant comme prétexte le fait qu'elle avait 82 ans et que les choses devenaient confuses. Elle vécut les dernières années de sa vie avec sa fille à Tucson, Arizona, où elle mourut.