9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s'agissait d'un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l'Amérique. Bien qu'elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l'événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu'elle se pencha en avant et que l'une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis de l'incident.

9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.
9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.
9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.
9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.
9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.
9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.
9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.
9 Février 1956 / Conférence de presse au Terrace room du "Plaza Hotel" de Londres, pour annoncer la production (Laurence OLIVIER, Terrence RATTIGAN et Milton GREENE) aux journalistes, du film "The Prince and the showgirl". Les deux acteurs se congratulèrent mutuellement devant plus de 150 journalistes et photographes. Il s’agissait d’un événement majeur qui allait réunir un grand tragédien anglais et le plus grand sex-symbol de l’Amérique. Bien qu’elle ait nié toute préméditation, Marilyn orchestra l’événement à la perfection, volant la vedette au « plus grand acteur vivant au monde », lorsqu’elle se pencha en avant et que l’une des bretelles de sa robe (créée par John MOORE ) cassa net (un truc que les agents de publicité de la Fox lui avait semble-t-il appris à ses débuts). Les photographes devinrent fous. On lui procura en hâte une épingle à nourrice, mais la bretelle céda encore deux fois, devant des journalistes et photographes ravis  de l’incident.

Tags : 1956 - The Prince and the showgirl - Terrace room "Plaza Hotel" - Effet personnel

Leave a comment

We need to verify that you are not a robot generating spam.

See legal mentions

Don't forget that insults, racism, etc. are forbidden by Skyrock's 'General Terms of Use' and that you can be identified by your IP address (54.162.164.247) if someone makes a complaint.

Report abuse